Gontran (roi)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gontran.
Gontran
Tiers de sou de Gontran frappé à Chalon-sur-Saône (561-592). BNF, monnaies, médailles et antiques.
Tiers de sou de Gontran frappé à Chalon-sur-Saône (561-592). BNF, monnaies, médailles et antiques.
Titre
Roi d'Orléans
Prédécesseur Clotaire Clotaire Ier
Successeur Childebert Childebert II
Roi de Paris
Prédécesseur Chilpéric Chilpéric Ier
Successeur Childebert Childebert II
Biographie
Titre complet Roi de Bourgogne
Roi de Paris (584-592)
Dynastie Mérovingiens
Date de naissance entre 532 et 534 [1]
Lieu de naissance Soissons ( France)
Date de décès ou 593 ou 594
Lieu de décès Chalon-sur-Saône ( France)
Père Clotaire Clotaire Ier
Mère Ingonde
Conjoint Vénérande (concubine)
Marcatrude
Austregilde
Enfants Gondebaud
Un fils mort nourrisson
Clotaire
Clodomir
Clotilde
Clodeberge
Childebert Childebert II: adopté

Gontran [2], « Corbeau de bataille », Gunth Chramn en vieux francique, Gunth (bataille) et Chramn (corbeau) [3], ou Gontran Ier [4], est un roi mérovingien et un saint catholique et orthodoxe du VIe siècle. Il est fêté le 28 mars.

Biographie

Il est né entre 532 et 534 [1], et mort un 28 mars à Chalon-sur-Saône. L'année de son décès est moins sûre, Weidmann indique l'an 592 [5], [a 1] ; Eckhardt donne 593 [6] ; Schmitt lui donne 594 [7] ; quant à Monod, il prétend qu'on ne peut pas déterminer entre 592 et 593 [8].

Fils du roi Franc Clotaire et d' Ingonde, il hérite de l'ancien royaume de Burgondie à la suite de la mort de son père en 561 [a 2].

À cette époque-là, son royaume est augmenté au nord jusqu'à Melun ainsi qu' Orléans, Arles, Marseille et l'on commence à l'appeler la Bourgogne. Le roi Gontran s'installe d'abord à Orléans, puis à Chalon-sur-Saône [a 2]. Il doit se battre contre d’autres peuples barbares qui menacent le royaume. Il tente aussi pendant un moment de réconcilier ses deux frères Sigebert et Chilpéric. Cependant, Chilpéric est réputé si violent que Grégoire de Tours l'appelle « le Néron, l'Hérode de notre temps. » [a 3] Il est probable que Galswinthe - sœur de Brunehaut et épouse de Chilpéric - et Sigebert - le frère de celui-ci - ont été assassinés sur ordre de Chilpéric et de sa troisième épouse, Frédégonde, respectivement en 567 et en 575 [a 3].

Ses quatre fils étant morts en bas âge, il adopte donc en 577 son neveu, Childebert Childebert II, fils de Sigebert et de Brunehaut, et leur entretien est achevé à Pompierre, près de Neufchâteau [a 2]. Quand Chilpéric reconnaît Childebert II en 581 [a 4], Gontran tente de retourner la situation à son profit en rendant à Childebert II la moitié de Marseille. Chilpéric meurt en 584 [a 1].

Lorsqu'une épidémie de peste atteint son royaume en 580, il ordonne à la population de se réfugier dans les églises afin d'implorer la miséricorde divine, de ne manger que du pain d'orge et de ne boire que de l'eau [9].

Ce roi chrétien préfère la paix à la guerre [a 1]. La mort de Chilpéric aurait dû réaliser la paix. Toutefois, le projet de Gontran est encore empêché par les deux personnages de l' Austrasie et anciens favoris de Chilpéric [a 4], à savoir l'évêque de Reims Egidius ou Aegidius et le duc Gontran Boson [a 1]. De plus, les grands d'Austrasie aident Gondovald, un homme naturel et qui se prétend fils de Clotaire Ier, pour contrer Gontran. Il lui faut effectuer une campagne jusqu'à Saint-Bertrand-de-Comminges en 585 [a 1].

Entretien entre saint Gontran et Childebert II (par Jean Fouquet, vers 1455).

Après avoir battu Gondovald, il peut renouer l'alliance de Pompierre. Le 28 novembre 587, les deux rois concluent le traité d'Andelot près de Chaumont. Ce traité confirme que, lors du trépas de Gontran ou Childebert II, leur héritage reviendra au survivant [a 1].

En 588-589, voulant conquérir la Gaule gothique, il envoie en Septimanie une armée dirigée par Austrovald, duc d'Aquitaine ; elle est écrasée près de Carcassonne par les troupes du roi wisigoth Récarède dirigées par le duc Claude de Lusitanie. Selon Grégoire de Tours, les Francs perdent 7 000 hommes (5 000 tués et 2 000 prisonniers) [10].

Il donne l'autorisation au moine irlandais saint Colomban de fonder le monastère de Luxeuil [11].

Il meurt dans son lit, le 28 mars 592 à l'âge de cinquante-huit ans [12]. Il fut inhumé à l' Abbaye Saint-Marcel-lès-Chalon à Saint-Marcel-lès-Chalon [a 2] dans la basilique qu'il a fait construire en l'honneur et sur la tombe de Saint Marcel, martyr lyonnais du IIe siècle, dont l'édifice a été fondé en 584. Il a également accordé des dons de l' Abbaye Saint-Bénigne de Dijon, établi en 509 par saint Grégoire, évêque de Langres. Saint-Maurice d'Agaune, œuvre de saint Sigismond, a autorité sur ces deux monastères. Apollinaire, abbé d'Agaune, est désigné comme supérieur des trois abbayes.

La Gaule au traité d'Andelot (587), par Paul Vidal de La Blache (1894).

À la suite du décès de Gontran, son royaume revient à Childebert Childebert II, selon le traité d'Andelot en 587 [a 1]. Les évêques de son royaume le sanctifient [13].

Other Languages
Alemannisch: Guntram I.
العربية: جونتران
български: Гунтрам
català: Guntram
čeština: Guntram
Deutsch: Guntram I.
English: Guntram
español: Gontrán I
euskara: Guntram I.a
فارسی: گونترام
galego: Gontrán
italiano: Gontrano
ქართული: გუნტრამი
Latina: Gontranus I
Lëtzebuergesch: Gontran I.
македонски: Гунтрам (крал)
norsk: Guntram
polski: Guntram I
русский: Гунтрамн
sicilianu: Gontran
srpskohrvatski / српскохрватски: Guntram
slovenščina: Guntram
svenska: Gunthchramn
українська: Гунтрамн
Yorùbá: Guntram
中文: 贡特朗