François Loncle

François Loncle
Image illustrative de l'article François Loncle
Fonctions
Président de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale
Législature XIe
Prédécesseur Jack Lang
Successeur Édouard Balladur
Député de la 4e circonscription de l'Eure

(20 ans et 8 jours)
Élection
Réélection

Prédécesseur Bernard Leroy
Successeur Bruno Questel

(4 ans et 10 jours)
Prédécesseur Aucun (scrutin proportionnel)
Successeur Alain Bureau

(4 ans, 8 mois et 30 jours)
Élection
Prédécesseur Jacques Tailleur
Successeur Aucun (scrutin proportionnel)
Secrétaire d'État à la Ville

(6 mois et 22 jours)
Président François Mitterrand
Gouvernement Bérégovoy
Prédécesseur Bernard Tapie
(ministre de la Ville)
Successeur Bernard Tapie
(ministre de la Ville)
Secrétaire d'État au Plan

(3 mois et 3 jours)
Maire de Brionne

(13 ans et 4 jours)
Prédécesseur Georges Beuvain
Successeur Gérard Grimault
Biographie
Date de naissance (75 ans)
Lieu de naissance Enghien-les-Bains ( Val-d'Oise)
Nationalité Français
Parti politique PS
Diplômé de Centre de formation
des journalistes
Profession Journaliste-reporter
Résidence Eure

François Loncle, homme politique français, né le à Enghien-les-Bains ( Val-d'Oise).

Biographie

Il est ancien élève de la Faculté de droit de Paris et diplômé du Centre de formation des journalistes à Paris (promotion 1963).

Il est marié et père de trois enfants.

Il commence sa carrière en tant que journaliste-reporter à Paris Normandie. En 1964, il entre à l' ORTF, donc il débute par l'émission quotidienne sur la Bourse, après il fait des reportages de service économique dans les journaux télévisés quotidiens « 20 heures » sur la 1re chaîne [1], [2] et participe à des reportages pour l'émission « Panorama » [3]. En juillet 1968, il est licencié avec 120 autres journalistes sur ordre du gouvernement de Georges Pompidou. À la fin de l'année 1969, il est embauché par Eugène Descamps comme attaché de presse de la CFDT, où il reste jusqu'à la fin de l'année 1970 [4], [5].

En 1971, il fonde le Groupe d'études et d'action radical-socialiste avec plusieurs membres du Parti radical [6]. Cette tendance devient ensuite le Mouvement des radicaux de gauche, dont il est secrétaire national jusqu'en 1981 [7].

Soutenu par Pierre Mendès France [8], il est élu député de la quatrième circonscription de l'Eure le 21 juin 1981. Il adhère au Parti socialiste à la suite de cette élection. Il est réélu député en 1986 et 1988. Battu lors de la défaite historique de la gauche en 1993, il est élu à nouveau en 1997 à la suite de la dissolution de l' Assemblée nationale décidée par le président de la République Jacques Chirac, puis élu encore en 2002, 2007 et 2012.

En 1992, il est nommé secrétaire d'État dans le gouvernement de Pierre Bérégovoy.

En 1997, il intègre la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale, qu'il présidera du 5 avril 2000 au 18 juin 2002.

Il est actuellement président du groupe d'amitié Burkina Faso, vice-président des groupes d'amitié Serbie, Estonie, Costa Rica, Nouvelle-Zélande, Mauritanie, Ouganda et Syrie, secrétaire du groupe d’amitié France- Mali, vice-président du Groupe d'études à vocation internationale sur les questions liées à l'expansion de l'économie taïwanaise [9] , membre du groupe d'études sur la question du Tibet [10], depuis 2011 rapporteur du groupe de travail sur la sécurité au Sahel [11], membre de la commission d’enquête sur la surveillance des filières djihadistes [12] et de la mission d’information sur la Libye [13]de l'Assemblée nationale.

Il est vice-président de la délégation française de l' Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe [14].

Il parraine Emmanuel Macron pour l' élection présidentielle 2017 [15].

Il soutient Bruno Questel pour les élections législatives 2017 [16], [17], ayant décidé de ne pas se représenter.

Other Languages