Gaule

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gaule (homonymie).
Carte de la Gaule avant la Guerre des Gaules selon Gustav Droysen[1] d'après les peuples définis par Jules César : les Belges (en orange), les Aquitains (en rouge), la Gaule celtique (en vert) et la Gaule narbonnaise (en jaune).

La Gaule (en latin : Gallia) était une région de l'Europe de l'Ouest peuplée de populations celtiques principalement et aquitaines, comprenant la France, le Luxembourg, la Belgique, la majeure partie de la Suisse, le nord de l'Italie, ainsi que des régions des Pays-Bas et d'Allemagne. la rive ouest du Rhin. Elle couvrait une superficie de 494 000 km2[2]. Archéologiquement, les Gaulois étaient porteurs des cultures de Hallstatt (en partie) et de la Tène, qui s'étendait à travers toute la Gaule, ainsi qu'à l'est de la Raetia, Noricum, Pannonia et le sud-ouest de la Germanie du Ve siècle Ve siècle av. J.-C. au Ier siècle Ier siècle av. J.-C.. La Gaule tomba sous domination romaine durant le IIe siècle IIe siècle av. J.-C. au Ier siècle Ier siècle av. J.-C. : la Gallia Cisalpina fut conquise en -203 et la Gallia Narbonensis en -123. La Gaule a été envahie après -120 par les Cimbres et les Teutons, qui ont été à leur tour vaincus par les Romains en -103. Jules César a finalement subjugué les parties restantes de la Gaule (qu'il considère comme divisée en trois parties : Gallia Celtica, Belgica et Aquitania) dans ses campagnes de -58 à -51. Quant à l'Aquitaine césarienne, elle se différencie du reste de la Gaule par son assise linguistique basque-aquitaine[3].

La Gaule romaine a duré cinq siècles, jusqu'à ce que le dernier état croupion romain, le domaine de Soissons, ne tombe aux mains des Francs en 486. Alors que les gaulois celtiques avaient perdu leurs identités et leurs langues originelles durant l'antiquité tardive, devenant amalgamés en la culture gallo-romaine, Gallia est resté le nom conventionnel du territoire tout au long du haut Moyen Âge, jusqu'à ce qu'elle acquière une nouvelle identité en tant que royaume de France capétien dans la haute période médiévale. Gallia reste un nom de la France dans le grec moderne (Γαλλία) et le latin moderne (à côté des alternatives Francia et Francogallia).

Étymologie

Situation de la Gaule dans l'empire romain.

Les auteurs latins utilisent déjà le nom de Gallia (« Gaule ») et celui de Galli (« Gaulois »), pluriel de Gallus, pour désigner les Celtes installés en Gaule et en Galatie occidentale, « Γαλατία » en grec[4].

Le nom de Gallia est attesté pour la première fois chez Porcius Caton vers 168 av. J.-C., mais son emploi est très probablement beaucoup plus ancien. Il servait d'abord à désigner les peuples celtes qui avaient colonisé la plaine du nommée par la suite Gaule cisalpine. Cependant, c'est seulement avec la Guerre des Gaules, de Jules César, que ces concepts vont se diffuser largement, le proconsul romain taillant dans la civilisation celtique une unité géographique arbitraire correspondant aux limites de sa conquête de la Gaule[5].

Au Moyen Âge, l'historien Richer de Reims donne une étymologie pittoresque au nom propre Gaule dans ses Historiae : « j'ai jugé à propos de n'indiquer que les parties d'une seule partie de l'Europe, la Gaule. Son nom lui vient de la blancheur parce que ceux qui en sont originaires présentent la caractéristique d'un type très blanc »[6].

On ne connaît pas avec certitude l'étymologie du terme latin Gallia, mais il pourrait être lui-même un emprunt au celtique. Peut-être s'agit-il d'un type *galiā, d'un radical *gal-, qui devait désigner la force, terme restitué d'après le vieil irlandais gal « fureur guerrière », également radical du gallois gallu « pouvoir », breton galloud, de même sens[7]. Les Galli seraient donc « les forts », « les puissants » ou « les furieux »[8]. Le radical *gal- ou *gali- serait en outre à l'origine des mots français jaillir (< bas latin *galire)[9] et gaillard[10].

