Forces armées révolutionnaires de Colombie

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne l'ex-guérilla colombienne. Pour le parti politique, voir Force alternative révolutionnaire commune.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir FARC (homonymie).
Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple
FARC
espagnol : Fuerzas armadas revolucionarias de Colombia – Ejército del Pueblo

Idéologie Marxisme
Bolivarisme
Objectifs Prise du pouvoir en Colombie
Statut Inactif
Fondation
Date de formation 1964
Fondé par Manuel Marulanda, Jacobo Arenas
Pays d'origine Drapeau de la Colombie  Colombie
Actions
Mode opératoire Guérilla
Zone d'opération Colombie
Période d'activité 19642017
Organisation
Chefs principaux Manuel Marulanda (mort naturellement en 2008), Alfonso Cano (tué en 2011), Timoleón Jiménez
Membres 7 000 [1]
Branche politique Mouvement bolivarien pour la Nouvelle Colombie,
Parti communiste colombien clandestin  (en) (PCCC)
Financement Trafic de drogue, rançons de prise d'otages, vol de bétail
Groupe relié Armée de libération nationale
Répression
Considéré comme terroriste par Canada, États-Unis, Nouvelle-Zélande
Conflit armé colombien

Les Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple ( espagnol : Fuerzas armadas revolucionarias de Colombia – Ejército del Pueblo), généralement appelées FARC, le sigle exact étant FARC-EP, étaient la principale guérilla communiste impliquée dans le conflit armé colombien.

L'organisation est placée sur la liste officielle des organisations terroristes des États-Unis suite aux attentats du [2], du Canada [3] et de la Nouvelle-Zélande [4]. Pour les Nations unies, les guérillas colombiennes seraient responsables de 12 % des assassinats de civils perpétrés dans le cadre du conflit armé, les paramilitaires de 80 % et les forces gouvernementales des 8 % restant [5].

Après quatre années de négociations, leurs représentants signent le un accord de paix avec le gouvernement visant à mettre en œuvre leur démobilisation définitive [6], [7]. A la suite de cet accord, les FARC fondent le un parti politique légal sous le même acronyme, appelé Force alternative révolutionnaire commune (Fuerza Alternativa Revolucionaria del Común, FARC).

Histoire

Origines (1930–1966)

Article détaillé : République de Marquetalia.
Ancien drapeau des FARC (Forces armées révolutionnaires de Colombie – Armée du peuple) jusqu'en 2017.

Au cours des années 1930 et 1940, la concentration de la terre entre les mains de quelques grands propriétaires favorise le développement d'un puissant mouvement paysan visant à l'obtention d'une réforme agraire. Ce mouvement débouche sur la dislocation de plusieurs grandes haciendas en particulier dans le Cundinamarca et le Tolima et sur la création de zones d'autodéfenses paysannes, souvent de sensibilité communiste, pour défendre les terres prises aux haciendas dans des zones reculées du pays. Entre 1945 et 1948, plus de 15 000 paysans sont assassinés par des groupes armés soutenus par les propriétaires terriens [8]. Les FARC sont habituellement considérés comme le produit de ces luttes et de leurs violentes répressions [p 1].

Le , le principal meneur de la gauche colombienne Jorge Eliécer Gaitán, figure très populaire auprès de la population pauvre et probable futur président du pays, est assassiné. Son homicide marque une profonde blessure dans la société colombienne, et provoque plusieurs jours d'émeutes à Bogotá (le Bogotazo, qui fera des centaines de morts). La période qui suit, jusqu'au début des années 1960, dite La Violencia, reste la plus violente de l' histoire de la Colombie. Elle fera entre 100 000 et 300 000 victimes [9]. Le dirigeant conservateur Laureano Gómez prend ses fonctions à la présidence du pays le (élu le au cours d'une élection qui se tient dans un climat d'extrême violence politique et de laquelle s'était retiré le candidat libéral Darío Echandía) [10], mène une politique résolument conservatrice, marquée notamment par l'interdiction du Parti communiste et une critique récurrente de la démocratie majoritaire [11]. Devenu extrêmement impopulaire, son maintien à la tête du pays accentue un peu plus le climat de violence. Afin de rétablir l'ordre, l'armée, sous le commandement du général Gustavo Rojas Pinilla, prend le pouvoir en 1953 à l'appel des deux partis dominants. Le nouveau gouvernement militaire offre l' amnistie aux bandits et aux guérilleros, en échange de la livraison de leurs armes, ce que la plupart font. Cependant, certains groupes, dont les communistes, refusent de rendre leurs armes tant que le gouvernement ne se décidera pas à accéder aux revendications sociales des ouvriers et paysans pauvres, autrefois portées par Gaitan. Ils se retirent dans des zones isolées où ils cessent leurs actions armées contre les soldats gouvernementaux et organisent le partage des terres. Le conflit reprend toutefois dès que, au milieu des années 1950, Rojas Pinilla lance d'importantes attaques contre les zones d'autodéfense constituées par les guérillas communistes dans le sud du Tolima et le sud du Cundinamarca [p 2].

