Eure-et-Loir

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Loir.
Eure-et-Loir
Eure-et-Loir Eure-et-Loir
Administration
Pays Drapeau de la France  France
Région Centre-Val de Loire
Création du département
Chef-lieu
( Préfecture)
Chartres
Sous-préfectures Châteaudun
Dreux
Nogent-le-Rotrou
Président du
conseil départemental
Albéric de Montgolfier ( LR)
Préfet Nicolas Quillet
Code Insee 28
Code ISO 3166-2 FR-28
Code Eurostat NUTS-3 FR242
Démographie
Gentilé Euréliens
Population 432 967 hab. (2013)
Densité 74 hab./km2
Géographie
Superficie 5 880 km2
Subdivisions
Arrondissements 4
Circonscriptions législatives 4
Cantons 15
Intercommunalités 24
Communes 391

Le département français d'Eure-et-Loir appartient à la région Centre-Val de Loire qui en compte six.

Il tire son nom des deux principales rivières qui le traversent, l' Eure, affluent de la Seine, et le Loir, affluent de la Sarthe [1]. L' Insee et la Poste lui attribuent le code 28. Sa préfecture est Chartres.

Histoire

Article détaillé : Histoire d'Eure-et-Loir.
L'Eure-et-Loir et les provinces qui occupaient son territoire avant 1790 : l' Orléanais, le Perche et l' Île-de-France.

Le département a été créé à la Révolution française, le en application de la loi du , à partir, principalement, de parties des anciennes provinces de l' Orléanais ( Beauce) et du Maine( Perche), mais aussi de l' Île-de-France ( Drouais, Thymerais, Vallée de l' Avre, Hurepoix).

Au Moyen Âge, le territoire actuel du département est dominé par la ville de Chartres. La ville se développe grâce à la culture des riches terres de Beauce (marché au blé) et à sa vocation religieuse due notamment à la présence de la relique du Voile de la Vierge (don de Charles-le-Chauve en 876). Sur l'impulsion de Fulbert de Chartres, elle sera le berceau d'une renaissance intellectuelle avec la fondation de l' École de Chartres. Au nord, Dreux, la vallée de l' Avre et le Thimerais, de même que le comté du Perche à l'ouest, constituent des postes avancés des rois de France face aux ducs de Normandie. Les terres d'Eure-et-Loir, par leur intérêt stratégique, sont donc très tôt ancrées dans la mouvance capétienne et progressivement rattachées aux anciennes provinces de l' Orléanais et de l'Île-de-France.

Durant la guerre de Cent Ans, le territoire du département est au centre de plusieurs conflits (dont la Journée des Harengs à Rouvray-Saint-Denis), en raison de sa proximité avec Paris et Orléans. Le traité de Brétigny, qui met fin provisoirement à la guerre, y sera signé près de Chartres.

À la Renaissance, l'Eure-et-Loir devient également une région prisée par les rois François François Ier et Henri II avec la présence du château d' Anet, appartenant à une grande dame de la cour : Diane de Poitiers.

Le département est également marqué par la présence de Madame de Maintenon, la marquise de Pompadour ( Crécy-Couvé), Maximilien de Béthune, duc de Sully, décédé en son château de Villebon et inhumé à Nogent-le-Rotrou.

Carte du département d'Eure-et-Loir (1852)

À la Révolution, il est dans un premier temps envisagé de créer un département beauceron. La Beauce a en effet l'avantage de n'avoir jamais été une province sous l'Ancien Régime. Sa dimension essentiellement géographique et non politique s'inscrivait donc parfaitement dans l'idéologie révolutionnaire. Ce projet est mis en échec principalement par la volonté du roi de ne pas voir dispersées en un nombre trop important de départements ses possessions franciliennes. La création du département dans sa configuration actuelle tient également aux résistances des terres du Thimerais et du Drouais à se voir agrégées à celles de l'ancienne Normandie, et à l'impossibilité de conserver au Perche son unité, en partie pour des raisons politiques (ancien comté), et surtout à cause de l'absence d'une ville suffisamment importante pour se prévaloir du rang de chef-lieu de département. Chartres, avec entre autres le général Marceau, l'abbé Sieyès ou encore Brissot de Warville, chef de file des Girondins, donne plusieurs grands hommes à la Révolution.

Au XIXe siècle, le nord du département connaît une forte industrialisation, avec notamment l’imprimerie de Firmin Didot et les manufactures textiles des Waddington. Chartres conserve essentiellement sa vocation commerciale grâce à son important marché au blé et au commerce de la laine des nombreux élevages de moutons, dont la foire de Châteaudun est aussi un haut lieu. Le Perche qui s'est peu développé, et a connu une notable émigration vers le Québec les siècles précédents, devient une terre de nourrices réputées pour leur qualités maternelles auprès des familles aisées de Paris. Dreux devient également une ville industrielle, en particulier après la crise du phylloxéra qui met définitivement à bas les vignes normandes. Après le coup d'État du 2 décembre 1851 de Napoléon III, l'Eure-et-Loir fait partie des départements placés en état de siège afin de parer à tout soulèvement massif. Moins d'une centaine d'opposants sont arrêtés [2]. Le département est durement touché par la guerre de 1870, avec la bataille de Loigny et l'incendie de Châteaudun par l' armée prussienne.

