Gay (homosexualité)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gay et Gai.

Un gay ou gai (féminin gaie) est une personne de sexe masculin ayant une attirance pour les individus du même sexe (ou genre) [1], [2]. Le terme gaie peut également être employé pour désigner une personne de sexe féminin ayant une attirance pour les individus de même sexe [3]. Ce terme peut donc désigner une personne homosexuelle, masculine et féminine ( lesbienne).

Couple d'hommes.

Histoire

Origine

Dessin de Punch Magazine (1857), illustrant l'utilisation de « gay » comme un euphémisme pour « prostituée ». Une femme a dit à l'autre : « How long have you been gay? » (« Depuis combien de temps es-tu gay ? »). L'affiche sur le mur annonce La traviata, opéra de Giuseppe Verdi inspiré de La Dame aux camélias d' Alexandre Dumas fils, évoquant la vie d'une célèbre courtisane.

Le mot « gay » est utilisé en anglais à partir du XIIe siècle, venant du vieux français « gai », très probablement dérivant d'une origine germanique [4]. Pour l'essentiel, le sens premier du mot est « joyeux », « sans souci », et le mot est très couramment utilisé en ce sens dans les discours et la littérature. Par exemple, l' optimisme des années 1890 est encore souvent dénommé, en anglais, « Gay Nineties ». Le titre d'un ballet français, la Gaîté parisienne (1938) de Manuel Rosenthal sur des thèmes d' Offenbach, illustre également cette connotation. Dés le XVIIe siècle, le terme gay est employé pour désigner ce qui a trait aux distractions et plaisirs immoraux, avant d'être associé au XIXe siècle à la prostitution [5].

Dans le monde anglophone

À son origine jusqu'au milieu du XXe siècle, gay est essentiellement utilisé en référence au fait d'être « insouciant », « heureux » ou « lumineux et voyant ». L'historien George Chauncey suggère que c'est cette idée d'ostensibilité et de flamboyance qui conduisit les « tantes » (fairies) à adopter ce terme dès les années 1920 aux États-Unis, tout comme sa polysémie qui en permettait un usage codé, utilisable en présence de personnes « normales » (hétérosexuelles). Dans les sous-cultures urbaines d'hommes efféminés, le mot gay était alors employé pour désigner les bars et les rues où les membres de ces communautés se retrouvaient, sans désigner les homosexuels pour autant.

Le terme a commencé à être utilisé en référence aux relations entre personnes de même sexe en 1947, avec un usage qui remonte peut-être à 1868 [4], au moment où le terme médical stigmatisant, homosexualité, a été inventé. Mais son usage populaire en ce sens n'existe que depuis les années 1950 [4].

Progressivement, « gay » en est venu à être utilisé comme adjectif et parfois comme nom, en rapport aux personnes, aux pratiques et à la culture associées à ladite l'homosexualité. Cette signification apparaît aux États-Unis dans les années 1970, suite aux émeutes de 1969 à New York, à travers les premières tenues de Gay Pride (la première fut Christopher Street Liberation Parade en 1970, coordonnée par Brenda Howard), qui visaient une pleine acceptation des gays et non pas une tolérance mêlée d'hypocrisie. Une étymologie non avérée postule que les initiales GAY du slogan « We are Good As You ! » sont à l'origine du mot, mais il s'agit en réalité d'un rétroacronyme [[réf. souhaitée].

À la fin du XXe siècle, le mot « gay » est d'usage courant en anglais pour désigner ce qui a trait aux personnes attirées par des personnes de même sexe et à l'univers qui s'y rattache (sexuel, social, culturel) [6], [7]. Le langage familier le distingue de « straight », un adjectif qui possède d'autres sens en anglais (conventionnel, franc, direct), qui lui confèrent donc un caractère plus normatif que son équivalent francophone, « hétéro ».

Dans un tout autre sens, un usage argotique à caractère péjoratif du mot apparaît dans certains pays anglo-saxons dans le courant des années 2000. Au Royaume-Uni, aux États-Unis et en Australie, gay peut ainsi revêtir une connotation moqueuse, non sexuelle, équivalente à « nul » ou « stupide » (par exemple : That's so gay!) [8], [9].

