Franz de Champagny

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres membres de la famille, voir Famille de Nompère de Champagny.
Franz de Champagny
Description de cette image, également commentée ci-après
« Franz de Champagny » (1804-1882), 4e duc de Cadore.
Nom de naissance François-Joseph-Marie-Thérèse de Nompère de Champagny
Naissance
Vienne ( Empire d'Autriche)
Décès (à 77 ans)
Paris
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Français
Franz de Champagny
Fonctions
Duc de Cadore (4e)
Biographie
Nom de naissance François-Joseph-Marie-Thérèse de Nompère de Champagny
Date de naissance
Lieu de naissance Vienne ( Empire d'Autriche)
Date de décès (à 77 ans)
Lieu de décès Paris
Père Jean-Baptiste de Nompère de Champagny
Mère Victoire Blandine Huë de Grosbois
Conjoint Marie Charlotte Jeanne Camus du Martroy
Enfants Marguerite
Marie Emmanuel
Blandine
Pierre
Alix
Emmanuel
André
Geneviève
Marguerite
Religion Catholicisme

Franz de Champagny de son vrai nom François-Joseph-Marie-Thérèse de Nompère de Champagny, né le à Vienne ( Empire d'Autriche) et mort le à Paris, est un historien, journaliste, essayiste et académicien français.

Biographie

François-Joseph-Marie-Thérèse de Nompère de Champagny est le fils de Jean-Baptiste Nompère de Champagny (1756-1834), qui fut ambassadeur en Autriche au moment de sa naissance, il reçut le prénom de son parrain François François Ier d'Autriche.

Il fut magistrat et journaliste, rédacteur à la revue Le Correspondant.

Fervent catholique, il a écrit de nombreux ouvrages historiques sur la Rome antique et les débuts de la chrétienté ainsi que de divers ouvrages politiques.

Il fut également historien et publiciste, collaborateur de la Revue des Deux Mondes, fondateur et rédacteur de La Revue contemporaine, il fut plusieurs fois candidat à l’Académie française, soutenu par Guizot et Dupanloup ; élu le 29 avril 1869 en remplacement de Pierre-Antoine Berryer, il n'était pas, bien que royaliste et clérical, un candidat nettement hostile à Napoléon III, deux de ses frères étant députés officiels, son élection fut l'objet d'un marchandage entre le parti politique de Guizot et les impérialistes, qui tourna à la confusion de ces derniers ; il fut reçu le 10 mars 1870 par Sylvestre de Sacy, et il reçut Émile Littré.

Il était également membre de la Société d'archéologie et d'histoire de Seine-et-Marne et propriétaire du château des Trois-Moulins [1] (lieu-dit à cheval sur les communes de Maincy, Melun et Rubelles).

Il est inhumé au cimetière du Montparnasse (3e division, 315 P 1834).