Henri Rivière (militaire)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Henri Rivière et Rivière (homonymie).
Henri Rivière
Henri Rivière (années 1870).
Henri Rivière (années 1870).

SurnomCommandant Rivière
Naissance
Paris
Décès (à 55 ans)
devant Hanoï
Mort au combat
OrigineFrançais
AllégeanceDrapeau de l'Empire français Empire français
Drapeau de la France France
ArmePavillon de la Marine du Premier Empire Marine impériale française
Civil and Naval Ensign of France.svg Marine nationale française
GradeCapitaine de vaisseau
Années de service1842-1883
ConflitsGuerre de Crimée
expédition du Mexique
Guerre de 1870
Guerre franco-chinoise
DistinctionsOfficier de la Légion d'honneur
HommagesCinq bâtiments de la Marine nationale
Plusieurs rues

Henri Laurent Rivière, né à Paris le et mort à Hanoï le , est un homme de lettres et officier de marine français, héros de la conquête du Tonkin, lors de la guerre franco-chinoise.

Biographie

Premiers conflits

Entré à l'École navale en octobre 1842, il est promu lieutenant de vaisseau en 1856, capitaine de frégate en 1870 et capitaine de vaisseau en 1880[1].

Sa première affectation à bord de la Brillante est pour la Pacifique, en 1847 il passe à la division navale des Mers du Sud sur la Virginie puis cinq années à bord du Iéna, navire de 110 canons, du Labrador et du Jupiter de l'escadre de Méditerranée. Il fait la Guerre de Crimée en servant à bord du Ouranie, puis du Suffren, de la Bourasque avant de finir sur le Montebello. Lorsqu'éclate la campagne d'Italie, il est à bord de la Reine Hortense et lors de l'Expédition du Mexique il sert sur le Rhône puis sur le Brandon. En 1870, il est officier en second sur la Thétis et participe à la Guerre franco-allemande dans l'Escadre française de la Baltique.

Dans le Pacifique

En 1876, avec l'aviso La Vire, il est affecté à la division navale de Nouvelle-Calédonie. Il assiste à l'insurrection canaque de juin 1878 et il est tout de suite plongé au cœur de l'action. Il prend le commandement des troupes après la mort du colonel Gally-Passebosc. Depuis son quartier général de Fonwhary, il commande la répression dans la région d'Ourail (La Foa). Au cours d'une de ces opérations, menée avec l'aide des auxiliaires canaques de Canala, le chef rebelle Ataï est tué. Mais la traque se poursuit jusqu'aux redditions du début de l'année 1879, Rivière ayant fait savoir aux révoltés que ceux qui se rendraient auraient la vie sauve.

Le commandant Rivière entrant à Nam Dinh à la tête de ses hommes (gravure de 1888).

Pendant la guerre franco-chinoise, il mène la conquête de Hanoï le . Le , il prend Nam Dinh. En mai, les pavillons noirs encerclent Hanoï. Rivière fait une sortie le 16. Il est tué trois jours plus tard au cours d'une deuxième sortie. Son corps est rapatrié à Paris et inhumé au cimetière de Montmartre.

Henri Rivière est l'auteur de poèmes, romans, pièces de théâtre et souvenirs ainsi que de deux ouvrages sur l'Histoire de la marine. Il est également correspondant du journal La Liberté et collabora à la Revue des deux Mondes.

Tombe de Henri Rivière (cimetière de Montmartre)