Le pouvoir militaire cesse en 1958 à la faveur d'un accord entre conservateurs et libéraux, avec le soutien de dissidents du pouvoir militaire. Ces derniers mettent sur pied un accord de partage du pouvoir connu sous le nom de Front national, ne mettant pas fin aux zones d'autodéfense qui subsistent dans des zones reculées du pays, en particulier dans le département de Huila et le Sud du Tolima [p 3], dans un contexte où le Parti communiste prône officiellement la « combinaison de toutes les formes de lutte », y compris la lutte armée, depuis son congrès de 1961. En 1964, sous la pression de députés conservateurs qui dénoncent depuis 1961 la présence de seize « républiques indépendantes » où l'autorité de l'État est bafouée, dont la république de Marquetalia, le président Guillermo León Valencia prend la décision de reprendre ces zones par la force avec l'appui des États-Unis [p 4].

L'attaque de l'armée sur la république de Marquetalia commence le 27 mai 1964, jour considéré depuis par les FARC comme celui de leur fondation [12]. Les guerrilleros, sous la direction de Manuel Marulanda Vélez et de Jacobo Arenas (ce dernier missionné par le Parti communiste colombien), résistent quelques semaines mais doivent fuir la zone. De petits groupes de guérilla provenant des « Républiques » vaincues se réorganisent sous le nom de Bloc Sud (Bloque Sur) [p 5]. Ils forment un premier « État-major conjoint », sous la direction de Ciro Trujillo  (es), Manuel Marulanda et Jacobo Arenas. Les FARC ne sont réellement fondées qu'en 1966 sous ce nom, lors de la « deuxième conférence de la guérilla » [13].

Stagnation (1966–1980)

Manuel Marulanda, chef historique des FARC.

Le groupe le plus important de la guérilla, placé sous le commandement de Ciro Trujillo dans les départements du Quindío et du Caldas, est pratiquement anéanti par l'armée, et Ciro Trujillo est abattu en 1967 [13]. Cette défaite coûte aux FARC les deux tiers de leurs effectifs [p 6]. Pour se remettre de ces coups sévères, la guérilla se replie vers ses bases traditionnelles du Huila et du Tolima, dans le prolongement des « républiques indépendantes », là où elle dispose d'une certaine base sociale. Cela lui permet de se remettre progressivement sur pied [p 6]. Au cours de cette période se tiennent la troisième ( 1968) et la quatrième ( 1970) conférence des FARC, cette dernière consolidant la notion de « front », qui sera par la suite à la base de l'organisation des FARC [13].

En 1974, la cinquième conférence des FARC décide la création du « secrétariat de l'État-major », leur instance dirigeante jusqu'à aujourd'hui. Le secrétariat était composé de Manuel Marulanda, Jacobo Arenas, Martin Villa, Nestor Arenas et Rigoberto Lozada, tous des anciens de Marquetalia [13]. Les FARC « grandissent en silence », et comptent alors six fronts. Elles parviennent à se substituer à l'État dans des zones reculées où celui-ci est absent, surtout en périphérie du territoire colombien dans des zones nouvellement colonisées.

La marginalisation des FARC est aussi politique : le Parti communiste, qui dirige toujours les FARC, ne pense pas que les conditions de la prise de pouvoir par les armes soient réunies et privilégie la lutte urbaine. En 1978, date à laquelle se tient la sixième conférence de la guérilla, les FARC comptent environ 900 combattants. Politiquement, la lutte armée (menée par les FARC mais aussi par l' ELN et l' EPL) empêche la gauche, qui peine à prendre ses distances avec la voie des armes, de dépasser 3 % ou 4 % dans la plupart des élections [p 7].

