Glenn Gould

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gould.
Glenn Gould
Description de cette image, également commentée ci-après

Glenn Gould vers 1980.

Nom de naissance Glenn Herbert Gould
Naissance
Toronto Drapeau du Canada  Canada
Décès (à 50 ans)
Toronto Drapeau du Canada  Canada
Activité principale Pianiste, compositeur
Activités annexes Claveciniste, organiste, chef d'orchestre et producteur de radio
Années d'activité 19501982
Maîtres Alberto Guerrero, Frederick Silvester
Distinctions honorifiques Médaille du Conseil canadien de la musique ( 1981)

Répertoire

Glenn Gould, né le à Toronto, au Canada, et mort le dans la même ville, est un pianiste, compositeur, écrivain, homme de radio et réalisateur canadien. Il est connu pour ses interprétations pianistiques du répertoire baroque, en particulier pour deux enregistrements des Variations Goldberg de Bach ( 1955 et 1981). Célèbre pour son style analytique et chantant, ainsi qu'une certaine excentricité [1], Glenn Gould abandonne rapidement sa carrière de concertiste en 1964 et ne se produira plus jamais en public afin de se consacrer aux enregistrements en studio et à la production d'émissions de radio pour Radio-Canada.

Biographie

photo : Gould et Guerrero
Glenn Gould et Alberto Guerrero vers 1945.
photo : Gould avec son chien
Glenn Gould chez lui, à Toronto, en février 1946, avec Nicky (Sir Nickolson of Garelocheed), son setter anglais et Mozart, sa perruche.

Formation

Glenn Herbert Gould est le fils de Russell Herbert Gould, violoniste, et de Florence Grieg (lointaine parente du compositeur norvégien Edward Grieg), pianiste. On découvre que Glenn Glould a l' oreille absolue à trois ans, puis il montre des prédispositions précoces pour le piano étant capable de transposer, composer et improviser. [2] Il apprend le piano avec sa mère jusqu'à l'âge de dix ans avant de rejoindre le Conservatoire royal de musique de Toronto afin d'étudier le piano auprès d' Alberto Guerrero (1943–52) [3], l' orgue auprès de Frederick Silvester (1942–49) [3] et la théorie musicale auprès de Leo Smith (1940–47) [3]. Il est organiste d'église à onze ans et donne son premier concert professionnel à l'orgue en décembre 1945 [2]. Il effectue sa première apparition publique au piano avec orchestre en 1946 et son premier récital professionnel l'année suivante [3], enchaînant avec des apparitions à la radio (1950), la télévision (1952) et son premier enregistrement commercial en 1953 [3]. Pendant cette période, il compose dans un style alternant entre le dernier romantisme et le dodécaphonisme de Schoenberg [3].

Carrière

En janvier 1955, il donne ses premiers concerts à Washington (Musée d'art moderne) et New York dans des programmes originaux comprenant Gibbons, Sweelinck, Bach, le dernier Beethoven ( Hammerklavier), Berg ( Sonate) et Webern ( Variations, op. 27) [3]. Il est immédiatement marqué par son jeu très personnel et ses choix de programmation, comme un iconoclaste [3] ou en français comme « excentrique ».

Alexander Schneider, membre du Quatuor de Budapest, rencontre David Oppenheim, patron de Columbia Masterworks. Celui-ci, après avoir écouté un enregistrement de Dinu Lipatti, s'exclame : « Pourquoi ne pouvons-nous pas en avoir un autre comme ça ? ». Schneider qui avait entendu Gould à Washington, répond : il y en a un, « une personne de Toronto, nommé Glenn Gould, qui est hélas un peu fou, mais il a un effet hypnotique remarquable au piano » [4]. Il signe un contrat avec la firme CBS. Il a vingt-deux ans. Son premier disque des Variations Goldberg de juin 1955 dans les studios CBS de New York, publié en janvier 1956 et acclamé tant par la critique que le public, lui apporte la renommée internationale [5]. Karajan le réclame pour Berlin et Salzbourg et même Khrouchtchev veut l'entendre à Moscou [6]. Cette interprétation d'une vélocité et d'une clarté de voix hors du commun et hors des modes de l'époque, contribue notablement à son succès. Resté une référence absolue, cet enregistrement fait toujours partie des meilleures ventes du catalogue CBS/Sony. Suivent vingt-cinq ans de collaboration fidèle entre Gould et le label discographique, même après sa décision de ne plus se produire en public.

