Gaumont

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaumont (homonymie).
Gaumont
logo de Gaumont

Création10 et (122 ans)
FondateursLéon Gaumont
Personnages clésAlice Guy, Léonce Perret, Louis Feuillade, Jean-Louis Renoux, Nicolas Seydoux
Forme juridiqueSociété anonyme
SloganDepuis que le cinéma existe.
Siège socialNeuilly-sur-Seine
Drapeau de France France
DirectionSidonie Dumas
ActionnairesSony Music Entertainment JapanVoir et modifier les données sur Wikidata
ActivitéCinéma
ProduitsFilmVoir et modifier les données sur Wikidata
FilialesGaumont Animation
Xilam
Effectif202 (2014)
Site webhttp://www.gaumont.fr

Fonds propresen augmentation 280,3 millions € (2016)[1]
DetteIncrease Negative.svg 205,3 millions € (2016)[1]
Chiffre d’affairesen diminution 189 millions € (2016)[1]
- 13 % vs 2015
Résultat neten augmentation 18,9 millions € (2016)[1]
+6,2 % vs 2015
Cinéma Gaumont à Paris

Gaumont est une société française cinématographique fondée en 1895. C'est la plus ancienne société cinématographique au monde[2],[3].

Historique

XIXe siècle

Gaumont est fondée sous le nom de L. Gaumont et compagnie. Le 6 juillet 1895, Léon Gaumont rachète le Comptoir général de photographie des frères Richard dont il était le fondé de pouvoir. Les 10 et , sont signées à Paris et Chamonix[4], les statuts de « L. Gaumont et Cie », société en nom collectif et en commandite simple qui reprend l’exploitation du fonds de commerce du Comptoir général de photographie. Léon Gaumont devint immédiatement gérant de la société qui a comme commanditaires Gustave Eiffel, Joseph Vallot et le banquier Alfred Besnier[5]. La société fabrique à ses débuts des jumelles, des appareils de projection et de prise de vues. À partir d'avril 1896, le chronophotographe de Georges Demenÿ est commercialisé auprès de forains, accompagné de bandes de démonstration[6]. Alice Guy, alors secrétaire, est chargée la même année de réaliser les premiers films de fiction de Gaumont : « Mademoiselle Alice » devient la première femme cinéaste.

Appareil Gaumont de 1900 au Musée E. Driant
Un Spido reportage au Musée de la photographie d'Anvers

La société se diversifie dans la production de films en 1897, en raison du nombre important de produits concurrents bien que le marché soit très récent (les premiers films du cinéma, produits par Thomas Edison et réalisés par William Kennedy Laurie Dickson, datent de 1891 et sont exploités à partir de 1893, et les Frères Lumière présentent leur cinématographe pour la première fois en public le 28 décembre 1895). Ces films sont des atouts supplémentaires pour vendre les appareils. Au départ, il s'agit simplement de vues documentaires. Le premier de ces films est consacré à la ville de Boulogne-sur-Mer et rencontre un énorme succès.

XXe siècle

En 1900, Léon Gaumont présente à l'Exposition universelle un appareil couplant un projecteur et un phonographe. En 1903, il prend la marguerite commune comme logo, en hommage à sa mère qui se prénommait Marguerite[7]. Aujourd'hui, malgré de régulières modifications du dessin[8], la marguerite est toujours présente même si sa signification est quelque peu oubliée (voir logo actuel ci-dessus). Ce logo a conduit l'entreprise à se voir surnommée « la firme à la marguerite ». C'est aussi en référence à cela, qu'en 2006, le musée virtuel Gaumont a été ouvert le 16 novembre, soit le jour de la Sainte Marguerite[9].

La compagnie devient une société anonyme en 1906 sous le nom de Société des établissements Gaumont. La production se concentre dans les studios Elgé (d'après les initiales du fondateur) aux Buttes Chaumont où Léon Gaumont a fait installer un premier atelier cinématographique en 1897, avant d'en faire en 1905 un studio destiné à la prise de vues et muni d'un appareillage sophistiqué[10]. Le catalogue de production ne se limite pas à la fiction mais comporte aussi plusieurs centaines de films documentaires, dont beaucoup seront regroupés dans les années 1920 au sein de l'Encyclopédie Gaumont[11].

La vente de films se transformant en location, Gaumont ouvre ses premières salles de cinéma, et notamment le Gaumont Palace en juillet 1911.

De 1914 à 1917, Léonce Perret prend la place de directeur artistique de Gaumont après le départ de Louis Feuillade au front.