Expérience de l'Union Patriotique (1982–1990)

L'année 1982 marque un tournant dans l'organisation des FARC, avec la tenue de leur VIIe conférence suivie d'un « plenum amplifié » quelques mois plus tard. Considérant que la situation leur est favorable, les FARC décident de doubler le nombre de leur fronts (de 24 à 48 fronts) en s'implantant sur tout le territoire national, et se donnent huit ans pour prendre le pouvoir. Cette ambition est symbolisée par l'ajout à leur sigle des lettres EP : Ejército del Pueblo (Armée du Peuple) [p 8]. Les années 1980 marquent également un tournant avec le trafic de drogue et le début des enlèvements contre rançon [14].

Malgré les ambitions renforcées des FARC, un processus de négociation s'engage entre le gouvernement de Belisario Betancur et les mouvements armés, aboutissant en 1984 à la signature d'un cessez-le-feu entre le gouvernement et les FARC, les accords de La Uribe, signés le 28 mars 1984. Ces accords prévoyaient une cessation complète des hostilités entre les FARC et le gouvernement dans un délai de deux mois. À la suite de ces accords, les FARC créent en 1985 l' Union patriotique (UP), aux côtés du Parti communiste colombien. Mais malgré le cessez-le-feu et l'accord de La Uribe, les membres de l'UP sont tués massivement [15] : de 1985 à 1994, entre 3 000 [13] et 5 000 membres [16] ou sympathisants de l'UP ont été assassinés, notamment les candidats aux élections présidentielles Jaime Pardo Leal ( 1987) et Bernardo Jaramillo Ossa  (en) ( 1990), ainsi que neuf autres parlementaires de la même formation de gauche. Les coupables de ces assassinats seraient, selon les cas, les forces de l'ordre, des politiciens, des narcotraficants, mais aussi les paramilitaires qui commencent à émerger. Cet épisode a parfois été qualifié de génocide politique [17], [16], et renforce les FARC dans leur conviction que la lutte armée est la seule voie possible vers la prise du pouvoir. Les FARC ont également, pendant cette période, tué des représentants de partis gouvernementaux [réf. nécessaire]. Dès 1987, le cessez-le-feu est en pratique rompu, les liens se distendent entre les FARC et l'Union patriotique, et les FARC reprennent leur confrontation avec le gouvernement, dans un contexte de violence généralisée dans le pays, non seulement par l'affrontement entre les guérillas et l'État, mais aussi par l'essor de la criminalité organisée et du narcotrafic [p 9].

Vers la guerre de mouvement (1990–1998)

Dans un contexte international défavorable aux guérillas marxistes, plusieurs groupes armés colombiens (le M-19, la majeure partie de l' EPL, le Movimiento Armado Quintín Lame) déposent les armes pour s'inscrire dans un processus de paix qui aboutira à la rédaction de la Constitution de 1991 [p 10].

À l'inverse, Jacobo Arenas, le principal théoricien des FARC et cheville ouvrière de l'articulation avec le PCC meurt en 1990. À partir de cette date, c'est Manuel Marulanda qui prend seul la tête du mouvement. Moins porté aux débats théoriques que Jacobo Arenas, il exige que le congrès du Parti se tienne en 1991 dans une zone de guérilla. Devant le refus du PCC, les FARC ne seront pas représentées à ce congrès : les FARC s'inscrivent plus que jamais dans la lutte armée et s'émancipent de la tutelle du Parti communiste colombien, trop affaibli après l'expérience de l'Union patriotique pour prétendre imposer sa volonté à des FARC plus puissantes que jamais. En 1991, le gouvernement prend le contrôle de La Uribe ( Meta), siège traditionnel du secrétariat des FARC. Les FARC ripostent par une démonstration de force sous la forme d'une campagne militaire de six mois. En 1993, lors de leur IXe conférence nationale, les FARC écrivent un nouveau « plan stratégique » vers la prise du pouvoir [p 11].

Entre 1995 et 1998, les FARC atteignent une puissance militaire sans précédent, et pour la première fois dans leur histoire, ont la capacité de mobiliser des centaines de combattants pour attaquer avec succès des bases militaires ou des villes, tuant ou séquestrant de nombreux militaires ou officiers de police. La plus spectaculaire de ces opérations est sans doute la prise de Mitú, capitale du Vaupés, en 1998, petite ville qu'ils contrôlent pendant plus de 24 h. Au cours de ces opérations, les FARC font prisonniers plus de 500 militaires ou policiers [p 12].

