Frédéric Bazille

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bazille.
Frédéric Bazille
Frederic Bazille ) Etienne Carjat.jpg

Portrait de Frédéric Bazille par Étienne Carjat (1865).

Naissance
Décès
Nom de naissance
Jean Frédéric Bazille
Nationalité
Activité
Maître
Mouvement
Influencé par
Père
Fratrie
Marc Bazille (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres réputées
La Robe rose (1864)
Atelier de la rue Furstenberg (1865)
Réunion de famille (1867)
Scène d'été (1869)
signature de Frédéric Bazille

signature

Jean Frédéric Bazille, né le à Montpellier (Hérault) et mort au combat le à Beaune-la-Rolande (Loiret), est un peintre impressionniste français.

Biographie

Frédéric Bazille, Portrait d'Alfred Sisley (1867-1868), ancienne Collection Wildenstein, détruit durant la Seconde Guerre mondiale[1].

Frédéric Bazille, est né dans une famille de notables protestants de Montpellier (Hérault). Son père, Gaston Bazille, est agronome et sénateur[2], sa mère Camille Vialars est héritière du domaine agricole de Saint-Sauveur à Lattes. Frédéric Bazille commence des études de médecine pour faire plaisir à ses parents. Mais la vocation est pressante : dès 1859, il suit des cours de dessin au musée Fabre dans l'atelier des sculpteurs montpelliérains, Baussan père et fils[3] et de peinture en copiant les maîtres anciens comme Véronèse[4].

En 1862, il part s'installer à Paris où il s'inscrit à l'atelier du peintre Charles Gleyre sous les conseils de son cousin peintre Eugène Castelnau. Il commence par se perfectionner en dessin, mais sait qu'il sera peintre. Dans cet atelier, il rencontre Claude Monet, puis Auguste Renoir. Très vite, un groupe se forme qui intègre Edgar Degas, Alfred Sisley, Édouard Manet, Berthe Morisot, Paul Cézanne, Camille Pissarro, Émile Zola, Paul Verlaine[5]

Plus favorisé qu'eux, il loue son premier atelier en 1864, puis il partage divers ateliers avec Renoir et Monet dès 1865. Il se sent prêt à participer au Salon de 1866 et soumet deux toiles à l'épreuve du jury : un sujet moderne, Jeune fille au piano et une nature morte classique, Poissons. Seule la seconde est acceptée comme le prévoyait d'ailleurs Bazille[6],[5].

À Paris, la peinture n'est pas le seul centre d'intérêt de Frédéric Bazille. Il se passionne pour l'écriture, le théâtre, la musique, l'opéra. Il se lie d'une grande amitié avec Edmond Maître et fréquente en sa compagnie les concerts[5]. Henri Fantin-Latour le représente debout de profil, à droite du tableau Un atelier aux Batignolles (1870). Il tente aussi de pratiquer l'eau-forte chez le galeriste-éditeur Alfred Cadart : on connaît une seule épreuve, La Vue de village[7].

Il passe généralement ses étés dans la propriété familiale du domaine de Méric[8], à Montpellier face au village de Castelnau-le-Lez, domaine qui sert de décor à quelques-unes de ses toiles, comme La Robe rose (1864), Réunion de famille (1867) ou Vue de village (1868).

Sa palette s'éclaircit et se colore.

Le , il s'engage au 3e régiment de zouaves, contre la volonté de ses proches, dans le conflit franco-prussien. Sergent fourrier puis sergent-major, touché au bras et au ventre, il meurt à 28 ans, le , à la bataille de Beaune-la-Rolande[5].

La première exposition[9] des impressionnistes a lieu du au chez Nadar, boulevard des Capucines à Paris, quatre ans après sa mort, sans qu'aucun de ses tableaux ne soit exposé. En 1900, le critique et historien Roger Marx découvre Bazille et inclut deux tableaux dans sa grande exposition d'art français[10], organisée pour l'Exposition universelle de Paris.

L'ami

Edmond Maître partage avec Frédéric Bazille sa passion pour la musique de Richard Wagner, Gabriel Fauré, Robert Schumann, et pour la poésie. Ensemble, ils vont assister à Bruxelles à la première représentation de Lohengrin[11]. Bazille exécute le portrait d'Edmond Maître en 1869 : une huile sur toile de 84 × 65 cm, conservée actuellement à la National Gallery of Art de Washington.

La mort de Bazille est un déchirement pour Maître. Bazille est tombé en accomplissant un acte d'héroïsme le , au cours de la guerre franco-prussienne, devant Beaune-la-Rolande, en essayant de protéger des femmes et des enfants. Dans une lettre à sa famille, Maître écrit : « De tous les jeunes gens que j'ai connus, Bazille était le plus doué, le plus aimable[12]. »

Other Languages
беларуская (тарашкевіца)‎: Фрэдэрык Базыль
български: Фредерик Базил
македонски: Фредерик Базиј
Plattdüütsch: Frédéric Bazille
Nederlands: Frédéric Bazille
norsk nynorsk: Frédéric Bazille
português: Frédéric Bazille
Simple English: Frédéric Bazille
српски / srpski: Фредерик Базиј
Bân-lâm-gú: Frédéric Bazille