Giorgio Agamben

Giorgio Agamben
Giorgio Agamben, wall portrait.jpg

Portrait d' Agamben (graffiti) à
La Demeure du Chaos (Musée l'Organe)

Naissance
(76 ans)
À Rome
Drapeau de l'Italie Italie
Nationalité
Formation
Principaux intérêts
Influencé par
A influencé
Distinctions
Prix européen de l'essai Charles-Veillon ()
Prix Albertus-Magnus ()
Prix Leopold-Lucas (d) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

Giorgio Agamben (né le à Rome) est un philosophe italien, spécialiste de la pensée de Walter Benjamin, de Heidegger, de Carl Schmitt et d'Aby Warburg ; il est particulièrement tourné vers l'histoire des concepts, surtout en philosophie médiévale et dans l'étude généalogique des catégories du droit et de la théologie. La notion de biopolitique, empruntée à Foucault, est au cœur de nombre de ses ouvrages.

Aperçu biographique

Né en 1942 à Rome, Giorgio Agamben fait des études de droit et de philosophie, avant de rédiger une thèse sur Simone Weil, puis de participer, en tant que post-doctorant, aux séminaires de Heidegger sur Hegel et Héraclite[1].

Après avoir enseigné successivement à l'université de Macerata et à l'université de Vérone, Giorgio Agamben devient en 2003 professeur d'Esthétique à l'université IUAV de Venise. Il démissionne de l'enseignement universitaire italien en 2009[2]. Il a aussi tenu un séminaire au Collège international de philosophie, dont il a présidé l'assemblée collégiale de 1986 à 1993.

Il est à ce jour[Quand ?] chercheur associé au sein de l'EHESS, au Centre Yan Thomas (centre spécialisé dans l'étude du Droit et du Droit Comparé).

Giorgio Agamben est un grand lecteur de Walter Benjamin et de Jacob Taubes, dont il a édité en Italie les œuvres complètes[1]. Après sa formation avec et autour de Heidegger, l'œuvre de Michel Foucault constitue pour lui une référence, œuvre dont il fournit une lecture très personnelle. Parmi les autres philosophes ayant influencé ses travaux, on peut citer J. Derrida, Guy Debord, H. Arendt, l'historien de l'art Aby Warburg (il travailla à la bibliothèque de l'Institut Warburg en 1974-75[1]), Carl Schmitt ou encore Nietzsche. Il s'appuie en outre sur les travaux de nombreux autres champs, dont en particulier l'histoire du droit, la théologie (évoquant régulièrement la mystique juive ou chrétienne), et l'histoire de l'art.

Ses ouvrages abordent des questions assez diverses, concernant le langage, la théologie de Paul de Tarse sous l'influence des travaux de Taubes, l'animal et l'homme, dans la ligne de Heidegger, le désir, les passions, d'après Aristote et Freud.

En 2006, Giorgio Agamben a reçu le prestigieux Prix européen de l'essai Charles Veillon[3] pour l’ensemble de son œuvre.

Il intervient régulièrement en organisant des séminaires à l'université Paris VIII (Vincennes–Saint-Denis) : en 2011 où il propose un séminaire intitulé « Je le veux. Je l'ordonne. Archéologie du commandement et de la volonté. »

Other Languages