Ce n'est qu'à la Renaissance que le nom latin Gallus est associé par analogie chez les érudits à son homonyme latin gallus « coq » (latin gallus > ancien français jal, jau « coq », l'étymologie de ce gallus-coq le faisant peut-être remonter à une racine signifiant « faire du bruit, chanter »). C'est pourquoi il est devenu l'animal emblématique de la France lors de la redécouverte de « nos ancêtres les Gaulois »[11]

Si les mots français Gaule et gaulois sont bien les traductions usuelles des mots latins Gallia, Gallus et Gallicus, il existe deux thèses pour leur étymologie[12]. En effet, le passage apparemment évident de Gallia à Gaule présente deux difficultés : le G- initial dans le groupe /ga/ aurait dû subir une palatalisation selon les règles d'évolution du latin à la langue d’oïl (cf. gallus « coq » > ancien français jal « coq », forme régulière). C'est dire que Ga- aurait dû faire place à Ja- (sauf en normanno-picard). Ensuite, la palatalisation en [ʎ] de la latérale [l] (ou [ll]) suivie de yod aurait dû se produire (voir contexte général des consonnes suivies d'un yod), puis [ʎ] aurait dû se muer en [j] à partir du e siècle (cf. ALLIU > ail [aj]), d'où *Jail- (cf. jaillir ci-dessus), phénomène d'ailleurs attesté dans la toponymie française pour ces exemples précis, ainsi trouve-t-on : La Jaille-Yvon ([Yvo de] Gallia en 1052 - 1068[13]) et le type toponymique Jailly (Nièvre, Côte-d'Or) de *GAL[L]IACU ou Jallais (Maine-et-Loire, Galiscus vers 1130).

Une première explication se base sur le terme par lequel les Germains désignaient des peuples non germaniques situés à l'ouest ou plus au sud, c'est-à-dire des Celtes ou des locuteurs de langue latine, à savoir *Walha « les Celtes » ou « les Romans » (cf. Walh et *walhisk > Waals « wallon » en néerlandais et welsch dans les dialectes allemands du sud et signifiant « roman(ophone), francophone, italien » et les noms anglais pour les territoires celtiques Wales et Cornwall)[14],[notes 1]. C'est bien ainsi que le germanique *Walha est à l'origine de wallon et de Wales, Galles, gallois. Mais ceci n'explique pas bien l'ancienne diphtongue [au], qui est un développement régulier de [al] devant une consonne (cf. cheval ~ chevaux et latin alter > autre ), car la consonne germanique h tend à disparaître rapidement en français, comme le montre le a conservé dans wallon et Galles, de même que dans le nom de famille Wallois présent dans le Pas-de-Calais, à la limite de la Flandre et de la zone romane, et également issu du francique *Walha. Cependant, *Walha a dû passer au stade *Wahla par métathèse, le h vélaire s'est vocalisé en u, comme dans l'exemple parallèle du mot saule issu de *salha[15]. Il est possible que le toponyme Plaine des Vaulois à Saint-Ouen-le-Mauger (Seine-Maritime) ait cette origine car le w initial ([w]) est régulièrement passé à v ([v]) au e siècle en normand septentrional.

Cependant Gallia n'a pas forcément été soumis à cette évolution du langage parlé car il a rapidement disparu du langage populaire pour être remplacé par Francia / Francie / France, remplacement initié dès les mérovingiens et bien achevé sous les carolingiens[12]. Gallia n'est alors plus utilisé que dans les ouvrages savants ou littéraires pour faire référence aux temps de l'Empire romain, sous une forme qui finit par être francisée. Un des premiers exemples est celui de Wace à la fin du XIIe siècle dans le Roman de Rou et il éclaire bien le processus : Wace explique dans un passage que beaucoup de pays ont changé de nom et en cite une grande liste dans laquelle on trouve la « France » qui s'appelait auparavant « Gale », ainsi que « Gales » (le Pays de Galles) qui s'appelait auparavant « Cambrie » (Wace ne double donc ni le l de Galle, ni celui de Galles, ce qui lui est propre). Mais l'ancien nom de la France n'est pas Gale, mais Gallia, de même que l'ancien nom du Pays de Galles est Cambria et non Cambrie. Wace a donc francisé à sa manière les noms latins originels, sans que cela n'aboutisse à une forme palatalisée. En rétablissant le double l, Gallia est ainsi plus souvent francisé sous la forme Galle au XIIe siècle[12], tandis que Gaule est attesté dans des sources médiévales littéraires et historiques au milieu du XIIIe siècle[16], et apparaît issu de Galle, par vocalisation régulière du premier l (-al- > -au- devant une consonne).