Cette incapacité de l'armée à contenir la guérilla favorise le développement des groupes paramilitaires d'extrême-droite, également très violents. Ces groupes, d'abord régionaux (comme les Autodefenses unies de Córdoba et Urabá, ACCU, fondées en 1994) se sont regroupés à partir de 1997 sous le nom d' Autodéfenses Unies de Colombie (AUC) [p 13]. Les paramilitaires agissent assez rarement en recherchant l'affrontement direct avec la guérilla, préférant s'en prendre directement à la population civile dans le cadre de massacres comme le massacre de Mapiripán, en 1997. Ces massacres ont pour effet de forcer les habitants ayant vécu pendant un temps sous le contrôle de la guérilla (et donc suspects d'être ses sympathisants) à quitter leurs terres. Les déplacements massifs de population prennent de l'ampleur en Colombie à partir de 1995 [p 14].

Processus de paix du Caguán (1998–2002)

Unité féminine des FARC entre 1998 et 2002.

Le président Andrés Pastrana avait concédé aux FARC le une zone démilitarisée, appelée « zone de détente », de 42 000 km2 couvrant cinq municipalités dans les départements du Meta et du Caquetá, dont San Vicente del Caguán et La Uribe. Cette démilitarisation, préparée par une rencontre entre Marulanda et Pastrana à la veille de la prise de fonction de ce dernier, a pour but d'établir des pourparlers de paix entre le gouvernement et la guérilla (négociations « au milieu de la guerre », sans accord de cesser-le-feu, contrairement au processus de paix des années 1980). Mais, dès le , jour de l'ouverture officielle des pourparlers dans la zone de détente, les espoirs de paix sont douchés par la « chaise vide » laissée par Manuel Marulanda, qui inflige ainsi un camouflet public au président Pastrana. L’attitude ambivalente du gouvernement dans ces négociations prête aussi à la suspicion. Le conseiller spécial du secrétariat général de l’ ONU pour la Colombie s'en agace et déclare : « S’il ne veut pas s’asseoir avec les FARC, eh bien, qu’il le dise. Il y a trop de voix officielles disant oui, disant non, disant peut-être, impossible, possible. Cela ne donne pas confiance aux FARC » [18].

Par ailleurs, les FARC profitent de la zone démilitarisée pour y établir des camps d'entraînement et l'utilisent comme base arrière pour des opérations ayant lieu à proximité. Ils expulsent de la zone tous les représentants de l'État ( juges, fonctionnaires, etc.) [p 15]. L’administration par les FARC de municipalités parfois abandonnées par l’État aurait permis de fortement y réduire le taux de criminalité [19]. Bien que, dans la suite du processus, deux rencontres directes entre Pastrana et Marulanda aient pu avoir lieu, le processus de paix s'embourbe, à l'exception notable d'un échange de prisonniers : en 2001, un échange de prisonniers a lieu entre le gouvernement (qui libère 14 guérilleros) et la guérilla (qui libère 55 membres de la force publique). Peu de temps après, les FARC libèrent unilatéralement 304 membres de la force publique (soldats ou policiers) faits prisonniers lors des grandes offensives de la deuxième moitié des années 1990, mais n'obtiennent pas la libération des quelques 500 guérilleros prisonniers [p 16].

Au début des années 2000, les FARC sont au faîte de leur puissance militaire et certains analystes pensent même qu'ils ont la capacité de renverser le gouvernement en quelques années [20]. Ils disposent de quelque 17 000 combattants répartis en 60 fronts opérant dans tout le pays, y compris dans les banlieues de Bogotá ou Medellín grâce à leurs milices urbaines, et 172 municipes sur les 1 090 que compte le pays sont dépourvus de présence militaire ou policière permanents [p 17]. Pour y faire face, parallèlement aux discussions avec la guérilla, des tractations secrètes sont engagées avec le gouvernement américain sur l'élaboration du futur plan Colombie. Sous l'effet des moyens financiers mobilisés par le plan, les effectifs de l’ armée colombienne sont en quelques années portés de 100 000 des années 1990 à 375 000, tandis que 67 hélicoptères Black Hawk sont livrés par les États-Unis. Les FARC sont alors dans l'impossibilité de réaliser des opérations d'ampleur comparable à celles de la période 1995-1998, à cause des progrès de l'aviation militaire colombienne, qui inflige des pertes aux FARC lors des attaques massives de cette dernière, comme c'est le cas lors de la prise de Mitú [p 18]. Les groupes paramilitaires continuent parallèlement leur montée en puissance, et en 2001 la plupart des ONG considèrent que les AUC sont à l’origine de plus de morts que les FARC, provoquant plus de mille massacres et un million de déplacés entre 2000 et 2001 [21] [22].

