Expédition de Khiva

La Traversée du désert de la Mort de l'expédition de Khiva en 1873, tableau de Nikolaï Karazine (1888).

L'expédition de Khiva est une expédition militaire russe[1] qui a abouti à la soumission du khanat de Khiva, le 29 mai 1873, et à la signature du traité de paix de Guendeman, le 12 août 1873, entre l'Empire russe, représenté par le général von Kaufmann, gouverneur-général du Turkestan russe, et le khan de Khiva, Mohammed Rahim Khan II. Ce traité institue un protectorat russe sur le khanat.

Contexte

Dans les années 1870, l'Empire russe soumet deux États importants d'Asie centrale, l'émirat de Boukhara et le khanat de Kokand. Une partie de leurs territoires est directement annexée à l'Empire. Le dernier État indépendant est le khanat de Khiva. Il est entouré de tous les côtés de terres de l'Empire russe et de celles de l'émirat de Boukhara, devenu protectorat russe.

Le khanat de Khiva est dirigé depuis la fin du XVIIIe siècle par une dynastie ouzbèke qui a pris la suite d'une première dynastie séparée des Chaybanides au XVIe siècle[2]. Il vit essentiellement du commerce caravanier, du tissage et de fabrication de tapis, du commerce d'esclaves (c'est un des marchés d'esclaves parmi les plus importants d'Asie centrale), d'élevage et d'une agriculture pauvre basée sur l'irrigation[3]. Il est contraint pour renflouer ses caisses d'effectuer des expéditions guerrières quasi-annuelles contre les tribus turkmènes, contre son ennemi héréditaire de Boukhara, et effectue des razzias périodiques contre les caravanes traversant les steppes et le désert du Karakoum.