Espéranto

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Espéranto (homonymie).
Espéranto
Esperanto
Auteur Ludwik Lejzer Zamenhof
Date de création 1887
Région Drapeau de l'Espérantie  Espérantie
(120 pays du monde [1])
Nombre de locuteurs 100 000 à 10 000 000 selon les estimations
Nom des locuteurs espérantophone
Typologie ordre libre, agglutinante, accusative
Catégorie langue auxiliaire internationale
Classification par famille
Statut officiel
Régi par Akademio de Esperanto
Codes de langue
ISO 639-1 eo
ISO 639-2 epo
ISO 639-3 epo
Étendue individuelle
Type construite
IETF eo
Article premier de la Déclaration universelle des droits de l'homme (voir le texte en français)

Artikolo 1

Ĉiuj homoj estas denaske liberaj kaj egalaj laŭ digno kaj rajtoj. Ili posedas racion kaj konsciencon, kaj devus konduti unu al alia en spirito de frateco.
Carte

Nombre de membres d’associations d’espéranto
  •      1-49 membres
  •      50-99 membres
  •      100-499 membres
  •      500-1600 membres

L'espéranto est une langue internationale qui, 129 ans après sa création, est parlée dans 120 pays [1] à travers le monde. Nécessitant un court apprentissage pour être utilisable [2] l'espéranto est présenté comme solution efficace et économiquement équitable au problème de communication entre personnes de langues maternelles différentes [3]. N’étant la langue officielle d’aucun État, l'espéranto permet d'établir un pont neutre entre cultures. Certains locuteurs nomment «  Espérantie » la zone linguistique formée des lieux géographiques où ils se trouvent.

Fondée sur une grammaire régulière sans exception, l'espéranto est une langue globalement agglutinante où les mots se combinent pour former un vocabulaire riche et précis à partir d'un nombre limité de racines lexicales et d’ affixes. Ces particularités la rendent flexible et facilitent son apprentissage à tout âge. L’ Académie d'espéranto contrôle entre autres l'introduction de mots découlant d'inventions ou de notions nouvelles.

C’est en 1887 que Zamenhof, sous le pseudonyme Doktoro Esperanto (Docteur qui espère) qui donnera par la suite son nom à la langue, publie le projet Langue Internationale. La langue a connu un rapide développement dès les premières années, donnant lieu à des publications et des rencontres internationales. L'apparition des premières méthodes d'apprentissage en ligne au début des années 2000, puis plus récemment de cours d'espéranto sur des sites d'apprentissage de masse comme sur Duolingo en 2015 et l'apparition des réseaux sociaux [4] qui permettent le développement de nouveaux usages, suscitent un regain d’intérêt pour l'espéranto.

L’ Association mondiale d’espéranto, fondée en 1908, est en relation officielle avec l’ Organisation des Nations Unies et l’ UNESCO, qui a publié des recommandations en faveur de l’Espéranto en 1954 et 1985. L’espéranto est l’une des langues officielles de l’ Académie internationale des sciences de Saint-Marin [5]. L’ université Loránd Eötvös en Hongrie sanctionne son cursus universitaire d’enseignement de l’espéranto par un diplôme reconnu par le cadre européen commun de référence pour les langues [6]. Plusieurs universités proposent des cycles d’études espérantophones au Brésil, en Bulgarie, Pologne, Roumanie et Slovaquie [7].

Statut

L'espéranto n'est la langue officielle d'aucun pays, mais il est la langue de travail de plusieurs associations à but non lucratif, principalement des associations d'espéranto. La plus grande organisation d'espéranto est l' association mondiale d’espéranto, qui est en relation officielle avec les Nations unies et l' UNESCO dans un rôle consultatif [8].

L'UNESCO a adopté plusieurs recommandations en faveur de l'espéranto. La première a eu lieu le lors de la 8e conférence générale à Montevideo ( Uruguay).

C'est l'une des langues officielles de l' Académie internationale des sciences de Saint-Marin [5] (AIS) dont le but principal est de favoriser l'utilisation de l'espéranto dans toutes les sciences.

Parmi les universités disposant de cycles d'études espérantophones [7], les plus réputées sont :

À l'instar des autres langues, l’espéranto dispose de diplômes validant les acquis, mais seul l' institut des langues étrangères (ITK) de l' université Loránd Eötvös (ELTE) délivre des diplômes d'État sur la base du cadre européen commun de référence pour les langues (CECRL) : niveaux B1, B2 et C1. Il est à noter que parmi les trente langues proposées par ITK, l'espéranto se classe en 3e position par le nombre de candidats, après l'anglais et l'allemand. De son côté, la Ligue internationale des enseignants d'espéranto (ILEI) agit pour la promotion de l’apprentissage et propose des ressources pédagogiques aux enseignants d’espéranto.

En 2016 Espéranto-France a lancé une préparation à une future épreuve écrite d'espéranto comme langue facultative au baccalauréat et propose aux lycéens intéressés de passer un bac blanc d'espéranto. Le premier examen blanc de ce type a eu lieu le samedi 4 juin 2016 [9], [10] ; cependant la date d’introduction de l'espéranto dans la liste des langues facultatives au baccalauréat dépend d’une décision du ministère de l’Éducation nationale.