À partir de 2001, suite au refus du gouvernement de procéder à un échange de prisonniers, les FARC commencent à pratiquer l' enlèvement d'hommes politiques (qu'ils prétendent êtres « aussi scandaleusement indifférents au drame de la guerre vécue par le peuple qu’au sort des soldats combattant dans les rangs de l’armée ») comme Alan Jara, gouverneur du Meta, enlevé le . C'est d'ailleurs l'enlèvement spectaculaire du sénateur Jorge Géchem Turbay le (par le détournement d'un avion entre Neiva et Bogotá) qui conduit Andrés Pastrana à décréter la fin de la zone démilitarisée. L'enlèvement de la franco-colombienne Íngrid Betancourt le 23 février attire l'attention de l'opinion internationale sur le conflit [23], [p 19].

« Sécurité démocratique » d'Álvaro Uribe (2002–2010)

Le président Álvaro Uribe, élu en 2002 puis réélu en 2006, mène depuis 2002 une politique visant à vaincre militairement les FARC (dans le cadre de la politique dite de sécurité démocratique). Entre la reprise des opérations militaires en 2002 par les présidents Andrés Pastrana puis Álvaro Uribe et 2008, les FARC auraient perdu 8 000 combattants et le contrôle d’une vingtaine de territoires, zones de production de drogues qui leur assuraient des revenus substantiels [24], [25]. Le , Raul Reyes, porte-parole du groupe, est tué par un bombardement de l'armée colombienne sur un camp des FARC en territoire équatorien. C'est la première fois dans l'histoire du groupe qu'un membre du secrétariat, l'instance suprême des FARC, est tué au combat. Six jours plus tard est annoncé l'assassinat de Manuel Muñoz Ortiz alias Iván Ríos, également membre du secrétariat, par son garde du corps sous la pression des opérations militaires. Dans ce dernier cas, la façon dont s'est produit l'assassinat d'un membre du secrétariat par l'un de ses proches révèle en outre l'état de dégenerescence d'une partie des FARC [26], [p 20]. En une semaine, ce sont donc deux membres du secrétariat qui tombent au combat [p 21]. Plus grave encore pour l'organisation, Manuel Marulanda Vélez est mort le (de mort naturelle selon les FARC), laissant les FARC orphelines de leur fondateur et chef. C'est Alfonso Cano qui reprend en mai 2008 le poste de Commandant en chef [27], [p 22]. L'organisation est également frappée par d'importantes désertions, comme celle de la commandante du front 47 des FARC, Nelly Avila Moreno, alias Karina, qui s'est rendue aux autorités le 19 mai 2008. Selon l'administration colombienne, environ 9 000 personnes auraient déserté les rangs des FARC pour bénéficier d'un programme de réinsertion ces dernières années [28]. Les chiffres communiqués par les autorités seraient cependant exagérés selon Arcoiris, ONG d'étude du conflit [29].

Le niveau de violence dans le pays pendant les deux mandats du président Uribe reste toutefois dramatique. On enregistre près de 20 000 homicides par an en Colombie entre 2002 et 2006, dont 60 à 80 % sont commis par les paramilitaires et 10 à 25 % par les guérillas (FARC et ELN) [30]. Les AUC sont aussi responsables de la grande majorité des 3,5 millions de déplacés par la guerre (près de 3 000 000 de personnes selon le rapport de mars 2008 de la Croix-Rouge) [30], [p 14]. Cette action des forces paramilitaires est un élément important du recul des FARC, en particulier entre 2000 et 2005. Par ailleurs, les paramilitaires parviennent à intervenir sur les élections politiques à tous les niveaux : plus du tiers des parlementaires élus en 2002 l'auraient été avec le soutien des paramilitaires. La révélation de ces liens entre paramilitaires et personnel politique donne lieu au scandale de la parapolitique. En avril 2008, 29 parlementaires étaient emprisonnés dans le cadre de ce scandale [p 23], [31]. La loi justice et paix (2003) proposant une amnistie large aux paramilitaires ou guérilleros démobilisés a toutefois permis de désarmer progressivement certains groupes paramilitaires, en particulier les AUC, officiellement démantelées en 2006. La dissolution officielle des Autodéfenses unies de Colombie n'a toutefois pas mis fin au phénomène paramilitaire en Colombie, et de nouveaux groupes paramilitaires ont émergé rapidement, nommées «  Bandes criminelles émergentes » par le gouvernement.

