Fondamentalisme

Le fondamentalisme désigne une position religieuse qui soutient une interprétation stricte et littéraliste de textes sacrés [1], [2] , qui est surtout présente dans le protestantisme chrétien et dans l’ islam [3]. Il signifie également, dans un second sens, une adhésion rigide aux principes fondamentaux d’un domaine quelconque [3]. Ainsi, le fondamentalisme se manifeste par un engagement envers des doctrines radicales et peu nuancées, généralement religieuses [4], mais aussi séculières [5], [6] ou même anti-religieuses [7]. Par exemple, ce mot est aussi employé pour désigner une conception radicalement scientiste [8], [9], [10] de l'existence ou un absolutisme dans les domaines philosophique [11], moral ou économique [12]. Le fondamentalisme cherche à justifier une conception du monde répondant à un besoin de sécurité intellectuelle et existentielle [13], une reconnaissance identitaire [14] ou à faire prévaloir un pouvoir politique, communautaire ou religieux [15].

Définition

Ce courant de pensée s’est développé au début du XXe siècle en terrain évangélique nord-américain, en opposition aux développements du libéralisme théologique [16], et surtout contre l’ exégèse historico-critique qui s'était développée dans le christianisme évangélique dès le XIXe siècle [17]. Le fondamentalisme religieux ne recherche pas nécessairement un retour aux fondements de la religion dont il est issu, mais plutôt à ceux que ses adeptes considèrent comme tels [18]. Au contraire, ceux-ci en détournent le sens [19], du moins celui donné par les grandes Églises, dans le but de le rendre conforme à leur a priori idéologique [20]. Par contre, le fondamentalisme traverse toutes les Églises et se concentre dans quelques-unes [21]. Le sociologue Émile Poulat estime que le fondamentalisme n’est pas organisationnellement une secte mais «  intellectuellement c’est une secte sans aucun doute » [22]. Par ailleurs, Sébastien Fath, chercheur au CNRS, considère que la violence « ne représente pas un trait commun aux divers fondamentalismes. La violence religieuse n'est pas toujours fondamentaliste, et tous les fondamentalistes sont loin d'être violents » [4]. Toutefois, ceux-ci montrent une radicalité qui tend vers l'intolérance [4]. Ainsi, les fondamentalistes sont persuadés qu’ils sont les seuls détenteurs de la vérité [4], [23].

Le fondamentalisme se distingue par l’absence d’esprit critique [24]. Ainsi, le doute, qu’il soit d’ordre spirituel, existentiel, ou méthodologique n’y est ni désiré, ni valorisé et il doit être dissipé [25] pour faire place à une certitude intérieure [26], [27]. C’est pourquoi le fondamentalisme s’oppose généralement à l’ exégèse historico-critique ou scientifique, qui est adoptée officiellement par les Églises non fondamentalistes pour interpréter les textes religieux. Le fondamentalisme n’admet qu’une lecture au premier degré [28] des textes sacrés, découpés en extraits cités hors contexte historique, culturel et littéraire [29], comme si ceux-ci étaient des écrits contemporains et occidentaux : Le fondamentalisme «  s'oppose à toute interprétation historique et scientifique et s'en tient au fixisme » [18].

Le fondamentalisme religieux se caractérise également par l’ hétéronomie [30], [31] c’est-à-dire une dépendance et une soumission [32] à des textes religieux, qui sont lus hors contexte et au premier degré [28]. Cette hétéronomie s’étend à la soumission à des autorités religieuses, civiles ou politiques [33]. C’est pourquoi, écrit Sébastien Fath, « l'autorité normative, qu'elle soit placée dans une tradition, un leader, ou dans un texte, constitue un trait fédérateur pour tous les mouvements religieux radicaux. […] Ainsi, l'idée d'une autonomie individuelle qui puisse se passer de la norme divine apparaît insupportable aux fondamentalistes » [4]. De plus, le fondamentalisme peut se traduire par un comportement d' exclusivisme, d'isolation, voire d'antagonisme défensif ou conquérant avec qui ne partage pas l'absolutisme [34] de son idéologie, aussi bien vis-à-vis des coreligionnaires non fondamentalistes [35] que des membres des autres confessions ou de non-croyants.

Le terme « fondamentalisme » est originaire d' Amérique du Nord d'où proviennent aussi les principales études qui ont tenté de définir et d'analyser ce phénomène [36]. Au sens strict, ce mot ne devrait désigner que le fondamentalisme protestant, mais il en est venu, en France, à viser surtout les islamismes radicaux qui occupent dans ce pays plus de place dans les débats que les protestantismes radicaux [37]. Depuis la fin des années 1970, la signification de ce mot s’est élargie constamment: on parle maintenant non seulement de fondamentalisme protestant ou islamique mais aussi de fondamentalisme juif, catholique [38], bouddhiste [39], hindou, sikhiste [40], païen [41], laïque [42] et de fondamentalisme athée [43], [44], [45]. Il a donc maintenant une signification étendue et éparse. C'est pourquoi le sociologue Émile Poulat souligne que ce phénomène est « difficile à enfermer dans une définition : on ne peut que le décrire, du moins en première analyse [46]. Le fondamentalisme se retrouve également dans la frange la plus conservatrice des grandes religions chrétiennes même si celles-ci ne sont pas fondamentalistes [47] .


Other Languages
Alemannisch: Fundamentalismus
العربية: أصولية
অসমীয়া: মৌলবাদ
azərbaycanca: Fundamentalizm
башҡортса: Фундаментализм
žemaitėška: Fondamentalėzmos
беларуская: Фундаменталізм
беларуская (тарашкевіца)‎: Фундамэнталізм
български: Фундаментализъм
বাংলা: মৌলবাদ
bosanski: Fundamentalizam
کوردیی ناوەندی: بنەماخوازی
čeština: Fundamentalismus
emiliàn e rumagnòl: Fundamentalisum religiåus
Esperanto: Fundamentismo
español: Fundamentalismo
Gaeilge: Bunúsaíocht
Fiji Hindi: Fundamentalism
interlingua: Fundamentalismo
Bahasa Indonesia: Fundamentalisme
íslenska: Bókstafstrú
italiano: Fondamentalismo
日本語: 原理主義
한국어: 근본주의
lietuvių: Fundamentalizmas
latviešu: Fundamentālisms
മലയാളം: മൗലികവാദം
Bahasa Melayu: Fundamentalisme
Mirandés: Fundamentalismo
नेपाल भाषा: द्यःवँय् पहः
Nederlands: Fundamentalisme
norsk nynorsk: Fundamentalisme
norsk bokmål: Fundamentalisme
ਪੰਜਾਬੀ: ਬੁਨਿਆਦਵਾਦ
Piemontèis: Fondamentalism
پنجابی: مڈپوجا
português: Fundamentalismo
саха тыла: Фундаментализм
sicilianu: Funnamintalismu
srpskohrvatski / српскохрватски: Fundamentalizam
Simple English: Fundamentalism
slovenčina: Fundamentalizmus
slovenščina: Fundamentalizem
српски / srpski: Фундаментализам
Kiswahili: Itikadi kali
Türkçe: Köktendincilik
татарча/tatarça: Фундаментализм
oʻzbekcha/ўзбекча: Fundamentalizm
Tiếng Việt: Chủ nghĩa cơ yếu
Vahcuengh: Yenzgyaucijcujyi
Bân-lâm-gú: Goân-lí-chú-gī