Gypse

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne un minéral. Pour la roche, voir gypse (roche).
Gypse
Catégorie VII : sulfates, sélénates, tellurates, chromates, molybdates, tungstates[1]
image illustrative de l’article Gypse
Gypse et soufre - Sicile - (32×18cm)
Général
Numéro CAS10101-41-4
Classe de Strunz
Classe de Dana
Formule chimiqueH4CaO6S CaSO4·2H2O
Identification
Masse formulaire[2]172,171 ± 0,011 uma
H 2,34 %, Ca 23,28 %, O 55,76 %, S 18,62 %,
Couleurincolore, mais aussi de blanc à gris pâle, grise parfois verdâtre, rougeâtre, jaune, jaune miel, jaunâtre, vert, orange, rosé, rouge rosé, rougeâtre, brun clair à brunâtre, la coloration ordinaire à teintes claires s'accroissant avec sa massivité
Classe cristalline et groupe d'espaceprismatique ; A2/a ou I2/a
Système cristallinmonoclinique
Réseau de Bravaiscentré A ou I selon les auteurs
Maclecommunes sur {100}, macles en queue-d'aronde. Sur 110 ou {101}, macle en papillon ou fer de lance. Rare sur {209}. Macles cruciformes.
Clivageparfait à {010}, net à {100} et {011}
Cassureirrégulière, micacée, esquilleuse, parfois conchoïdale ou fibreuse
Habituscristaux bien développés, tabulaires ou plats, allongés parfois au-delà du mètre, lenticulaires, prismatiques, souvent maclés, associés en rosettes ou roses... mais le plus souvent massif, lamellaire ou fibreux, en amas cristallin plus ou moins grossiers, plus ou moins fins, plus ou moins lités
Échelle de Mohs1,5-2 (2 par définition)
Traitblanc
Éclatvitreux à soyeux, nacré à chatoyant, subvitreux à mat pour les variétés compactes, souvent perlé et nacré sur les faces ou surfaces du clivage, parfois fibreux pour les variétés fibreuses ou simplement terne et terreux.
Propriétés optiques
Indice de réfractiona=1,519-1,521, b=1,522-1,523, g=1,529-1,530
Pléochroïsmeaucun
Biréfringencebiaxial (+) ; 0,0090-0,100
Dispersion2 vz ~ 58
Fluorescence ultravioletjaune, orangée, bleue ou verte sous U.V. longs ; phosphorescent blanc verdâtre sous UV. La fluorescence et phosphorescence sont plus marquées après chauffage.
Transparencetransparent à translucide, translucide à opaque
Propriétés chimiques
Densité2,31 - 2,33
Température de fusionDevient de l'hémihydrate de 125 à 130 °C ;
devient anhydre à 163 °C. °C
FusibilitéAssez difficilement fusible. Des feuillets se détachent à la calcination et fondent en libérant de l'eau. Formation de plâtre poudreux et opaque à partir de 120°C, puis en général d'anhydrite au-delà de 200°C.
SolubilitéSe dissout dans HCl chaud,
2,04 g·L-1 dans l'eau à 20 °C et 1,8 g·L-1 à 80 °C.
Comportement chimiqueflexible, mais non élastique, à ténacité friable, sans réaction aux acides
Propriétés physiques
Magnétismeaucun
Radioactivitéaucune

Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

Le gypse est une espèce minérale composée de sulfate dihydraté de calcium de formule CaSO4·2H2O. Le mot gypse désigne ainsi à la fois un corps chimique composé minéral naturel et une roche évaporite majeure[3].

Historique de la description et appellations

Étymologie

Le neutre gréco-latin gypsum, emprunté au grec γύψος (gypsos), désigne la pierre à plâtre, le gypse, voire la craie et le ciment en général, mais surtout le plâtre jusqu'à ses applications antiques, statue ou portrait en plâtre dès l'époque de Juvénal[4].

Une fausse étymologie hellénique prétend décomposer le grec gupsos en gê (la terre) et ipson (brûler). Ce serait ainsi la « Terre (pierre, élément terrestre) qui est grillée au feu ». Mais la racine du mot est probablement sémitique car la connaissance du gypse et l'art d'en obtenir des plâtres de diverses qualités est attestée en Égypte antique. Des plâtres mélangés avec du sable fin constituent la base du mortier employé pour la construction des pyramides et des tombeaux[5].

L'ancien français du début du e siècle connaît les termes gip, gif ou gist qui désignent autant le gypse que le plâtre[6]. Le latin médiéval a influencé la graphie gips, attestée en 1464 avant la réécriture humaniste qui a donné gypse en français[7]. L'anglais a gardé l'écriture savante gréco-latine gypsum. En allemand, der Gips ou le dialecte alsacien Gips entretiennent la même confusion que l'ancien français ou l'anglais entre plâtre (forme cuite réhumidifiée ou non) et le minéral ou la roche initiale. L'adjectif gypseux n'est attesté en français moderne qu'à partir de 1560.