Le 4 février 2008, lors d'une journée de manifestations d'une ampleur sans précédent, près de deux millions de Colombiens dans l'ensemble du pays descendent dans la rue pour protester contre les actions des FARC et ses prises d'otages [32], [p 24]. Toutefois, malgré leur impopularité et les nombreux revers militaires des années 2000, dans des régions comme la cordillère Occidentale, les FARC conservent en 2008 le contrôle de certaines zones où elles représentent la seule autorité et sont à même de contrôler les mouvements de la population, de disposer d'un réseau d'informateurs civils qui leur permet de déjouer les attaques de l'armée, de protéger la production de drogue et d'exercer des pouvoirs de police. Dans ces zones peu peuplées où elle est présente depuis des décennies, la guérilla continue de bénéficier d'un certain degré de soutien de la population [33].

Le 7 août 2010, Juan Manuel Santos succède à Álvaro Uribe. Le bilan de la politique de sécurité démocratique mené sous la présidence Uribe est contrasté. Elle a permis de réduire l'influence de la guérilla, et en particulier d'éviter les prises de villages et de bases militaires ainsi que les prises d'otages en masse. Toutefois, les FARC ont réagi à cette politique par une tactique connue sous le nom de « Plan renacer » (« plan renaître »), comprenant l'utilisation de francs-tireurs et la pose massive de mines anti-personnelles (présentes dans 400 municipalités sur le millier que compte le pays). La guérilla parvient ainsi à se maintenir dans certains territoires. En 2010, pour la dernière année de présidence d' Álvaro Uribe, plus de 2 500 militaires ont été tués ou blessés dans les combats contre les FARC soit davantage qu'en 2009 selon la fondation Nuevo Arcos Iris. 70 % des objectifs du Plan renacer auraient ainsi été atteints selon une étude de l'ONG, permettant à la guérilla de se réimplanter dans des villages précédemment perdus [29].

Évolution du conflit sur le terrain (2010–2012)

En septembre 2010, selon les mots de Germán Vargas Lleras, ministre de l'Intérieur de Juan Manuel Santos, « la guérilla a toujours une capacité de nuisance. Elle est provocatrice et le gouvernement va devoir faire de nouveaux efforts pour la contenir ». Le ministre de la Défense Rodrigo Rivera indique même que la guérilla est à l'offensive, et non plus en repli comme l'indiquait le gouvernement d'Álvaro Uribe. Cette offensive est marquée en septembre 2010 par une série d'attaques (des FARC, mais aussi de l'ELN et de l'EPL) contre les forces publiques faisant une quarantaine de victimes parmi les militaires et la police, (dont 14 dans une seule embuscade tendue dans le département du Caquetá) [34].

Toutefois, le 23 septembre 2010, Jorge Briceño Suárez (Mono Jojoy), commandant en chef du Bloc oriental, le plus important des FARC, et considéré comme le « chef militaire » de l'organisation est abattu par l'armée colombienne lors d'une opération militaire réunissant les forces terrestres et aériennes, menée dans la Serranía de la Macarena ( département de Meta) [35], [36]. Selon le président colombien Juan Manuel Santos, Briceño Suarez était « le symbole de la terreur » qui a fait tant de mal à la Colombie, et c'est pour cela que sa mort est « le coup le plus dur qui ait été donné aux FARC dans l'histoire [37] ». Pour l'hebdomadaire Semana, Mono Jojoy était, parmi les dirigeants des FARC, celui qui avait le plus d'autorité sur les guérilleros du rang, par son aura de guerrier implacable, et celui qui avait construit la puissance militaire des FARC au cours des années 1990, d'où le fait que sa mort, plus encore que celle de Raúl Reyes, est un coup extrêmement dur porté à la structure des FARC. Sa disparition pourrait se comparer à ce que la capture d' Abimael Guzmán en 1992 avait signifié pour le Sentier lumineux, au Pérou. Comme Guzmán, Jorge Briceño Suárez jouissait d'une réputation d'invincibilité et son seul nom suffisait à inspirer la peur, de sorte que pour l'opinion publique sa mort représente le « début de la fin » pour les FARC et donne la sensation d'une victoire totale du gouvernement face à une guérilla qui, si elle n'est pas liquidée, semble « en voie d'extinction » [38]. Les FARC remplacent Jorge Briceño par Jaime Alberto Parra Rodríguez, alias Mauricio Jaramillo ou El médico, qui selon Ariel Ávila de la fondation Nuevo arco iris, parvient à réorganiser le bloc oriental des FARC et à éviter les désertions massives qui avaient été pressenties après la mort de Briceño. Jaramillo semble suivre de plus près que Briceño les ordres provenant d'Alfonso Cano en s'entourant de seulement une cinquantaine d'hommes, contre 800 pour Briceño ce qui lui permet d'envoyer plus d'hommes pour des opérations offensives. Son arrivée à la tête du bloc oriental des FARC s'accompagne d'un regain d'activité et montre, selon Ávila, que les FARC ont toujours la capacité de remplacer efficacement leurs dirigeants [39]

