Hiragana

Crystal Clear app fonts.svg Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2014).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section «  Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Les hiraganas [1] (平仮名, ひらがな ?, littéralement «  kanas lisses ») sont un syllabaire japonais et une des trois écritures du japonais avec les katakanas et les kanjis.

Ils ont été formés par abréviation cursive de kanjis homophones. Ils permettent de transcrire la langue japonaise sans ambigüité, au contraire des kanjis. En effet, chaque hiragana représente une syllabe (techniquement, une more) qui peut être une voyelle seule (comme あ = a) ou une consonne suivie d'une voyelle (comme か = ka) ; il y a également le n syllabique (ん), dont la prononciation varie en fonction de la syllabe qui le suit.

Utilisations

Les hiraganas permettent d'écrire :

  • les mots japonais auxquels ne correspond aucun kanji, par exemple les particules telles que から (kara) et les suffixes tels que さん (-san) ;
  • Les particules grammaticales ;
  • les mots japonais dont l'écriture en kanji est soit inconnue de l'auteur ou d'une partie du lectorat, soit jugée trop formelle ;
  • les okurigana, notamment les morphèmes grammaticaux, par exemple dans 食べました (tabemashita) ;
  • les furigana, c'est-à-dire les prononciations de kanjis.