Formatage

Structure d'un disque magnétique :
A: piste
B : secteur
C: secteur d'une piste
D : cluster de secteurs

Le formatage est l'action de formater, « prédisposer à reconnaître certains signaux et non d’autres, et les interpréter de façon prédéfinie » [1]. C'est l’action de préparer un support de données informatique ( disquettes, disques durs, clés USB, etc.) en y inscrivant un système de fichiers, de façon à ce qu'il soit reconnu par le système d'exploitation de l' ordinateur. Il existe de nombreux systèmes de fichiers différents : FAT, FAT32, NTFS, HFS, ext2, ext3, ext4, UFS, entre autres.

Les disques de grande capacité peuvent recevoir plusieurs systèmes de fichiers, divisés en partitions logiques ; on parle alors de partitionnement. En pratique, on partitionne surtout des disques durs. Les autres périphériques de stockage peuvent l'être également, mais cette opération est souvent moins intéressante, et peut poser des problèmes de compatibilité.

Le formatage peut rendre impossible l'accès aux données précédemment présentes sur le disque. En effet, si le formatage est un formatage à zéro, chaque bit de donnée est remplacé par un zéro, et les données sont perdues. Par contre, si le formatage est une simple réécriture de l'index, alors il est possible (quoique difficile et souvent aléatoire) de retrouver tout ou une partie des données.

Type de formatage

Le formatage fait appel à deux processus différents connus sous les noms de « formatage de bas niveau » et « formatage de haut niveau ». Le formatage de bas niveau s'occupe de rendre la surface du disque conforme à ce qu'attend le contrôleur tandis que le formatage de haut niveau concerne les informations logicielles propres au système d'exploitation.

Afin d'éviter les accidents, les utilitaires de formatage demandent au moins une confirmation de la part de l'opérateur. Pour ce qui concerne le système MS-DOS, il existe dans plusieurs versions un paramètre non documenté intitulé « /autotest » qui force le formatage sans confirmation.

Other Languages