Guerre d'Indochine

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guerre d'Indochine (homonymie).
Guerre d’Indochine
Description de cette image, également commentée ci-après
Une patrouille de légionnaires en zone contrôlée par les Viêt Minh. Le M24 Chaffee a été fourni par les Américains.
Informations générales
Date

-

7 ans, 7 mois et 2 jours
Lieu Indochine française
Casus belli Bataille de Haiphong, offensive Viet Minh sur Hanoï.
Issue Victoire vietminh
Accords de Genève
Fin de la Fédération indochinoise (1954) et de la présence française en Indochine (1956)
Indépendances du Viêt Nam, du Cambodge et du Laos
Changements territoriaux Partition du Viêt Nam entre Nord Viêt Nam et Sud Viêt Nam
Belligérants
Drapeau de la France Union française Soutenus par :
Drapeau des États-Unis  États-Unis [1]
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Viêt Minh
Drapeau du Laos Pathet Lao [2]
Flag of the People's Republic of Kampuchea.svg Khmers issarak [3] Soutenus par :
Drapeau de la République populaire de Chine  Chine
Drapeau de l'URSS  Union des républiques socialistes soviétiques
Commandants
Drapeau de la France Raoul Salan
Drapeau de la France Jean de Lattre de Tassigny
Drapeau de la France Marcel Carpentier
Drapeau de la France Marcel Alessandri
Drapeau de la France Jean Étienne Valluy
Drapeau de la France Henri Navarre
Drapeau de la France René Cogny
Drapeau de la France Jean Gilles
Drapeau de la République du Viêt Nam Nguyễn Văn Hinh
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Hô Chi Minh
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Võ Nguyên Giáp
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Nguyen Binh
Flag of North Vietnam (1945-1955).svg Phạm Văn Đồng
Drapeau du Laos Souphanouvong
Forces en présence
Union française : 190 000
Auxiliaires locaux : 55 000
État du Viêt Nam : 150 000 [4]
Total : ~400 000
125 000 réguliers,
75 000 régionaux,
250 000 forces populaires / irréguliers [5]
Total : 450 000
Pertes
Union française :
75 581 morts,
64 127 blessés,
40 000 prisonniers
État du Viêt Nam :
419 000 morts, blessés ou prisonniers [6]
Total : ~560 000 morts, blessés ou prisonniers
Total :
300 000 morts,
500 000 blessés,
100 000 prisonniers
Total : 900 000 morts, blessés ou prisonniers
+ 150 000 civils tués [7]

Guerre d’Indochine

Batailles

Opération Masterdom · Bataille de Hanoï · Opération Léa · Bataille de Phu Tong Hoa · Bataille de la RC 4 · Bataille de Vĩnh Yên · Bataille de Mao Khê · Bataille de Nghia Lo · Bataille de Hòa Bình · Opération Lorraine · Bataille de Na San · Bataille de Muong Khoua · Opération Atlante · Opération Camargue · Opération Hirondelle · Opération Brochet · Opération Mouette · Opération Castor · Bataille de Diên Biên Phu · Opération D · Bataille du col de Mang Yang · Extension au Laos

La guerre d’Indochine est un conflit armé qui se déroula de 1946 à 1954 en Indochine française (actuels Vietnam, Laos et Cambodge). Il aboutit à la dissolution de cette fédération, ainsi qu’à la sortie de l’ Empire colonial français des pays la composant et à la division en deux États rivaux du territoire vietnamien. Ce conflit fit plus de 500 000 victimes [8].

En août 1945, le Việt Minh, mouvement indépendantiste vietnamien d'obédience communiste, profitant de la prise de contrôle de l'Indochine par les Japonais, cinq mois auparavant, dans le contexte de la Guerre du Pacifique, prit le pouvoir de la colonie française. Si le Gouvernement provisoire de la République française ne tarda pas à envoyer un Corps expéditionnaire afin de reprendre en main son territoire, la situation se mua rapidement, après novembre 1946, en guerre ouverte entre forces du Việt Minh et Français.

Le conflit peut être divisé en deux phases historiques. La première, entre 1946 et 1949, voit le Việt Minh appliquer une guérilla meurtrière. La guerre est alors semblable à une simple lutte de décolonisation. Mais l'aspect communiste du Việt Minh , le déclenchement de la Guerre de Corée en 1950, l'avènement d'une Chine communiste en 1949 qui assura une aide logistique importante au Việt Minh et la confrontation de plus en plus avouée entre les États-Unis et le monde marxiste-léniniste, achevèrent de procurer à la guerre d'Indochine la figure d'un conflit armé ancré dans la Guerre froide. C'est la seconde phase, qui s'étend de 1949 jusqu'à la fin des combats, en 1954 : tout en bénéficiant de l'aide matérielle et logistique des Américains, les Français menèrent lors de cette période une guerre de plus en plus directe et frontale avec leurs ennemis, dont le soutien de la part des Chinois allait leur permettre de mettre sur pied une véritable armée conventionnelle et formée.

