Festival d'Altamont

Page d'aide sur les redirections « Altamont » redirige ici. Pour les autres significations, voir Altamont (homonymie).
Altamont Free Festival
Genre Rock, folk, blues rock, folk rock, jazz fusion, rock en espagnol, rock psychédélique
Lieu Altamont Raceway Park, Livermore, Comté d'Alameda, Drapeau de la Californie  Californie, Drapeau des États-Unis  États-Unis
Coordonnées 37° 44′ 17″ nord, 121° 33′ 48″ ouest
Période
Capacité 300 000 personnes
Date de création 1969
Fondateurs Jorma Kaukonen, Spencer Dryden, Grateful Dead
Collaborations The Rolling Stones, Santana, The Flying Burrito Brothers, Jefferson Airplane, Crosby, Stills & Nash and Young

Le festival d'Altamont est un festival de musique organisé par les Rolling Stones qui s'est déroulé aux États-Unis le 6 décembre 1969 sur le circuit automobile d'Altamont en Californie du nord.

Le concert, qui se voulait une réponse de la Côte Ouest au festival de Woodstock organisé quatre mois auparavant, fut marqué par la mort de Meredith Hunter, un spectateur noir, poignardé à quelques mètres de la scène pendant la prestation des Stones. L'événement a été filmé et incorporé dans le film documentaire Gimme Shelter sorti en 1970.

En raison de nombreux actes de violence qui ont éclaté tout au long du concert et du nombre de personnes qui y ont trouvé la mort (quatre au total), le festival d'Altamont est généralement considéré comme le symbole de la fin du mouvement hippie et d'une époque [1], [2].

Genèse

En , les Rolling Stones effectuent une tournée aux États-Unis, leur première depuis trois ans. Celle-ci ne se déroule pas sans critique, en particulier sur le prix des billets jugé trop élevé [3].

« Nous ne faisons pas ça pour l'argent. Tous ce que nous voulions, c'était nous produire aux États-Unis et nous éclater. Nous ne sommes pas vraiment intéressés par les aspects économiques. Soit on est chanteur, soit on est économiste. Nous sommes désolés si des gens ne peuvent s'offrir des places. Nous ignorons si cette tournée est plus chère que les autres. Ce sera à vous de nous le dire [4]. »

— Mick Jagger

Afin de contrer ces accusations et en remerciement de l'accueil chaleureux du public américain, le groupe décide d'organiser un festival gratuit prévu pour le samedi 6 décembre. Il sera filmé par les frères Maysles qui réalisent un documentaire sur la tournée et comptera plusieurs groupes présents à Woodstock ainsi que l'un de ses promoteurs, Michael Lang.

À l'origine, les Stones souhaitait que le festival se déroule au Golden Gate Park de San Fransisco, mais la municipalité leur en refuse l'accès, un match de football devant s'y dérouler le jour même [5]. Les organisateurs appellent alors en catastrophe tous les propriétaires de la région de San Fransisco, mais plus sensibles aux visions d'ordures et de toilettes improvisées qu'à celles d'amour et de paix, ces derniers refusent de prêter leurs terrains gratuitement comme on le leur suggérait. Contraints de trouver un autre lieu pour l'événement, ils jettent leur dévolu sur le circuit automobile de Sears Point, situé dans le comté de Sonoma et dont l'emplacement a la configuration idéale d'un amphithéâtre [5]. Son propriétaire Craig Murray le propose gratuitement, à condition que tous les permis nécessaires soient obtenus, une assurance prise, et toutes les dépenses liées à la préparation du site couvertes. Murray veut aussi que tous les profits de tous les enregistrements ou films éventuels soient versés à un fonds d'aide aux orphelins du Vietnam [6]. Chip Monck le chef de production des Stones, qui avait érigé les scènes de Monterey et de Woodstock est envoyé sur place avec ses équipes de construction et d'éclairagistes pour y effectuer les travaux de transformation.

« Quand nous arrivons à Sears Point, nous constatons que nous allons être au sommet de la colline. Et je me dis : "Mince, ça va pas être simple de tout installer là-haut, mais c'est une idée géniale. C'est encore plus facile pour nous, moins risqué. Ça ne sera pas aussi intime, mais ce sera nettement plus sûr. Nous prenons notre temps [7]. »

— Chip Monck

Mais, alors que des milliers de hippies s'apprêtent à prendre le chemin de Sears Point, un nouveau problème surgit. Les propriétaires du site exigent l'exclusivité des droits de distribution sur tout film tourné durant l'événement et un million de dollars pour couvrir le coût éventuel des dégâts. Il en résulte que vingt-quatre heures avant le début du festival, ils doivent renoncer à Sears Point. C'est alors qu'intervient Dick Carter, propriétaire du circuit d'Altamont situé entre les villes de Tracy et Livermore, qui leur propose gratuitement les trente-deux hectares de son terrain à des conditions plus modérées : les organisateurs s'engagent à verser cinq mille dollars pour des frais de nettoyage ultérieurs et une assurance d'un million de dollars contre les risques de dommages causés à son site. La légende prétendra que Carter, qui venait d'acheter le site, suivait un cours de marketing à Stanfort pour trouver un moyen de promouvoir sa nouvelle affaire, lorsqu'il apprit que les Stones cherchaient un terrain [8]. Le contrat est finalement conclu dans la nuit du jeudi 4 décembre, moins de deux jours avant le concert. L'équipe technique est donc contrainte de démonter la scène déjà édifiée à Sears Point et passe la nuit à la remonter à Altamont. Pendant ce temps, les stations de radio annoncent le changement d'emplacement aux festivaliers déjà en route, tandis que le magazine Rolling Stone annonce : « Ça marche ! Ce sera un mini-Woodstock et, plus excitant encore, ce sera un Woodstock à l'arrache... ». Santana, Flying Burrito Brothers, Jefferson Airplane et Crosby, Stills, Nash & Young se portent volontaires pour figurer à l'affiche, ainsi que les Stones pour clôturer la soirée.

Ces différents contretemps poseront des problèmes logistiques aux organisateurs : manque de sanitaires, de tentes pour les antennes médicales. De plus, la scène se situe en bas d'une pente, à seulement un mètre de hauteur, ce qui fait que les musiciens sont plus facilement exposés à la foule. Afin d'assurer la sécurité, Sam Cutler, le manager des Rolling Stones fait appel aux Oakland sur recommandation du Grateful Dead. Ils seront payés 500 $ en bières [9].