Histoire du Japon

Wikipédia:Articles de qualité Vous lisez un «  article de qualité ».
Estampe couleur montrant l'empereur Jinmu, debout tenant un arc sur un fond représentant le soleil.
Représentation de la fondation légendaire du pays par l'empereur Jinmu.

L’histoire du Japon commence avec le peuplement d'un groupe d'îles au sud-est de la péninsule coréenne, environ 100 000 ans 100 000 ans av. J.-C. Les premières traces d'industrie, des pierres polies, remontent à 32 000 ans. Des poteries, parmi les plus anciennes de l'humanité, sont produites vers 16 500 ans avant notre ère lors de la période Jōmon, et comprennent les premières formes d'œuvres artistiques : les dogū. 400 ans avant notre ère sont introduites des technologies venant de Chine et de Corée comme la riziculture et la fonte du bronze et du fer.

La période Yamato, qui s'étend de 250 à 710, voit l'émergence de la première forme d'État structuré. Lors de sa première partie, de grands tertres funéraires, ou kofun, sont bâtis, et, progressivement, la région du Kansai s'impose en tant que centre politique. Au e siècle, le bouddhisme, arrivé au Japon via la Chine et la Corée, bouleverse profondément la vie politique du pays ; une 17 articles d'inspiration bouddhique est rédigée en 604 pour encadrer le fonctionnement de l'État. De nombreux immigrés originaires des royaumes coréens façonnent la vie politique et les arts de l'archipel japonais.

Du e siècle au e siècle, une culture classique portée par une cour impériale se développe. Très influencée par des modèles continentaux dont elle s'émancipe dès le e siècle, elle est à l'origine d'œuvres comme le Tōdai-ji ou Le Dit du Genji. C'est aussi à cette époque que la scène politique se divise entre le pouvoir impérial, et celui de chefs de clans. Les clans Fujiwara, Taira, et Minamoto vont tour à tour accaparer la plupart des rouages de l'administration. Des famines sévissent régulièrement dans le pays, et l'insécurité qui s'installe entraîne la création d'une classe sociale de combattants, ou Bushi.

Le Moyen Âge japonais s'étend du e siècle au e siècle. Après la guerre de Genpei, qui s'achève en 1185, le pays est dirigé pour la première fois par un gouvernement extérieur à la cour impériale : le bakufu, basé dans la région du Kantō. Un système féodal, dirigé par le clan Hōjō, puis par les Ashikaga, structure le pays à partir de 1336. L' époque Sengoku, ou époque des provinces en guerre, clôt ce Moyen Âge, marqué par de grandes turbulences sociales et politiques et un morcellement du pays en plusieurs provinces et potentats. La réunification politique du pays est cependant réalisée sous l'impulsion successive des chefs militaires Oda Nobunaga, Toyotomi Hideyoshi, puis Tokugawa Ieyasu.

Le Shogunat Tokugawa, qui s'ouvre en 1603 et se termine en 1868, correspond à l' époque d'Edo. Promouvant d'abord une politique commerciale active à l'étranger, il met en place une politique d'isolement par l' édit Sakoku de 1635. Le pays connaît une phase d'essor démographique et économique allant de la fin du e siècle au début du e siècle. Le néo-confucianisme importé de Chine sous-tend l'organisation de la société, et une division sociale en plusieurs classes s'instaure. Dans la culture, des formes artistiques comme le kabuki ou le haïku voient le jour, alors que dans le domaine scientifique, les études hollandaises ou Rangaku continuent de diffuser dans l'archipel les sciences et techniques occidentales.

En 1868, le retour du pouvoir impérial au centre du système politique constitue l'acte de naissance de l' Empire du Japon. En compétition avec le colonialisme occidental sur le continent asiatique, le pays se lance dans une politique d'expansion territoriale, qui aboutit à l' annexion de la Corée en 1910, l' invasion de la Mandchourie en 1931, puis l' occupation d'une partie de la Chine à partir de 1937. Au début des années 1940, le pays s'engage dans une guerre contre une coalition internationale. Le conflit prend fin après les bombardements atomiques d'Hiroshima et Nagasaki d' ; l'Empire du Japon est contraint à la capitulation. De 1945 à 1952, l' occupant américain impose la démocratisation du pays.