En 2011, les relations entre la Colombie et le Venezuela semblent se réchauffer, et le , Julián Conrado, l'adjoint de Raúl Reyes, dont l’armée avait annoncé la mort au cours du raid de 2008, est arrêté au Venezuela [40], ce qui montre un renforcement de la coopération bilatérale entre le Venezuela et la Colombie dans le cadre de la lutte contre les FARC. Le 4 novembre 2011, c'est un coup encore plus dur qui est porté aux FARC avec la mort d'Alfonso Cano, successeur de Manuel Marulanda à la tête de l'organisation, dans un accrochage avec l'armée [41]. C'est Timoleón Jiménez, aussi connu comme Timochenko qui lui succède à la tête de l'organisation [42].

Le 26 novembre de la même année, le ministre de la Défense colombien annonce qu'au cours d'opérations militaires controversées (peut-être une tentative de libération par l'armée) dans le département de Caqueta, quatre colombiens détenus en otage par les FARC ont été retrouvés fusillés par la guérilla. Il s'agit du colonel Edgar Duarte, du sergent Libio José Martínez (plus ancien otage des FARC), du major Elkín Hernández Rivas (militaires colombiens détenus depuis plus de 12 ans) ainsi que Álvaro Moreno, membre de la Police colombienne (détenu depuis 11 ans). À côté des corps, des chaines auraient été retrouvées [43]. Durant cette même opération, le policier Luis Alberto Erazo, séquestré depuis 1999, réussit à prendre la fuite et à se cacher dans la forêt. Il est ensuite récupéré par les forces gouvernementales.

Le , le 10e front des FARC tue 11 soldats de l'armée colombienne dans un assaut [44]. À partir du 20 mars l'armée lance une importante offensive incluant assaut terrestre et bombardement aérien. En deux jours de combat, 39 guérilleros sont tués, dont 33 lors du bombardement de leur camp, et 12 autres capturés. L'armée se félicite de cette action, parlant de l'un des plus gros coups dur portés aux FARC ces sept dernières années [45]. Le 23 mars, les autorités vénézuéliennes annoncent l'arrestation au Venezuela, en coopération avec les services colombiens, de William Alberto Asprilla Chitiva, alias « Marquetaliano », un des membres fondateurs de l'état-major du groupe armé [46]. Le 26 mars, l'armée colombienne lance une offensive dans le département de Meta contre une colonne militaire de la guérilla, tuant 32 rebelles, tout en en capturant 6 autres appartenant au 53e front [47]. Malgré ces revers la guérilla n'en conserve pas moins sa capacité à assener de violents coups à l'armée ; le 28 avril, une opération des forces spéciales tourne à la déroute et de 4 à 17 militaires sont tués, mais surtout, la capture du journaliste français Roméo Langlois qui accompagnait l'armée entraine une nouvelle médiatisation du conflit colombien à l'étranger [48]. Le 21 mai, 12 autres soldats sont tués dans des combats à proximité de la frontière vénézuélienne [49].

Pourparlers de paix d'Oslo et de La Havane (2012–2016) et accord de paix

Article détaillé : Processus de paix en Colombie.

Les négociations de paix ont débuté en septembre 2012 et ont surtout eu lieu à La Havane, à Cuba. En décembre 2014, les FARC annoncent un cessez-le-feu unilatéral et permanent, destiné selon eux à se transformer en armistice [50]. Les négociateurs ont annoncé un accord définitif pour mettre fin au conflit et construire une paix durable le , sous réserve de ratification populaire dans un référendum le 2 octobre 2016. Cet accord est ratifié par les membres des FARC lors de la "Dixième Conférence" de la guérrilla le 23 septembre dans les Llanos del Yarí  (es) [51]. Dans les semaines qui suivent la signature de l'accord du 24 août, un forum pour la paix s'est tenu à Bogotá et plusieurs personnalités politiques internationales y ont pris part comme l'ancien président du gouvernement espagnol Felipe González, l'ancien président chilien Ricardo Lagos et l'ancien chef de cabinet britannique Jonathan Powell [52]. L'accord est paraphé de façon solennelle à Carthagène des Indes par Juan Manuel Santos et Rodrigo Londoño le 26 septembre 2016 [53].