De 1955 à 1964, il donne de nombreux concerts, essentiellement sur le continent nord-américain, avec les plus célèbres chefs et interprètes ( Dimitri Mitropoulos, Leonard Bernstein, Yehudi Menuhin, entre autres). Lors de trois tournées entre 1957 et 1959, il se produit en récitals dans les grandes capitales en URSS, en Israël et en Europe de l'Ouest, notamment à Londres [3], à Stockholm, à Berlin sous la direction d' Herbert von Karajan et à Salzbourg avec Mitropoulos [7] (et l' Orchestre du Concertgebouw d'Amsterdam).

Après un dernier récital à Chicago, le 28 mars [8], le , à l'âge de 32 ans, Glenn Gould quitte définitivement la scène pour se consacrer exclusivement aux médias électroniques : enregistrements en studio, réalisation d'émissions de radio et de télévision [3]. Se succèdent, outre ses disques pour CBS, sept documentaires pour la CBC ou d'autres productions. Notamment les Chemins de la musique ( 1974, pour la télévision française avec le documentariste Bruno Monsaingeon et qui sera renommé ultérieurement Glenn Gould, l'alchimiste [9]), une série de trois films intitulés Glenn Gould Plays Bach (1979–81). Dès 1966, Gould publie un article dans Hight Fidelity Magazine, « L'enregistrement et ses perspectives » pour s'en expliquer [10].

C'est lors de la diffusion de 1974 des Chemins de la musique, en début de soirée sur les trois chaînes de télévision en grève, qu'en France, Gould se fait admettre au rang qui lui revient : « un des génies de l'interprétation moderne [11] ».

En , il entame une nouvelle carrière de direction d'orchestre, en enregistrant le Siegfried Idyll de Richard Wagner. En septembre, paraît la nouvelle version de ses Variations Goldberg.

Derniers jours et postérité

photo : Gould sur son banc (bronze)
Statue de Glenn Gould devant le building CBC à Toronto.

Le , après avoir ressenti de forts maux de tête, Glenn Gould est victime d'un accident vasculaire cérébral [12], [13], qui paralyse le côté gauche de son corps. Il est hospitalisé à l' hôpital général de Toronto où son état se détériore rapidement. Le , alors que les preuves cliniques attestent que Gould est cérébralement mort, son père demande que l'on débranche les appareils le maintenant artificiellement en vie [[réf. souhaitée].

Glenn Gould repose aux côtés de ses parents au cimetière Mount Pleasant de Toronto [14], [15]. Les premières mesures des Variations Goldberg sont gravées sur la pierre tombale [16]. Le personnel du cimetière est souvent sollicité par ses admirateurs afin de localiser sa tombe [17].

Other Languages
العربية: غلين غولد
български: Глен Гулд
català: Glenn Gould
čeština: Glenn Gould
Deutsch: Glenn Gould
Ελληνικά: Γκλεν Γκουλντ
English: Glenn Gould
Esperanto: Glenn Gould
español: Glenn Gould
فارسی: گلن گولد
Gàidhlig: Glenn Gould
galego: Glenn Gould
עברית: גלן גולד
magyar: Glenn Gould
Հայերեն: Գլեն Գուլդ
Bahasa Indonesia: Glenn Gould
italiano: Glenn Gould
ქართული: გლენ გულდი
한국어: 글렌 굴드
Nederlands: Glenn Gould
polski: Glenn Gould
português: Glenn Gould
română: Glenn Gould
русский: Гульд, Гленн
slovenčina: Glenn Gould
svenska: Glenn Gould
Türkçe: Glenn Gould
українська: Гленн Гульд
Tiếng Việt: Glenn Gould
粵語: Glenn Gould