Fascisme

Faisceau sur la façade de la gare centrale de Milan. La date « AN IX » (du calendrier fasciste) correspond à la période du 29 octobre 1930 au 28 octobre 1931. (Photo prise en 2006.)

Le terme fascisme ( prononcé [ f a . ʃ i s m], calque de la prononciation italienne [ f a ˈ ʃ i z m o] ; ou plus rarement [ f a . s i s m] [1], [2], [3]) s'applique au sens étroit à la période mussolinienne de l' histoire italienne et au sens large à un système politique aux caractéristiques inspirées par l'exemple italien mais qui a pu prendre des aspects différents selon les pays. Des débats existent entre les historiens quant à la qualification de certains régimes ( France de Vichy, Espagne franquiste [4]...). Le terme même (en italien fascismo) vient du mot «  fascio » (« faisceau ») désignant le rassemblement des fusils au repos ou l'attribut du licteur dans la Rome antique [5]. La différence entre fascisme et totalitarisme fait l'objet de nombreux débats [6].

Le fascisme est un système politique autoritaire qui associe populisme, nationalisme [7] et totalitarisme [8] au nom d'un idéal collectif suprême. À la fois révolutionnaire et conservateur, il s'oppose frontalement à la démocratie parlementaire et à l' État libéral garant des droits individuels [9], [10]. Issu de diverses composantes de la philosophie européenne du XIXe siècle [11], le fascisme a trouvé dans les circonstances économiques et historiques de l' après-première guerre mondiale le contexte qui lui a permis d'accéder au pouvoir, d'abord en Italie dans les années 1920 avec Mussolini, puis sous une variante accentuée, militariste et terroriste, en Allemagne dans les années 1930 avec le nazisme et Hitler.

Niant l'individu et la démocratie au nom de la masse incarnée dans un chef providentiel, le fascisme embrigade les groupes sociaux (jeunesse, milices) et justifie la violence d'État menée contre les opposants assimilés à des ennemis intérieurs, l'unité de la nation devant dépasser et résoudre les antagonismes des classes sociales dans un parti unique. Dans le domaine économique, l'état conduit une politique dirigiste mais maintient la propriété privée et capitaliste [12]. En même temps il rejette la notion d'égalité au nom d'un ordre hiérarchique naturel : il définit un « homme nouveau », un idéal de pureté nationale et raciale qui nourrit en particulier l' antisémitisme, l'homophobie, l'exclusion des personnes atteintes d'un handicap et exalte les corps régénérés ainsi que les vertus de la terre, du sang et de la tradition, tout comme il affirme une hiérarchie entre les peuples forts et les peuples faibles qui doivent être soumis. De façon générale le fascisme exalte la force et s’appuie sur les valeurs traditionnelles de la masculinité, reléguant les femmes dans leur rôle maternel. Il célèbre dans cet esprit les vertus guerrières en développant une esthétique héroïque et grandiose [13].

Révélateur d'une crise de la modernité et luttant contre le sentiment de décadence de la civilisation, le fascisme s'appuie aussi sur la mystique romantique du passé et sur l'émotion collective qu'il met en scène dans la théâtralité dynamique d'une religion civile (culte du chef, uniformes, rassemblements, propagande) et suscite ainsi une fascination idéologique et esthétique avérée [14].

Dans son acception la plus large, le terme est employé pour disqualifier l'ennemi politique (par exemple par les Soviétiques durant la Guerre froide ou certains partis politiques sur l' échiquier politique dans les démocraties libérales), cependant, le fascisme est encore revendiqué par certaines mouvances d' extrême droite (les néofascistes).

Idéologie

L'emblème du parti national fasciste comprenant un faisceau de licteur.

Le mot vient de l'italien « fascio » (« faisceau »), faisant référence au fasces lictoriae, emblème de l'autorité initié sous la République romaine, qui fut ensuite repris notamment sous la Révolution française, puis vers 1919, par les milices squadristes de Benito Mussolini, qui avaient initialement groupé des anciens combattants de la Première Guerre mondiale, déçus et épris d'ordre.

