Guerre nucléaire

Décollage d'un missile V2 sur le site d'expérimentations de Peenemünde sur la mer Baltique, le 21 juin 1943.
Avec l'avènement de l'ère géopolitique de la guerre froide, la récupération de la technologie allemande des missiles balistiques devient la priorité absolue des deux grandes superpuissances : le centre de recherches balistiques de Peenemünde ainsi que le site de production de Dora-Nordhausen seront examinés sous toutes les coutures par les services secrets américains et soviétiques après la chute du IIIe Reich. Réaliser la synthèse entre ce vecteur et le l'arme nucléaire fut atteint en 1957 avec l'apparition des ICBMs : lanceur R-7 et fusée Atlas.

La guerre nucléaire, ou guerre atomique, est l'utilisation d'armes nucléaires en temps de guerre pour infliger des dégâts majeurs à l'ennemi.

Par rapport à la guerre conventionnelle, la guerre nucléaire est capable de causer des dommages sur une échelle beaucoup plus importante, mais en moins de temps. Les frappes nucléaires peuvent entraîner de graves effets à long terme, essentiellement dus aux retombées radioactives mais également à cause du haut degré de pollution atmosphérique qui pourrait installer un hiver nucléaire durant des décennies, voire des siècles. Ainsi, on considère une guerre nucléaire comme un risque majeur pour l'avenir de la civilisation moderne.

Formation du champignon atomique à la suite d'une explosion atomique.

Historique

Article détaillé : Histoire de l'arme nucléaire.
Article détaillé : Projet Manhattan.

Ouvrage majeur de la science-fiction des années , paru en 1914, La Destruction libératrice de H. G. Wells est le premier grand roman où l'on imagina l'utilisation de l'arme atomique[1]. L'utilisation de l'atome à des fins militaires a fait une entrée fracassante dans la réalité historique avec les bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki, les 6 et . La destruction de ces villes par une seule arme, au lieu des milliers de tonnes de bombes conventionnelles utilisées jusque-là dans les bombardements stratégiques, puis le syndrome d'irradiation aiguë provoqué par les radiations ont marqué les esprits.

L'invention de la bombe H dans les années , avec une capacité de destruction permettant de dévaster des régions entières sur le coup et empoisonner l'environnement à long terme, a donné aux grandes puissances la capacité de détruire une grande partie de la civilisation, dans le dangereux contexte de la guerre froide.

La guerre nucléaire a failli se produire par accident à de nombreuses occasions : à quatorze reprises entre et entre les États-Unis et l'Union Soviétique, à la suite de fausses alertes, d'erreurs humaines ou informatiques ; parmi celles-ci, onze ont été des incidents durant la phase la plus critique de la crise des missiles de Cuba[2],[3].

Aux heures les plus graves du conflit sino-soviétique, en , des sources soviétiques attestent qu’une attaque nucléaire contre Lop Nor a été envisagée : Henry Kissinger, dans ses mémoires À la Maison-Blanche[4],[5], écrit qu'en janvier , le Président Nixon fut consulté par les Soviétiques sur une éventuelle frappe préventive sur les installations nucléaires chinoise, ce qu'il refusa.

En , durant la guerre du Kippour, des rumeurs non confirmées indiquent qu'Israël était prêt à faire usage de l'arme atomique, alors que la situation sur le front du Golan était critique.

À la suite d'attentats, la confrontation conventionnelle et nucléaire atteint son paroxysme en mai-juin entre l'Inde et le Pakistan. Il s'agit alors de la plus grande menace de guerre nucléaire depuis la crise de Cuba en .

A contrario, on a appris qu'en (et/ou) en , la carte personnelle du Président des États-Unis Bill Clinton, contenant les codes nucléaires, aurait disparu pendant plusieurs mois ; l’ancien président Jimmy Carter, durant sa présidence entre et , aurait oublié la sienne dans un costume qui avait été envoyé au pressing[6],[7].

La prolifération nucléaire, tant au niveau des puissances nucléaires que des pays cherchant à produire ou à acquérir l'arme, ou des organisations terroristes cherchant à se procurer des bombes sales, est un phénomène qui accroît le risque d'une guerre nucléaire déclenchée par accident ou erreur. Le traité sur la non-prolifération des armes nucléaires de et les accords créant des zones exemptes d'armes nucléaires ont permis de limiter ce risque.

Other Languages
Afrikaans: Kernoorlog
العربية: حرب نووية
беларуская: Ядзерная вайна
čeština: Jaderná válka
dansk: Atomkrig
Deutsch: Atomkrieg
Esperanto: Nuklea milito
español: Guerra nuclear
eesti: Tuumasõda
suomi: Ydinsota
Bahasa Indonesia: Perang nuklir
íslenska: Kjarnorkustríð
italiano: Guerra nucleare
日本語: 核戦争
한국어: 핵전쟁
latviešu: Kodolkarš
Bahasa Melayu: Perang nuklear
Nederlands: Kernoorlog
norsk: Atomkrig
português: Guerra nuclear
română: Război nuclear
srpskohrvatski / српскохрватски: Nuklearni rat
Simple English: Nuclear war
slovenčina: Jadrová vojna
slovenščina: Jedrska vojna
српски / srpski: Нуклеарни рат
Türkçe: Nükleer savaş
українська: Ядерна війна
中文: 核战争