Malgré l'intervention indirecte américaine, les forces françaises, exténuées par la résistance adverse et plusieurs années de combats de plus en plus impopulaires en métropole, durent renoncer, surtout après la lourde défaite de Dien Bien Phu de mai 1954. Les Accords de Genève, signés en juillet 1954, consacraient le départ des Français du nord du Vietnam (Tonkin) et la division du Viêt Nam en deux, la limite étant le 17e parallèle : la République démocratique du Viêt Nam au nord, communiste, le centre et le sud sous administration française, avec des élections prévues en 1956 pour réunifier le pays. En 1955, un coup d'état dans le sud organisé par le président Diem, un fervent catholique qui n'accepte pas une collaboration avec le régime du nord, donc qui ne veut pas entendre parler d'élections réunifiant le pays, crée une République du Viêt Nam soutenue financièrement, puis militairement par les États-Unis (qui n'ont pas signé les accords). Les Français quittent le sud ; c'est le tout début de ce qui va devenir la guerre du Vietnam.

Considérée comme la Première Guerre d'Indochine, la guerre entre Français et Việt Minh , outre un lourd bilan humain et matériel, aura d'importantes conséquences dans l'avenir du Viêt Nam, du Laos et du Cambodge. Le départ des Français laissera face à face, d’un côté, les Américains et de l’autre, les Nord-vietnamiens soutenus par la Chine et l'URSS. Très tôt allait éclater la Seconde Guerre d'Indochine (soit la Guerre du Viêt Nam), qui débouchait, en 1975, sur la victoire complète du Nord-Viêt Nam et du communisme dans cette partie de l'Asie, avec l'absorption par le Nord-Viêt Nam de la République du Viêt Nam.

Préambule

En 1945, à la fin de la Seconde Guerre mondiale, le conflit avec l’ Empire du Japon aboutit à la désorganisation complète de l’administration coloniale française en Indochine. Le Việt Minh, mouvement nationaliste fondé par le Parti communiste indochinois, en profite pour prendre le contrôle d'une grande partie du territoire vietnamien : Hồ Chí Minh, son chef, proclame le l’indépendance de la République démocratique du Viêt Nam.

Le Corps expéditionnaire français en Extrême-Orient (CEFEO) reprend progressivement le contrôle de l’Indochine : l’État Français repense ensuite le statut de la fédération au sein de la nouvelle Union française. Un conflit larvé se poursuit avec le gouvernement indépendantiste vietnamien, tandis qu’une solution diplomatique est recherchée en vain ( Conférence de Fontainebleau). Le haut commissaire d’Argenlieu suscite en juin 1946 l’autonomie de la Cochinchine ; c’est une entorse aux accords Hô-Sainteny.

En novembre 1946 éclate l’affaire d' Haiphong ; ce sont des affrontements liés à un contrôle douanier. Le bombardement du port par l'artillerie de l'Armée de Terre française et ses trop nombreuses victimes civiles [9] rendent la paix impossible. La guerre éclate au grand jour à la fin 1946, quand le Việt Minh tente un coup de force contre les Français puis prend le maquis. Plusieurs années de guérilla opposent alors le Corps expéditionnaire à l’ Armée populaire vietnamienne, force armée du Việt Minh, qui passe progressivement à une guerre de mouvement de plus en plus audacieuse.

La France fonde en 1949 l’ État du Viêt Nam, gouvernement central vietnamien proposant une alternative politique à Hồ Chí Minh, et le dote d'une force militaire, l’ Armée nationale vietnamienne, afin de « vietnamiser » le conflit. Le Laos et le Cambodge sont également concernés par le conflit, le Việt Minh soutenant des mouvements indépendantistes moins importants, le Pathet Lao et les Khmers issarak. Les États-Unis apportent à partir de 1949 (victoire communiste en Chine) et surtout 1950 ( guerre de Corée) un soutien matériel à la France, tandis que la République populaire de Chine aide officieusement le Việt Minh à partir de 1949.

La France, affaiblie par l’instabilité politique de la Quatrième République, doit gérer une guerre de plus en plus coûteuse et impopulaire. Des pourparlers de paix sont entamés à Genève en 1954, alors même que sa défaite lors de la bataille de Diên Biên Phu met la France en situation de faiblesse psychologique. Les accords de Genève mettent fin à l'Indochine française (le Royaume du Cambodge ayant déjà proclamé son indépendance en novembre 1953) et laissent le Viêt Nam divisé en deux États. La fin de cette guerre coïncide sensiblement avec le début de la guerre d'Algérie, qui durera huit ans elle aussi.

La guerre d'Indochine est la première d’une série de guerres qui se sont déroulées sur les territoires de l’ancienne Indochine française : elle a été suivie par la guerre du Viêt Nam (elle-même accompagnée de deux conflits annexes, la guerre civile laotienne et la guerre civile cambodgienne), puis par la guerre sino-vietnamienne. Ces deux derniers conflits sont parfois appelés, respectivement, 2e et 3e guerres d’Indochine.

Other Languages
Bahasa Indonesia: Perang Indochina Pertama
srpskohrvatski / српскохрватски: Prvi indokineski rat
Simple English: First Indochina War
粵語: 法越戰爭