Il se définit lui-même comme «  totalitaire », et peut se résumer par une formule de Mussolini : « Tout par l'État, rien hors de l'État, rien contre l'État ! ».

Au sens le plus strict, il désigne donc le régime de Benito Mussolini. Si historiquement le nazisme apparaît proche du fascisme, bien d'autres régimes politiques ont été qualifiés, à tort ou à raison, de fascistes par leurs opposants, comme l'Égypte nassérienne, le régime des Talibans, le stalinisme, le péronisme, etc. Dans le débat politique contemporain, les adhérents à certaines idéologies politiques tendent à associer le fascisme avec leurs ennemis, ou le définissent comme étant l'opposé de leurs propres visions politiques.

En son sens large, le fascisme se définit comme une réaction aux valeurs de l' humanisme démocratique du siècle des Lumières. Issu des frustrations engendrées par ce nouveau modèle de société, le fascisme rejette les droits de l'homme, le communisme, l' anarchisme, les libertés individuelles et le libéralisme.

« Le fait est que le XIXe siècle était le siècle du socialisme, du libéralisme, de la démocratie, ceci ne signifie pas que le XXe siècle doit aussi être le siècle du socialisme, du libéralisme, de la démocratie. Les doctrines politiques passent ; les nations restent. Nous sommes libres de croire que ceci est le siècle de l'autorité, un siècle tendant vers la « droite », un siècle fasciste. Si le XIXe siècle était le siècle de l'individualisme (le libéralisme implique l'individualisme), nous sommes libres de croire que ceci est le siècle « collectif », et ainsi le siècle de l'État. »

—  Benito Mussolini, La Doctrine politique et sociale du fascisme (1933) [[réf. souhaitée].

Les origines du fascisme font l'objet d'un débat parfois âpre parmi les historiens. Pour Zeev Sternhell et ses partisans, l'idéologie fasciste a principalement été forgée en France, entre les années 1880 et 1914, par conjonction entre une radicalisation antidémocratique de certains mouvements d'extrême gauche (notamment le syndicalisme révolutionnaire) avec une nouvelle droite nationaliste, formant la « droite révolutionnaire », dont est issue le fascisme [15]. Pour des auteurs comme Pierre Milza, la Première Guerre mondiale est tout à fait essentielle dans la formation de l'idéologie fasciste, bien qu'il ait nuancé son point de vue en reconnaissant que Sternhell avait partiellement raison en soulignant la parenté entre certains idéologues français d'avant 1914 et les théoriciens du fascisme. Pour Robert O. Paxton, le Ku Klux Klan (KKK) constitue la première forme de mouvement fasciste, ou protofasciste [16], et il rejoint en partie Sternhell sur les origines françaises de l'idéologie.

Un groupe de Piccole Italiane, organisation fasciste pour la jeunesse féminine.

Pour l'historien américain, le fascisme se développe selon cinq phases :

  1. Des penseurs politiques dissidents, extrémistes de droite méprisant la modération des conservateurs, et anciens extrémistes de gauche reniant la démocratie, forment une critique commune du libéralisme politique, au nom d'une synthèse nationale et sociale. L'idéologie se forme ainsi dans des pays de vieille tradition démocratique, comme la France, et, paradoxalement, un pays où naît l'idéologie fasciste a peu de chance de voir arriver rapidement un parti fasciste au pouvoir.
  2. Ces mouvements, jusque-là marginaux, prennent de l'importance, car ils apparaissent, aux yeux des grands industriels et des grands propriétaires terriens, comme le seul moyen de rétablir l'ordre, notamment contre l'agitation communiste. À ce moment, le fascisme abandonne ses revendications sociales avancées pour un libéralisme économique strict.
  3. Le parti fasciste accède au pouvoir.
  4. Le pouvoir fasciste se consolide.
  5. La phase de radicalisation n'a été pleinement accomplie que par le nazisme, avec la Shoah et la création d'espaces où l'État protecteur disparaît absolument : les camps de concentration, et plus encore les camps d'extermination [16].