Dans cette hypothèse, Gaule ne serait pas l'évolution d'un nouveau nom *Walha qui viendrait des Francs et dont on n'a aucune attestation, mais résulterait simplement de la francisation savante de Gallia, sur l'exemple de Wace dans le Roman de Rou. Cette francisation a néanmoins pris la forme Galle et non Gallie (cfr. Cambria > Cambrie, Germania > Germanie, etc.), ce qui est peut-être le résultat d'une influence du germanique *Walha.

Il existe d'autres exemples de non-palatalisation concernant des mots voisins, mais les raisons diffèrent. D'une part, l'évolution du latin nux gallica, la noix (dite gauloise), qui a donné l'ancien français nois gauge[17] ; mais il s'agit probablement d'un mot d'origine picarde influencé phonétiquement par le germanique walh- (cf. néerlandais walnoot « noix » littéralement « des Gaules »), puisque l'on trouve également les formes gauke et dérivées gauguier, waukier « noyer ». D'autre part, le mot gaillard, attesté dès le XIIe siècle comme adjectif au sens de vigoureux, plein de vie[18] offre un bon exemple de maintien du [g], ainsi que quelques toponymes comme Guilly (Indre) ou Guilly (Loiret, Galliacum en 900). Il serait issu du même radical gaulois *galia « force, bravoure » que le mot latin Gallia (voir ci-dessus). D'après le TLFI[18] cependant « le maintien du g- [pour gaillard] peut s'expliquer par suppression dissimilatrice de la palatalisation au stade *gyalya; une infl. suppl. de gai n'est pas à écarter du point de vue sémantique ».

Other Languages
Afrikaans: Gallië
Alemannisch: Gallien
aragonés: Galia
Ænglisc: Gallia
العربية: بلاد الغال
مصرى: الغال
asturianu: Galia
azərbaycanca: Qalliya
تۆرکجه: گال
беларуская: Галія
български: Галия
বাংলা: গল
བོད་ཡིག: ཀའོ་ལུའུ།
brezhoneg: Galia
bosanski: Galija
català: Gàl·lia
čeština: Galie
Чӑвашла: Галли
Cymraeg: Gâl
dansk: Gallien
Deutsch: Gallien
Ελληνικά: Γαλατία
English: Gaul
Esperanto: Gaŭlio
español: Galia
eesti: Gallia
euskara: Galia
suomi: Gallia
Nordfriisk: Galien
Frysk: Galje
Gaeilge: An Ghaill
galego: Galia
עברית: גאליה
हिन्दी: गॉल
magyar: Gallia
Հայերեն: Գալիա
Bahasa Indonesia: Galia
Ido: Galia
íslenska: Gallía
italiano: Gallia
日本語: ガリア
ქართული: გალია
қазақша: Галлия
ಕನ್ನಡ: ಗಾಲ್
한국어: 갈리아
kurdî: Galya
Кыргызча: Галлия
Latina: Gallia
Ladino: Galia
Limburgs: Gallië
lumbaart: Galia
lietuvių: Galija
latviešu: Gallija
македонски: Галија
मराठी: गॉल
Bahasa Melayu: Gaul
Napulitano: Gallia
Plattdüütsch: Gallien
Nederlands: Gallië
norsk nynorsk: Gallia
norsk: Gallia
Novial: Gallia
occitan: Gàllia
polski: Galia
پنجابی: گال
português: Gália
română: Galia
русский: Галлия
sicilianu: Gallia
Scots: Gaul
srpskohrvatski / српскохрватски: Galija
Simple English: Gaul
slovenčina: Galia
slovenščina: Galija
српски / srpski: Галија
svenska: Gallien
Kiswahili: Gallia
ไทย: กอล
Türkçe: Galya
українська: Галлія
Tiếng Việt: Gallia
West-Vlams: Gallië
walon: Gåle
吴语: 高卢
中文: 高卢
Bân-lâm-gú: Gallia
粵語: 高盧