Autrefois, les plâtriers désignaient le gypse naturel ou l'anhydrite comme la pierre de lune. Ils considéraient que la variété transparente fournissait l'image minérale de la lune. Il semble que cette tradition, supposant aussi une influence lunaire sur la formation des multiples variétés ou l'instabilité thermique du gypse, soit gréco-romaine, puisque le mot grec σεληνη (sélêné), connu dans tout l'Empire pour désigner la lune était un autre nom du gypse. La sélénite, terme de formation savante, issu de l'antique vocable gréco-latin sēlēnītes (masculin) ou sēlēnītis (féminin), pierre (lithos) de lune (sēlēna), désigne indistinctement les roches et les minéraux à base de sulfate de calcium, principalement gypse et anhydrite, au début du e siècle, bien avant de se spécialiser dans une grande forme cristalline spécifique.

Les ouvriers gypsiers ou les plâtriers distinguaient sans ambages la pierre gypseuse ou pierre à plâtre du plâtre cru, qui vient de prendre du plâtre dur durci et sec après la pose, le plâtre vif ou le plâtre à raviver soit la poudre fine de plâtre à pouvoir de prise du plâtre mort, c'est-à-dire une poudre de plâtre, préalablement bien trop humidifié sans aucun pouvoir de prise.

L'hémihydrate et le dihydrate de sulfate de calcium, soient respectivement le plâtre et le gypse, l'anhydrite sont des espèces chimiques précisément dénommées d'après la nomenclature lavoisienne, par des chimistes français œuvrant à la compréhension chimique du plâtre de Paris depuis la fin du e siècle.

Synonymes

Ambiguïté du terme sélénite

  • Pour les francophones, le terme « sélénite » est usité comme un simple synonyme du gypse minéral naturel[14].
  • Pour les chimistes, le terme sélénite (français) ou selenite (anglais) désigne un sel du sélénium, un élément chimique sans aucun rapport avec le gypse, même si on peut en trouver des traces sous forme d’impuretés dans le minerai naturel.
  • Pour l’association internationale de minéralogie, seul le gypse est reconnu, sous le terme Gypsum[15].

Toponymie et onomastique

Noms de lieu:

Other Languages
Afrikaans: Gips
aragonés: Cheso (mineral)
العربية: جص
asturianu: Yelsu
azərbaycanca: Gips (mineral)
башҡортса: Гипс
беларуская: Гіпс
беларуская (тарашкевіца)‎: Гіпс
български: Гипс
bosanski: Gips
català: Guix
čeština: Sádrovec
dansk: Gips
Deutsch: Gips
Ελληνικά: Γύψος
English: Gypsum
Esperanto: Gipsoŝtono
español: Yeso (mineral)
eesti: Kips
فارسی: سنگ گچ
suomi: Kipsi
Gaeilge: Gipseam
galego: Xeso
עברית: גבס
हिन्दी: हरसौंठ
hrvatski: Gips
magyar: Gipsz
Հայերեն: Գիպս
Bahasa Indonesia: Gipsum
Ido: Gipso
日本語: 石膏
ქართული: თაბაშირი
қазақша: Гипс
ಕನ್ನಡ: ಜಿಪ್ಸಂ
한국어: 석고
kurdî: Ceps
Кыргызча: Гипс
Latina: Gypsum
lietuvių: Gipsas
latviešu: Ģipsis
македонски: Гипс
монгол: Гөлтгөнө
မြန်မာဘာသာ: ဂျစ်ပဆမ်
Plattdüütsch: Gips
Nederlands: Gips
norsk nynorsk: Gips
norsk: Gips
occitan: Gip
ਪੰਜਾਬੀ: ਖੜੀਆ ਮਿੱਟੀ
polski: Gips
پنجابی: جپسم
português: Gipsita
Runa Simi: Quntay
română: Gips
русский: Гипс
саха тыла: Гиипсэ
sicilianu: Jissu (minirali)
Scots: Gypsum
srpskohrvatski / српскохрватски: Gips
Simple English: Gypsum
slovenčina: Sadrovec
slovenščina: Sadra
српски / srpski: Гипс
svenska: Gips
தமிழ்: ஜிப்சம்
Türkçe: Alçı taşı
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: گىپىس
українська: Гіпс
oʻzbekcha/ўзбекча: Gips
Tiếng Việt: Thạch cao
中文: 石膏
粵語: 石膏