Son modèle social est davantage centré sur la nation que sur les individus qui la composent. Il cherche à créer un groupe uni et solidaire, qui ait une identité forte. Pour cela, il faut que cette collectivité partage une histoire et un destin communs et qu'elle se construise sur la volonté de perpétuer son ciment culturel. Il est donc primordial pour les fascistes de préserver l'homogénéité ( ethnique, religieuse ou de classe) de cette collectivité nationale.

Un autre point caractéristique du fascisme est la prégnance de la hiérarchie sociale : le groupe doit être mené par un chef, surnommé en Italie le Duce (« le Guide »), dont l'autorité ne saurait être remise en question. C'est au cours de sa période socialiste que Mussolini fut qualifié pour la première fois de Duce, selon un terme en usage dans la gauche italienne [17]. Avec le fascisme, l'emploi du terme est systématisé et le Duce devient le conducteur de la révolution fasciste. Néanmoins, ce n'est qu'après le congrès de Vérone de novembre 1921 qui permit la transformation du mouvement en parti que Mussolini fut reconnu comme Duce du fascisme, même si ce titre n'impliquait pas l'autorité dictatoriale qu'obtint cette même année Hitler au sein du parti national-socialiste [17]. En effet, avant ce congrès, Mussolini dut faire face à une révolte des principaux chefs squadristes contre sa prétention à être reconnu comme fondateur et Duce du fascisme.

Excluant tout contre-pouvoir, le fascisme est un système qui se veut totalitaire. Il s'est appuyé sur des groupes de choc, les Chemises noires, qui ont été complètement militarisées après la prise du pouvoir. À la différence d'autres totalitarismes, le fascisme a cherché cependant à obtenir l'adhésion populaire plutôt que de recourir à des méthodes coercitives. Utilisant des techniques comme la démagogie et le populisme, il lui est arrivé d'obtenir un fort soutien populaire et même de maintenir certaines formes démocratiques, comme le suffrage universel (pendant deux années). Tout comme Hitler, Mussolini a été « invité » au pouvoir par l'assentiment des autorités de l'époque avec la célèbre Marche sur Rome.

Il s'agit pour cela de mobiliser des valeurs comme le patriotisme, les idéaux de « rénovation » nationale et de pureté. Croire, obéir, combattre deviennent des valeurs, analyser et critiquer de l'insubordination. Il est donc nécessaire de faire naître un sentiment d'urgence, de désigner un ennemi commun cherchant à détruire le collectif et contre lequel le groupe tout entier doit se mobiliser.

Cette mobilisation permet de réprimer sévèrement toute contestation sans perdre la caution populaire. Il suffit de désigner l'homme à abattre comme « ennemi », « traître », « sous-homme ». Mais le fascisme italien n'a pas pratiqué les massacres de masse de type hitlérien, même s'il n'a pas hésité à faire exécuter des opposants politiques, y compris exilés (Carlo et Nello Rosselli) et à les reléguer (îles Lipari notamment).

Le fascisme, à la différence du nazisme, n'était pas raciste à l'origine. Il adopte un discours ouvertement raciste à partir de 1935 (la conquête de l'Éthiopie est justifiée par l'infériorité raciale des Éthiopiens), et légifère en ce sens à partir de 1937 (interdiction du concubinage et du mariage entre colons et Africains), en se radicalisant de plus en plus. « Il est temps que les Italiens se proclament franchement racistes. Toute l'œuvre que jusqu'à présent a fait le régime en Italie est au fond le racisme. Dans les discours du Chef, la référence aux concepts de la race a toujours été très fréquente. La question du racisme en Italie doit être traitée d'un point de vue purement biologique sans intentions philosophiques ou religieuses. ». Extrait de « la défense de la race » (La difesa della razza), dirigée par Telesio Interlandi, année I, numéro 1, 5 août 1938, page 2 (In Dossier Cliotexte sur le Fascisme italien). Ce racisme devient ouvertement antisémite à partir de 1938 ( Lois raciales fascistes), dans un contexte d'alliance avec l'Allemagne de Hitler. Encore ces lois d'exclusion étaient-elles moins dures et comportaient-elles beaucoup plus de dérogations que les lois antisémites de Hitler et de Pétain.