L'expansion de Gaumont s'arrête avec la Première Guerre mondiale et dans les années qui suivent, elle perd des parts de marché face aux concurrents américains, Hollywood, avec Griffith, DeMille, Sennett et Chaplin[12]. À la mort du principal réalisateur, Louis Feuillade, en 1925, la production de films s'arrête et la compagnie se concentre sur l'aspect technique. Gaumont signe un accord de distribution avec Metro-Goldwyn-Mayer et les salles passent sous le contrôle de la Gaumont Metro Goldwyn qui en résulte.

À l'arrivée du parlant en Europe au début des années 1930, les entreprises cinématographiques ont besoin d'argent pour investir. L'état français et la Banque nationale de Crédit participent au rapprochement de Gaumont avec l'un des deux autres acteurs du secteur, Louis Aubert, qui a fondé la Compagnie générale du cinématographe et possède la chaîne de salles Aubert Palace. Cette alliance amène à la création de la société Gaumont Franco-Film Aubert (GFFA) et à la vente ou la fermeture des usines, des filiales et agences étrangères. La nouvelle société produit essentiellement des films comiques mais dépose le bilan en 1934[13]. Elle renaît en 1938 grâce à un accord entre l'état, Havas, Publicis et la compagnie des compteurs, sous le nom de Société nouvelle des établissements Gaumont, jusqu'en 1975 où elle redevient simplement Gaumont.

En 1969, Société nouvelle des établissements Gaumont reprend la "Société française des films et cinématographes Éclair" (propriétaire de l'Éclair-Journal) et prend une participation importante dans la société Éclair-Journal.

En 1972, Schlumberger, devenu majoritaire au sein de Gaumont, veut vendre : l'entreprise se remet mal de l'échec de la superproduction Boulevard du rhum. Le groupe vend ses parts, estimés à 40 %, à Nicolas Seydoux et Daniel Toscan du Plantier. Alors que l'ambitieux Jean-Pierre Rassam avait promis différents projets pour renflouer l'entreprise et voulait à tout prix acquérir les parts. Mais le bilan comptable de sa société Ciné qua non ne jouait pas en sa faveur entre les dépassements de budgets ou échecs commerciaux des films Les Chinois à Paris, Touche pas à la femme blanche ! et Lancelot du Lac. Rassam n'acquiert pas Gaumont à sa grande surprise[14].

Gaumont est dirigée depuis 1975 par Nicolas Seydoux, développant les pôles exploitation et production. L'entreprise demeure un des plus importants producteurs et distributeurs de cinéma en France. Grâce à Jean-Louis Renoux, directeur général, Gaumont devient une référence française en matière d'exploitation[15]. Gaumont fait figure d'entreprise innovante[16] avec la création du projet cinéma numérique (2000-2008) sous la responsabilité technique de Philippe Binant[17].

Gaumont multimédia[18] est fondé en 1995 par Marc du Pontavice dans les anciens studios de Luc Besson à Paris. En 1999, Xilam rachète à Gaumont les actifs de Gaumont Multimédia au titre du catalogue.

XXIe siècle

En matière d'exploitation de salles de cinéma, la marque Gaumont est gérée depuis 2001 par la filiale Les cinémas Gaumont Pathé[19].

En 2004 est ouvert le fonds d'archives commun Archives Gaumont-Pathé (en). Il contient les archives Gaumont et Pathé des XXe et XXIe siècles, soit plus de 2 000 titres, ainsi que les archives des journaux d'actualité Eclair de 1908 à 1979.

En 2013, La Gaumont rachète Fideline Films, la société de production de Pierre Richard, dans une perspective de restauration de son catalogue[20].

En mars 2017, Gaumont se retire de l'exploitation cinématographique[21] en vendant, à Pathé, sa participation de 30% dans Les cinémas Gaumont Pathé[22]. La marque Gaumont devrait progressivement disparaître des multiplexes au profit de la marque Pathé.

Other Languages
български: Гомон
català: Gaumont
Deutsch: Gaumont
Ελληνικά: Gaumont Film Company
Esperanto: Gaumont
euskara: Gaumont
فارسی: گومون
magyar: Gaumont
Bahasa Indonesia: Perusahaan Film Gaumont
italiano: Gaumont
日本語: ゴーモン
한국어: 고몽
norsk: Gaumont
polski: Gaumont
Piemontèis: Gaumont
português: Gaumont
română: Gaumont
русский: Gaumont
svenska: Gaumont
українська: Gaumont
Tiếng Việt: Hãng phim Gaumont