Toutefois, lors du référendum organisé le 2 octobre 2016, les Colombiens rejettent l'accord de paix avec 50,23 % des voix, pour une participation de 37,28 % de la population. Malgré cette défaite, le président Juan Manuel Santos a assuré que le cessez-le-feu resterait en vigueur, et le chef des rebelles Rodrigo Londoño a annoncé qu’il reste en faveur de la paix [54]. Suite à la victoire de "Non" au référendum, et après une nouvelle phase de négociations, le gouvernement et les FARC trouvent un nouvel accord modifiant largement le premier [55], ratifié le 29 novembre par le Sénat et le 30 par la Chambre des Représentants [56].

Désarmement et transformation en parti politique (2017)

Au début de l'année 2017, environ 7 000 membres des FARC remettent leurs armes individuelles à des représentants de l' ONU. La mission onusienne récupère et stocke ainsi 7132 armes, ce qui est estimé représenter environ 60 % de l'arsenal total des FARC [57]. Le 27 juin 2017, une cérémonie officielle de désarmement a lieu afin de récupérer les 40 % restants. Elle se déroule à Mesetas, dans le centre de la Colombie, en présence du président colombien Juan Manuel Santos et du chef des FARC Rodrigo Londoño (ce-dernier profite de la cérémonie pour rendre hommage à la Norvège pour son rôle dans les négociations de paix). À la fin de la cérémonie, l'ONU estime que toutes les armes ont été rendues [57]. De plus, depuis le début de l'année 2017, la mission de l'ONU s'occupe de localiser les 900 caches de munitions et d'explosifs des FARC. Au jour de la cérémonie de désarmement, 77 caches avaient été vidées [58]. Néanmoins la démobilisation des guérilleros entraine une hausse considérable de la déforestation, car ceux-ci régulaient fortement les coupes d'arbres [59].

Des craintes perdurent sur la sécurité des guérilleros démobilisés, dont sept ont été assassinés par des groupes paramilitaires en quelques semaines. Pour l'universitaire Lucas Restrepo : « Il y a une combinaison dangereuse entre le désengagement général de l’État envers la sécurité des anciens combattants des FARC, et l’existence de groupes paramilitaires qui sont encore soutenus par certains secteurs de l’armée et certains gouvernements locaux. Cette combinaison fait qu’un nouveau cycle de violence est possible ». Le souvenir de l'expérience de l' Union patriotique (précédente tentative des FARC de se réinsérer dans la vie civile par la constitution d'un parti politique légal) qui avait abouti au massacre de 4 000 militants dans les années 1980 et les assassinats de leaders sociaux rappellent « qu'en Colombie, ceux qui signent la paix sont traditionnellement assassinés dans la foulée » selon le journaliste Jorge Rojas [60].    

Le , un Congrès réunissant 1200 délégués à Bogotá décide du nom du nouveau parti politique légal issu des FARC : Force alternative révolutionnaire commune (Fuerza Alternativa Revolucionaria del Común, conservant ainsi le même sigle : FARC, mais cette fois au singulier (il s'agirait ainsi de la FARC et non plus des FARC). Iván Márquez insiste sur le fait que ce parti est un parti révolutionnaire. Le logo de ce nouveau parti se compose d'une rose rouge avec en son cœur une étoile rouge à cinq branches. Sous cette rose figure le sigle FARC, en lettres vertes. Ce nom a été approuvé par 628 délégués, devant « Nouvelle Colombie » (Nueva Colombia), choisi par 264 d'entre eux. Pour Fabián Sanabria, sociologue et anthropologue, ce choix de préserver le sigle du mouvement correspond à une volonté de « conserver leurs bastions paysans », et ajoute que « cela ne va pas les rapprocher des classes moyennes, ni de la population urbaine » [61].

Other Languages
беларуская (тарашкевіца)‎: Рэвалюцыйныя збройныя сілы Калюмбіі
български: ФАРК
dansk: FARC
Deutsch: FARC-EP
Esperanto: FARK
eesti: FARC
فارسی: فارک
suomi: FARC
føroyskt: FARC
עברית: FARC
Bahasa Indonesia: FARC
íslenska: FARC
مازِرونی: فارک
norsk: FARC
sicilianu: FARC
Scots: FARC
srpskohrvatski / српскохрватски: FARC
Simple English: FARC
svenska: FARC