Après la fin de l'occupation, le Japon devient l'une des principales puissances économiques mondiales. Malgré l'opposition récurrente de ses proches voisins, son essor économique lui permet de diffuser dans le monde entier ses productions culturelles, substituant un soft power important à sa domination militaire passée.

fr.wikipedia.org/.. fr.wikipedia.org/.. fr.wikipedia.org/.. fr.wikipedia.org/.. fr.wikipedia.org/.. Ère Heisei Ère Shōwa (2) Ère Taishô Ère Meiji Époque d'Edo Période Azuchi Momoyama Période Muromachi Restauration de Kemmu Époque de Kamakura Période Heian Période Nara Période Yamato Période Yayoi Période Jōmon

Préhistoire

Âge de pierre

Le Paléolithique

Article détaillé : Paléolithique du Japon.
Carte du Japon, les zones oranges incluent le sud du Japon jusqu'à Tōhoku, la péninsule de Corée et la Chine.
Le Japon lors de la dernière glaciation (vers 20 000 ans avant le présent). Les zones en orange étaient au-dessus du niveau de la mer, celles en blanc représentent les territoires couverts de glace.

Le début du peuplement au Japon remonte probablement au début de la dernière période glaciaire il y a 30 000 ans, lorsque l'archipel était en contact avec le reste du continent, mais en raison de la nature acide des sols, aucun squelette n'a été conservé [1]. Au plus fort de cette période vers - 18 000, le niveau des mers est alors inférieur de 130 à 140 mètres au niveau actuel et le territoire est connecté entre Kyūshū et la Corée ainsi qu'entre Hokkaidō, Sakhaline, et la Sibérie [2]. Les premiers homo sapiens partagent les terres avec de grands animaux, y compris des mammouths. La partie la plus septentrionale du Japon actuel est occupée par la toundra et des forêts, alors qu'une zone comprenant le Tōhoku et le Kantō est, elle, couverte de résineux. Plus au sud, les conifères cèdent progressivement la place à des arbres à feuilles caduques [3].

Les premiers vestiges d'industrie humaine, des pierres polies, remontent à environ 32 000 ans [4], et constituent les traces du début du paléolithique postérieur au Japon. Cette période s'étend jusqu'à 10 000 ans avant notre ère. Découverts initialement à Iwajuku, mais se retrouvant dans la totalité du territoire japonais, ces artéfacts se présentent sous la forme de haches, des pointes de lances, et des couteaux [1]. Il y a 22 000 ans, la population est estimée à environ 10 000 habitants [3], et vit principalement de la chasse [5]. La période suivante s'étale de 12 000 à 10 000 ans avant notre ère et se démarque par l'apparition de lames de pierre plus fines dans deux foyers distincts. Au nord-est de Honshū et à Hokkaido, leurs formes de coin s'apparentent à celles retrouvées autour du lac Baïkal, alors qu'à l'ouest leurs formes arrondies s'apparentent à celles retrouvées dans le sud de la Chine [6]. Les changements climatiques ainsi que la disparition de certains gibiers entraînent un glissement du régime alimentaire de ces premiers habitants vers une alimentation plus riche en végétaux [5].

Période Jōmon

Article détaillé : Période Jōmon.

Les premières traces de poteries, parmi les plus anciennes de l'Histoire de l'humanité, apparaissent vers 14 500-13 000 avant notre ère, sur le site d' Odai Yamamoto site I dans la préfecture d'Aomori [7]. Les distinctions régionales apparues au paléolithique entre un Japon occidental et un Japon oriental s'accentuent [8] ; entre sept et huit aires culturelles distinctes sont constituées à la fin de la période, vers 300 avant notre ère [9]. Le développement de la céramique permet un stockage plus efficace des aliments, mais aussi la cuisson, et donc la consommation, de nouveaux aliments comme les glands, les châtaignes et les marrons [10]. Par ailleurs, des objets en laque comme des peignes ou des bols, ainsi que des étoffes en fibres végétales commencent à apparaître [11].

Photo couleur d'une statuette en terre cuite de couleur brun noir, sur fond beige.
Dogū : statuette en terre cuite.