Sexualisation

Couple homosexuel à Berlin en 2006.

Il ne semble pas jusqu'au XXe siècle que le mot soit utilisé pour désigner spécifiquement les homosexuels, mais il avait précédemment acquis des connotations sexuelles [4].

Le mot semble être associé à l'immoralité à partir de 1637 [4] et est utilisé à la fin du XVIIe siècle avec le sens de « dépendance aux plaisirs et à la débauche » [10], et cela, par extension de la première signification du terme : « sans souci », impliquant « sans complexe au regard des contraintes morales ». Une femme « gay » est une prostituée, un homme « gay » est un homme à femmes et une maison « gay », un lupanar [4].

L'utilisation par la langue anglaise de « gay » dans le sens d'« homosexuel » est, à l'origine, une simple extension de la connotation sexualisée du mot, en « insouciance et désinvolture », qui implique une volonté d'ignorer les mœurs sexuelles respectables ou conventionnelles.

Cette utilisation serait documentée dès les années 1920 et il y a des indications pour une utilisation avant le XXe siècle [4], même si elle a d'abord été plus couramment utilisé pour définir des modes de vie hétérosexuelle sans contrainte, comme dans l'expression : « gay Lothario » [11] ou dans le titre du livre (et du film) The Gay Falcon (1941), qui concerne un détective, homme à femmes, dont le prénom est Gay. Au milieu du XXe siècle, un célibataire d'âge moyen peut être décrit comme « gay », sans aucune implication de l'homosexualité.

Cet usage peut s'appliquer aux femmes également. La bande dessinée britannique Jane est publié pour la première fois dans les années 1930 et décrit les aventures de Jane Gay. Loin de l'homosexualité, il fait référence à un style de vie libre avec beaucoup d'amants.

Alternative à « homosexuel »

Drapeau de l'homosexualité masculine.

En 1929, la comédie musicale Bitter Sweet de Noël Coward contient une autre utilisation du mot dans un contexte qui implique fortement l'homosexualité. Dans la chanson Green Carnation (« L'Œillet vert »), dont le titre fait référence au célèbre œillet d' Oscar Wilde dont l'homosexualité avait défrayé la chronique, quatre dandys des années 1890 déclarent :

Pretty boys, witty boys,
You may sneer
At our disintegration.
Haughty boys, naughty boys,
Dear, dear, dear!
Swooning with affectation…
And as we are the reason
For the “Nineties” being gay,
We all wear a green carnation.

—  Noël Coward, Bitter Sweet (1929)

« Garçons jolis, garçons futés
Vous pouvez ricaner
De notre délitement
Garçons hautains, garçons vilains,
Ouh là là !
Se pâmant avec affectation…
Et comme nous sommes la raison
Pour laquelle ces années 90 sont gays
Nous portons tous un œillet vert. »

— Bitter Sweet (1929)

D'autres usages, à cette date, ont la même ambiguïté. L'Impossible Monsieur Bébé (1938) est considéré comme le premier film à utiliser le mot « gay » en référence à l'homosexualité : dans une scène où les vêtements de Cary Grant ont été envoyés au nettoyage, il doit porter une robe de chambre féminine garnie de plumes. Quand un autre personnage s'enquiert du pourquoi de cette tenue, il répond : « Parce que je deviens gay tout d'un coup [12] ! » Cependant, étant donné que l'utilisation du mot pour désigner l'homosexualité est encore peu répandue à cette époque chez la plupart des spectateurs, la réplique peut aussi être interprétée comme signifiant « J'ai décidé de faire quelque chose de futile ». Il y a débat sur la signification de cette improvisation de Grant, la phrase ne figurant pas dans le script, notamment en raison des rumeurs concernant sa vie privée.

Le mot continue de fait à être utilisé avec le sens dominant d'« insouciance », comme en témoigne The Gay Divorcee ( La Joyeuse Divorcée), un film musical de 1934 sur un couple hétérosexuel. Le film portait à l'origine le titre The Gay Divorce (« Le Joyeux Divorce »), comme la pièce de théâtre dont il est tiré – et, détail amusant, dont l'auteur, Cole Porter, bien que marié était connu pour ses liaisons homosexuelles – mais le Code Hays avait estimé que si toute femme divorcée pouvait être « gay », il serait inconvenant qu'un divorce apparaisse ainsi.