Other Languages
Аҧсшәа: Афашизм
Afrikaans: Fascisme
Alemannisch: Faschismus
aragonés: Faixismo
Ænglisc: Gilmrǣd
العربية: فاشية
مصرى: فاشيه
asturianu: Fascismu
azərbaycanca: Faşizm
تۆرکجه: فاشیزم
башҡортса: Фашизм
Boarisch: Faschismus
žemaitėška: Fašėzmos
беларуская: Фашызм
беларуская (тарашкевіца)‎: Фашызм
български: Фашизъм
brezhoneg: Faskouriezh
bosanski: Fašizam
буряад: Фашизм
català: Feixisme
کوردیی ناوەندی: فاشیزم
čeština: Fašismus
Cymraeg: Ffasgiaeth
dansk: Fascisme
Deutsch: Faschismus
Ελληνικά: Φασισμός
English: Fascism
Esperanto: Faŝismo
español: Fascismo
eesti: Fašism
euskara: Faxismo
فارسی: فاشیسم
suomi: Fasismi
Võro: Fassism
furlan: Fassisim
Frysk: Faksisme
Gaeilge: Faisisteachas
Gàidhlig: Faisisteachas
galego: Fascismo
עברית: פשיזם
हिन्दी: फ़ासीवाद
hrvatski: Fašizam
magyar: Fasizmus
Հայերեն: Ֆաշիզմ
interlingua: Fascismo
Bahasa Indonesia: Fasisme
Ilokano: Pasismo
íslenska: Fasismi
italiano: Fascismo
日本語: ファシズム
Patois: Fashizim
la .lojban.: viltrusi'o
ქართული: ფაშიზმი
қазақша: Фашизм
한국어: 파시즘
къарачай-малкъар: Фашизм
Kurdî: Faşîzm
Кыргызча: Фашизм
Latina: Fascismus
Lëtzebuergesch: Faschismus
Limburgs: Fascisme
لۊری شومالی: فاشیسم
lietuvių: Fašizmas
latviešu: Fašisms
мокшень: Фашизма
Malagasy: Fasisma
македонски: Фашизам
മലയാളം: ഫാഷിസം
монгол: Фашизм
मराठी: फॅसिझम
Bahasa Melayu: Fasisme
Mirandés: Fascismo
مازِرونی: فاشیسم
Napulitano: Fascismo
नेपाल भाषा: फासीवादी
Nederlands: Fascisme
norsk nynorsk: Fascisme
norsk bokmål: Fascisme
occitan: Faissisme
ਪੰਜਾਬੀ: ਫਾਸ਼ੀਵਾਦ
polski: Faszyzm
Piemontèis: Fassism
پنجابی: فاشزم
پښتو: فاشېزم
português: Fascismo
română: Fascism
русский: Фашизм
русиньскый: Фашізм
саха тыла: Фашизм
sicilianu: Fascismu
Scots: Fascism
srpskohrvatski / српскохрватски: Fašizam
Simple English: Fascism
slovenčina: Fašizmus
slovenščina: Fašizem
shqip: Fashizmi
српски / srpski: Фашизам
svenska: Fascism
Kiswahili: Ufashisti
தமிழ்: பாசிசம்
తెలుగు: ఫాసిజం
тоҷикӣ: Фашизм
Tagalog: Pasismo
Türkçe: Faşizm
татарча/tatarça: Faşizm
ئۇيغۇرچە / Uyghurche: فاشىسىت
українська: Фашизм
اردو: فسطائیت
oʻzbekcha/ўзбекча: Fashizm
vèneto: Fasismo
Tiếng Việt: Chủ nghĩa phát xít
Winaray: Fascismo
ייִדיש: פאשיזם
Bân-lâm-gú: Fasci-chú-gī