Un mouvement de sédentarisation dans des villages, déjà observable lors de la période précédente, s'accentue. Les habitations font de quatre à cinq mètres de diamètre, avec un sol situé à un mètre de profondeur. On trouve par ailleurs des bâtiments plus grands, jusqu'à 30 mètres de long, notamment dans les régions connaissant des épisodes d'enneigement [12]. Les pratiques funéraires font apparaître certains objets comme des dogū ainsi que des parures décoratives [13], mais ne présentent pas de distinctions sociales marquées [14]. L'alimentation continue d'être constituée du produit de la chasse, auquel s'ajoutent des végétaux en nombre grandissant sur la période, alors que vers la fin de celle-ci l'agriculture commence à se répandre [11], ainsi qu'une sylviculture du châtaignier, dès les IVe et IIIe millénaires avant notre ère [15]. La pêche et la récolte de coquillages se généralisent le long des côtes, et le chien commence à être domestiqué [16]. Les réseaux d'échanges de biens touchent l'ensemble de l'archipel, et traversent parfois la mer [17]. L'abondance de ressources explique sans doute le faible développement de l'agriculture dans le Japon de la période Jōmon, ce qui constitue une variante originale de la néolithisation : sédentarité, céramiques précoces, mais processus de domestication des plantes et des animaux (quasi-)inexistant [18], [19].

La fin de la période est cependant marquée par un effondrement du modèle du chasseur-cueilleur sédentaire, avec une disparition des villages et un retour au nomadisme [20]. À l'apogée de cette période, les estimations les plus hautes chiffrent à 300 000 le nombre d'habitants, dont 90 % dans la plaine de Kantō [21].

Protohistoire

Culture Yayoi

Article détaillé : Période Yayoi.
Photo couleur d'une cloche en bronze de forme cylindrique posée sur un support blanc.
Dōtaku, type de cloche de bronze de la fin de la période Yayoi.

La culture Yayoi, du nom d'un type de poterie propre à cette époque, se développe à partir de 800 [22] avant notre ère dans l'ouest de l'archipel, et coexiste dans un premier temps avec la culture Jōmon. Initialement centrée sur le nord de Kyūshū, elle se caractérise par l'usage d'une riziculture inondée, technique importée de Chine via la Corée [23], et s'étend jusqu'au e siècle [24]. L'usage de greniers surélevés pour stocker les récoltes apparaît [25]. Contrairement à d'autres régions du monde, l'essor de l'agriculture ne s'est pas accompagné au Japon d'un développement de l'élevage [26]. Des objets en bronze et en fer apparaissent simultanément [27]. La matière première n'est pas extraite sur place, mais est importée sous forme de lingot et est fondue dans des moules [28]. De grandes cloches de bronze, des épées et des pointes de lances, ou encore des tama sont façonnées et ensevelies dans un but cérémoniel [29].

Photo couleur d'un ensemble de constructions en bois et toit de chaume, dans une plaine arborée et verdoyante, sur fond de ciel nuageux.
Reconstitution du village fortifié du site de Yoshinogari, illustrant les habitations surélevées propres à cette époque.

La population connaît une croissance importante, soutenue par les progrès de l'agriculture [29] alors que la cueillette, la chasse, et la pêche sont toujours pratiquées [30]. Cette hausse est surtout sensible au Sud et dans l'Ouest, bien que le Centre et le Sud de la région continuent de représenter la plus importante partie des habitants de l'archipel [29]. Ceux-ci seraient environ 600 000 au début du er siècle, et un million vers l'an 200 [31]. Par ailleurs, les troubles politiques sur le continent, plus particulièrement en Chine avec la chute des Han, ont probablement entraîné l'arrivée de populations d'outre-mer, et avec elles des savoir-faire techniques et artisanaux [32]. L'habitat n'évolue que peu par rapport à la période Jōmon [29], mais les villes se fortifient et de nouveaux établissements sont fondés sur des hauteurs faciles à défendre, en raison de l'apparition de guerres [33].

La région est pour la première fois citée dans des sources écrites du e siècle venant de Chine. Le peuple habitant l'archipel est désigné sous le nom de Wa, et décrit comme étant réparti en une centaine de principautés, certaines entretenant des relations commerciales avec les Hans [34]. Selon la chronique des Wei, ces principautés se seraient fédérées sous l'autorité de la reine Himiko, dans la région du Yamatai [35].