En Grande-Bretagne, où l'homosexualité masculine était illégale jusqu'au Sexual Offences Act de 1967, l'accusation publique d'une personne comme « homosexuelle » était considérée comme outrageante et synonyme d'activités criminelles graves. En outre, aucun des mots décrivant les aspects de l'homosexualité n'est jugé approprié pour la bonne société. En conséquence, un certain nombre d'euphémismes ironiques est utilisé comme allusion à une homosexualité présumée.

Si la signification originelle du mot continue à être utilisée dans la culture populaire, notamment la chanson thème de la série télévisée d'animation des années 1960 Les Pierrafeu, où les spectateurs sont assurés d'« avoir un vieux temps gai », have a gay old time ou en 1966, la chanson des Herman's Hermits, No Milk Today (Top 10 au Royaume-Uni et Top 40 aux États-Unis), qui proclame « No milk today, it wasn't always so / The company was gay, we'd turn night into day » [13], le nouveau sens du mot « gay » est néanmoins suffisamment bien connu pour être utilisé en 1963 par Albert Ellis, dans son livre The Intelligent Woman's Guide to Man-Hunting. Dans la chanson I Feel Pretty de West Side Story (1961), Maria chante : « I feel pretty and witty and gay » ; l'évolution du sens de l'expression dans le langage courant a conduit, dans certaines versions, à modifier le texte en remplaçant « gay » par « bright »…

Dans le monde francophone

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (juillet 2010)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [ comment faire ?] ou le modèle sur les passages nécessitant une source.

Le sens « homosexuel » est donc vraisemblablement un développement du sens traditionnel du mot selon l' étymologie populaire décrite ci-dessus. La connotation de tenues frivoles et exubérantes (« vêtement gay ») a conduit à l'association avec « cabotin » et « effémine ». Cette association a, sans aucun doute, contribué à la réduction progressive du champ d'application de l'expression à son sens courant dominant, qui a d'abord été limitée aux sous-cultures, de préférence à d'autres, comme queer, qui possède une signification péjorative (ce terme est cependant aujourd'hui revendiqué par une frange militante de la communauté LGBT) ou « homosexuel » perçu comme clinique (l'homosexualité étant, jusqu'au milieu du XXe siècle associée à un diagnostic de maladie mentale dans le Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux (DSM)) [pas clair].

Other Languages
Afrikaans: Gay
অসমীয়া: সমকামী পুৰুষ
asturianu: Gai
azərbaycanca: Gey
башҡортса: Гей
Boarisch: Gay
беларуская: Гей
беларуская (тарашкевіца)‎: Гей
български: Гей
brezhoneg: Gae
català: Gai
Cebuano: Bayot
کوردی: گەی
čeština: Gay
Cymraeg: Hoyw
Deutsch: Gay
Zazaki: Gey
Ελληνικά: Γκέι
English: Gay
Esperanto: Gejo
español: Gay
eesti: Gei
Gaeilge: Aerach
galego: Gai
עברית: גיי
hrvatski: Gej
interlingua: Gay
Bahasa Indonesia: Gay
italiano: Gay
日本語: ゲイ
ქართული: გეი
한국어: 게이
Kurdî: Gey
Кыргызча: Гей
lumbaart: Gay
latviešu: Gejs
македонски: Хомосексуалец
монгол: Гей
मराठी: गे
Bahasa Melayu: Gay
မြန်မာဘာသာ: ဂေး
ਪੰਜਾਬੀ: ਗੇਅ
polski: Gej
português: Gay
Runa Simi: Chinaku
русский: Гей
srpskohrvatski / српскохрватски: Gej
සිංහල: සමරිසි
Simple English: Gay
slovenčina: Gay (homosexuál)
slovenščina: Gej
српски / srpski: Геј
தமிழ்: அகனன்
ไทย: เกย์
Türkmençe: Gay
Türkçe: Gey
татарча/tatarça: Гей
українська: Гей
oʻzbekcha/ўзбекча: Gey
Bân-lâm-gú: Gay
粵語: 基佬