Au XXe siècle, le département devient de plus en plus économiquement lié au développement de la région parisienne. Chartres et Dreux profitent pleinement de cette proximité avec l'implantation de plusieurs grandes entreprises (dont les futurs établissements Philips), pendant que la vallée de l'Eure qui les relie devient un lieu de villégiature avec la construction de nombreuses résidences secondaires. Des bases aériennes importantes s'installent à Chartres de 1909 à 1997 ( base aérienne 122 Chartres-Champhol), ainsi qu'à Châteaudun de 1936 à 2014 ( base aérienne 279 Châteaudun).

Durant la Seconde Guerre mondiale, le département est marqué par son préfet Jean Moulin qui y fait son premier acte de Résistance face à l'occupant. La ville de Chartres est partiellement détruite par un bombardement en 1944 qui incendie sa bibliothèque. La ville de La Loupe est quant à elle presque totalement sinistrée. Après-guerre, l'est du département intègre progressivement l' aire urbaine de Paris, les cantons d' Anet, de Maintenon et de Nogent-le-Roi, voire d' Auneau, qui sont dès lors intimement liés à ceux du département des Yvelines limitrophes.

En politique, le département est la terre d'élection et le berceau de plusieurs grandes figures des IIIe et IVe républiques : William Henry Waddington (ministre de l’Instruction publique en 1873 et 1877), Maurice Viollette (ministre d'État sous le Front populaire), Paul Deschanel ( président de la République en 1920), Maurice Bourgès-Maunoury (président du Conseil en 1957).

Au tournant des années 1980, Dreux devient une ville politiquement singulière en élisant comme maire en 1977, puis députée en 1981, Françoise Gaspard, l'une des premières femmes politiques ayant assumé publiquement son homosexualité. En 1983 Dreux est le théâtre d'une alliance entre la droite locale et le Front national mené par Jean-Pierre Stirbois, dont la veuve Marie-France Stirbois est élue députée en 1989.

Blason

Blason non officiel.

Le blason (non officiel) du département d'Eure-et-Loir a été créé à partir de ceux du comté du Perche (partie occidentale du département) et de l' Orléanais.

Other Languages
Afrikaans: Eure-et-Loir
aragonés: Eure y Loir
беларуская: Эр і Луар
беларуская (тарашкевіца)‎: Эр і Люар
български: Йор е Лоар
brezhoneg: Eure-et-Loir
català: Eure i Loir
Cebuano: Eure-et-Loir
čeština: Eure-et-Loir
Чӑвашла: Эр тата Луар
Cymraeg: Eure-et-Loir
English: Eure-et-Loir
Esperanto: Eure-et-Loir
español: Eure y Loir
euskara: Eure-et-Loir
فارسی: اور-ا-لوآر
arpetan: Ere-et-Lêr
Gàidhlig: Eure-et-Loir
galego: Eure e Loir
客家語/Hak-kâ-ngî: Eure-et-Loir
עברית: אר ולואר
magyar: Eure-et-Loir
Հայերեն: Էր և Լուար
Bahasa Indonesia: Eure-et-Loir
italiano: Eure-et-Loir
ქართული: ერი და ლუარი
қазақша: Эр және Луар
Ladino: Eure et Loir
Lëtzebuergesch: Departement Eure-et-Loir
Limburgs: Eure-et-Loir
lumbaart: Eure-et-Loir
lietuvių: Eras ir Luara
latviešu: Ēra un Luāra
Malagasy: Eure-et-Loir
Bahasa Melayu: Eure-et-Loir
Plattdüütsch: Eure-et-Loir
Nederlands: Eure-et-Loir
norsk nynorsk: Eure-et-Loir
norsk bokmål: Eure-et-Loir
occitan: Eure e Loir
Kapampangan: Eure-et-Loir
polski: Eure-et-Loir
português: Eure-et-Loir
română: Eure-et-Loir
русский: Эр и Луар
sámegiella: Eure-et-Loir
srpskohrvatski / српскохрватски: Eure-et-Loir
Simple English: Eure-et-Loir
slovenčina: Eure-et-Loir
slovenščina: Eure-et-Loir
српски / srpski: Ер и Лоар
svenska: Eure-et-Loir
Kiswahili: Eure-et-Loir
Türkçe: Eure-et-Loir
українська: Ер і Луар
Tiếng Việt: Eure-et-Loir
Volapük: Eure-et-Loir
Winaray: Eure-et-Loir
Bân-lâm-gú: Eure-et-Loir