Période Kofun

Article détaillé : Période Kofun.
Photo couleur d'un tumulus vu du ciel, demi-ellipse de verdure au milieu d'une zone urbaine.
Vue aérienne du kofun de l'empereur Nintoku dans la région d' Osaka.

La période qui va de la fin du e siècle à la fin du e siècle se caractérise par l'utilisation de kofun, grands tertres funéraires érigés pour des chefs locaux ainsi que pour leurs familles [36]. Leur taille va en s'accroissant entre le milieu du e siècle et le début du e siècle, notamment dans la région du Kinki [37], qui devient un important centre politique entre 450 et 500 [38] au terme d'un processus d'unification politique [39]. Vers le début du e siècle, son centre situé dans la zone du Yamato, près de Nara, se déplace vers la plaine du Kawachi. L'augmentation de la taille des kofun à cette occasion témoigne d'une croissance importante du pouvoir. Celui de Daisen construit à cette époque fait ainsi 480 mètres de long pour 30 mètres de haut, et aurait nécessité l'utilisation de près de 200 000 hommes pendant plusieurs années [40]. Vers la fin du e siècle et le début du e siècle, un nouveau type de régime politique émerge, centralisé autour de quelques grands chefs et possédant un début d'administration. Cette évolution va de pair avec une baisse en nombre et en taille des kofun, remplacés par de grandes nécropoles disposant de petits tertres, illustrant une concentration du pouvoir [41].

Le processus de différenciation sociale déjà actif lors de l'époque précédente s'accentue, et entre 350 et 400 le matériel funéraire présent dans ces tombes montre une militarisation du pouvoir [37]. Cependant, des régions entières restent en dehors de ce modèle culturel dominant, comme le nord du Tōhoku, Hokkaidō, les îles Satsunan, perpétuant la culture Jōmon [42]. À partir du e siècle, des rizières en zones sèches se développent, et de nouveaux espaces sont défrichés et cultivés [41], permettant une croissance de la production agricole [43]. La création de digues et d'étangs, ainsi que l'assèchement de marais montrent par ailleurs une organisation sociale plus poussée [44].

Photo couleur d'un casque de soldat fait de lames de fer recouvertes de cuivre, sur fond sombre.
Casque de soldat du e siècle.

Les relations politiques avec les royaumes coréens s'intensifient. Les chefs Wa dépendant de la péninsule pour leurs approvisionnements en métaux, il est probable que ceux-ci aient ainsi cherché à sécuriser les circuits d'échanges [42]. Dès le e siècle, des alliances militaires se forgent avec Baekje et des troupes Wa interviennent dans la péninsule pour combattre contre les royaumes de Silla et du Koguryo [45]. C'est via ces alliances que des artisans qualifiés entrent dans l'archipel, et apportent avec eux des technologies comme le tissage de la soie, la fabrication de papier, la fonte de métaux... Des lettrés du continent maîtrisant l'écriture chinoise émigrent également [40]. Des relations avec les pouvoirs chinois sont aussi entretenues par des ambassades, et des sources de l' empire du Milieu témoignent de l'existence de cinq rois de Wa au cours du e siècle [46].

Other Languages
azərbaycanca: Yaponiya tarixi
башҡортса: Япония тарихы
беларуская: Гісторыя Японіі
čeština: Dějiny Japonska
hrvatski: Povijest Japana
Bahasa Indonesia: Sejarah Jepang
íslenska: Saga Japans
日本語: 日本の歴史
Basa Jawa: Sajarah Jepang
한국어: 일본의 역사
Bahasa Melayu: Sejarah Jepun
မြန်မာဘာသာ: ဂျပန်သမိုင်း
norsk bokmål: Japans historie
srpskohrvatski / српскохрватски: Historija Japana
Simple English: History of Japan
slovenčina: Dejiny Japonska
slovenščina: Zgodovina Japonske
српски / srpski: Историја Јапана
Basa Sunda: Sajarah Jepang
Türkçe: Japonya tarihi
українська: Історія Японії
Tiếng Việt: Lịch sử Nhật Bản
中文: 日本历史
粵語: 日本史