Génocide

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Génocide (homonymie).

Un génocide est un crime qui consiste en l'élimination physique intentionnelle, totale ou partielle, d'un groupe national, ethnique ou religieux, en tant que tel, ce qui veut dire que ses membres sont détruits ou rendus incapables de procréer en raison de leur appartenance au groupe. Le génocide peut être perpétré par divers moyens, dont le meurtre collectif, direct ou indirect. Certains juristes et historiens précisent la définition, estimant notamment que le génocide est systématique et programmé. Le génocide arménien, la Shoah et le génocide des Tutsis, trois génocides reconnus par l'ensemble des spécialistes, sont en effet des exterminations planifiées par un État, indifférentes à l'âge ou au sexe des victimes.

Origine et étymologie

Il existait déjà en français le néologisme populicide créé sous la Révolution française par Gracchus Babeuf pour désigner les massacres des populations civiles de Vendée perpétrés sur ordre de la Convention, terme qui était tombé dans l'oubli.

Le terme génocide est un néologisme forgé en 1944 par Raphael Lemkin, professeur de droit américain d'origine juive polonaise, à partir de la racine grecque γένος génos, « naissance », « genre », « espèce », et du suffixe -cide, qui vient du terme latin caedere, « tuer », « massacrer ».

Le terme génocide est apparu pour la première fois dans son étude Axis Rule in Occupied Europe publié en 1944 par la Fondation Carnegie pour la Paix Internationale, il est introduit au chapitre IX intitulé « Génocide » pour tenter de définir les crimes perpétrés par le gouvernement des Jeunes-Turcs de l' Empire ottoman à l'encontre des Arméniens pendant la Première Guerre mondiale, ceux dont furent victimes les Assyriens en Irak en 1933, puis ceux commis par les nazis à l'encontre des peuples juif, slaves et tzigane durant la Seconde Guerre mondiale [1].

Appliquant ensuite cette qualification aux crime contre l'humanité perpétré par les nazis contre les peuples juif et tzigane durant la Seconde Guerre mondiale, Raphael Lemkin écrit : « De nouveaux concepts nécessitent de nouveaux mots. Par génocide, nous entendons la destruction d'une nation ou d'un groupe ethnique. » Il précisera ailleurs que par génocide, il entend autant les actions concertées pour détruire des groupes dans leur dimension physiques ou raciale, que dans leur existence religieuse, linguistique ou culturelle. Il sera repris dans cette conception par Claude Lévi-Strauss.

En 1933, alors que le Holodomor est en cours, mais qu'il reste bien occulté [2], Lemkin est troublé par le massacre des Assyriens chrétiens et particulièrement par ses souvenirs du massacre systématique des Arméniens par l' Empire ottoman pendant la Première Guerre mondiale [3]. En tant que juriste international, il étudie des propositions pour empêcher et prévenir de tels crimes. Malgré le rejet de sa proposition par le conseil de la Société des Nations à Madrid, Lemkin continue ses recherches jusqu'en 1944. D'après Samantha Power, Lemkin a appuyé sa réflexion sur le procès de l'Arménien Soghomon Tehlirian, meurtrier en 1921 à Berlin du ministre de l'Intérieur turc Talaat Pacha, principal organisateur du génocide arménien [4].

Dans l'esprit des génocidaires racistes, l'extermination est fondée sur l'idée de différenciation entre leur propre population qu'ils considèrent comme « supérieure » et/ou « élue », et les autres qu'ils considèrent comme « inférieures » et/ou « indésirables », et que l'on appartient « par naissance » à telle ou telle population. En revanche, dans les génocides à motivation ou prétexte économique et social ou idéologique (dont religieux) (politicides), les victimes ne sont pas visées comme personnes ou comme membres d'un groupe ethnique, mais en raison de leurs positions sociales antérieures ou comme vecteurs supposés de leurs idées [5].

Selon le Dictionnaire historique de la langue française d' Alain Rey, le mot se fait jour en français en même temps qu'il apparaît en anglais. D'abord employé à propos des nazis et de leur «  Solution finale » du « problème juif », il se dit de la destruction méthodique ou de la tentative de destruction d'un groupe ethnique, et par extension, vers 1970, de l'extermination d'un groupe en peu de temps.

Other Languages
Afrikaans: Volksmoord
Alemannisch: Völkermord
Ænglisc: Folcmorðor
العربية: إبادة جماعية
অসমীয়া: নৰসংহাৰ
asturianu: Xenocidiu
azərbaycanca: Soyqırım
башҡортса: Геноцид
беларуская: Генацыд
беларуская (тарашкевіца)‎: Генацыд
български: Геноцид
brezhoneg: Gouennlazh
bosanski: Genocid
català: Genocidi
کوردی: کۆمەڵکوژی
čeština: Genocida
Чӑвашла: Геноцид
Cymraeg: Hil-laddiad
dansk: Folkedrab
Deutsch: Völkermord
Zazaki: Cênosid
Ελληνικά: Γενοκτονία
English: Genocide
Esperanto: Genocido
español: Genocidio
eesti: Genotsiid
euskara: Genozidio
فارسی: نسل‌کشی
Frysk: Genoside
Gaeilge: Cinedhíothú
galego: Xenocidio
עברית: רצח עם
हिन्दी: नरसंहार
hrvatski: Genocid
magyar: Népirtás
Bahasa Indonesia: Genosida
italiano: Genocidio
Basa Jawa: Genosida
ქართული: გენოციდი
қазақша: Геноцид
한국어: 집단살해
Kurdî: Jenosîd
Кыргызча: Геноцид
Latina: Genocidium
Limburgs: Genocide
lietuvių: Genocidas
latviešu: Genocīds
македонски: Геноцид
മലയാളം: വംശഹത്യ
Bahasa Melayu: Pembasmian kaum
Nederlands: Genocide
norsk nynorsk: Folkemord
norsk: Folkemord
occitan: Genocidi
ਪੰਜਾਬੀ: ਨਸਲਕੁਸ਼ੀ
polski: Ludobójstwo
português: Genocídio
română: Genocid
русский: Геноцид
русиньскый: Ґеноцід
Scots: Genocide
سنڌي: قتل عام
srpskohrvatski / српскохрватски: Genocid
Simple English: Genocide
slovenčina: Genocída (právo)
slovenščina: Genocid
shqip: Gjenocidi
српски / srpski: Геноцид
svenska: Folkmord
тоҷикӣ: Генотсид
Türkçe: Soykırım
тыва дыл: Геноцид
українська: Геноцид
اردو: نسل کشی
oʻzbekcha/ўзбекча: Genotsid
Tiếng Việt: Diệt chủng
walon: Djenocide
ייִדיש: פעלקער מארד
中文: 种族灭绝
粵語: 種族滅絕