Grégoire de Nysse

Grégoire de Nysse
Image illustrative de l'article Grégoire de Nysse
Grégoire de Nysse sur une fresque du XIVe siècle, église Saint-Sauveur-in-Chora, Istanbul
Saint, Père de l'Église
Naissance entre 331 et 341
Néocésarée, Niksar Drapeau: Empire Romain
Décès 394  (60° ans)
Nationalité Romaine
Vénéré par l' Église catholique
Église orthodoxe
Saint patron Père de l'Église

Grégoire de Nysse, né entre 331 et 341 à Néocésarée (actuelle Niksar en Turquie), dans la province du Pont-Euxin, mort après 394, est un théologien et un mystique de grande envergure ; comme Père de l'Église, il est fêté le 10 janvier.

Biographie

Jeunesse et études

Grégoire naît entre 331 et 341 [1], [Note 1]. Il naît dans une famille chrétienne d'avocats et de rhéteurs de dix enfants [2], [3]. Sa grand-mère, Macrine l'Ancienne, avait suivi l'enseignement de Grégoire le Thaumaturge [2], [3], qu'elle transmit à ses enfants. Deux de ses frères, Basile de Césarée, son aîné de cinq ans [1]; et Pierre de Sébaste furent évêques comme lui. Sa mère Emmélie, une fois veuve, et sa sœur, Macrine la Jeune, devinrent religieuses [2]. Son père tenait une école de rhétorique à Néocésarée. Il bénéficie de la très forte influence de sa sœur Macrine et davantage encore de celle de son frère Basile, qu'il appellera « un maître et un père » et « la merveille de l'univers ».

Il n'a pas suivi des études aussi complètes que son frère Basile de Césarée [4]. Au sujet de ses études, Grégoire affirmera qu'il « n'a rien de sensationnel à en dire » [5]. On n'a aucune indication sur ses professeurs, mais il est probable que son frère Basile fut l'un d'eux [4], [Note 2].

Grégoire se destina à la vie religieuse, et fut ordonné lecteur, mais il ne se jugea pas pour autant lié au service de l'Église [4], [6]. Après le retrait de la loi scolaire de l'empereur Julien en 365, il devint maître de rhétorique. Grégoire se maria avec Théosébia. Sa jeune femme mourut quelque temps plus tard [6]. Il déplorera plus tard de ne pas avoir choisi la virginité. Grégoire de Nazianze lui écrira [7] lui demandant d'avoir une vie plus fervente [4]. Grégoire de Nysse aura une vie plus chrétienne et ira vivre avec les moines : il fait de longs séjours au monastère de l'Iris de Basile [4].

Épiscopat

Icône mosaïque de Grégoire de Nysse datant du XIe siècle.

En 371, Grégoire est nommé évêque de Nysse [1], contre son gré, par Basile de Césarée [4]. Lui qui n'aspirait qu'à la vie spirituelle et intellectuelle se montra inapte à toute politique ecclésiastique ; on lui reprocha son manque de fermeté et les inexactitudes de sa comptabilité [8]. Quelques années après sa nomination en 374, un synode d'évêques ariens, opposés à la doctrine de Nicée défendue par Grégoire et Basile de Césarée, le dépose [1], [4], en affirmant qu'il avait dilapidé les biens de l'évêché [6]. L'empereur Valens favorisant l' arianisme [1], Grégoire part alors en exil [6].

En 378, l'empereur Valens étant mort, on fête son retour triomphal dans son diocèse [1], [4]. De retour d'exil en 379, il est présent lors de la mort de sa sœur Macrine la Jeune [9]. Il écrit un dialogue développant, en s'inspirant du Phédon de Platon, ses conceptions de la vie après la mort et de l'âme [9], [10].

Il participe au Concile d'Antioche en 379, afin de mettre fin au schisme qui divisait la région d'Antioche. Il est alors chargé par des évêques du synode d'une mission en Arabie [1], il en profite pour voir les lieux saints [4].

En 380, nommé archevêque de Sébaste, il y fait nommer la même année son frère Pierre. Il est alors désigné comme évêque ordinaire de tout le diocèse du Pont.

Constantinople

Représentation du premier Concile de Constantinople.

Après la mort de Basile en 379, Grégoire de Nysse voit son rôle augmenter et deviendra l'homme de confiance du régime impérial de Théodose le Grand.

Il joue un rôle de première importance au concile de Constantinople en 381, convoqué contre l'arianisme ; ce concile complète la profession de foi de Nicée [4]. C'est lui qui prononce l'éloge funèbre de Mélèce Mélèce Ier d'Antioche mort durant le Concile [1]. Il rédige un traité Contre Eunome, dans lequel il défend la foi de Nicée, et la nature divine de l' Esprit Saint [10]. Il est désigné par Théodose Ier comme l'un des prélats dont il faut partager la foi pour être orthodoxe [4].

En 385, il donne les honneurs de la sépulture à « sa sœur Théosébie ». Il prononce l'éloge funèbre de l'enfant unique de l'empereur Théodose Ier, la princesse Pulchérie morte à l'âge de 6 ans, et peu après, celui de l'impératrice Flacilla [1], [4].

En 386, l'empereur qui résidait à Constantinople se fixe à Milan, ville où Saint Ambroise est évêque. Grégoire se trouve ainsi libéré et rentre alors à Nysse. Ici se situe sa période de production littéraire.

Vers 394, il donne des instructions spirituelles aux moines. Il aurait participé en 394 à la dédicace de l'église de Rufin, à Constantinople, et meurt peu après. On fixe la date de sa mort vers 394 [Note 3].

Other Languages
asturianu: Gregoriu de Nisa
azərbaycanca: Nissalı Qriqori
čeština: Řehoř z Nyssy
hrvatski: Grgur iz Nise
Bahasa Indonesia: Gregorius dari Nyssa
latviešu: Nisas Grigorijs
македонски: Григoриј Ниски
srpskohrvatski / српскохрватски: Grigorije Niski
slovenčina: Gregor Nysský
slovenščina: Gregor iz Nise
српски / srpski: Григорије Ниски
Kiswahili: Gregori wa Nisa
Türkçe: Nissalı Gregor
українська: Григорій Ніський