Erika (pétrolier)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Erika.
Erika
image illustrative de l’article Erika (pétrolier)
L’Intermar Prosperity en 1979.
Autres nomsShinsei-Maru (1975)
Glory-Ocean (1975-1977)
Intermar-Prosperity (1977-1985)
South-Energy (1985-1986)
Jarhe Energy (1986)
Prime Noble (1986-1990)
Prime Nobles (1990-1993)
Nobless (1993-1996)
TypePétrolier
Histoire
Chantier navalKasado-Docks Ltd, à Kudamatsu (Japon)
Quille posée1975
StatutCoulé le
Équipage
Équipage26 membres
Caractéristiques techniques
Longueur184,03 m (hors-tout)
Maître-bau28,05 m (hors-membre)
Tirant d'eau11,027 m (été)
Port en lourd37 283 tpl (été)
PropulsionDiesel Sulzer
Puissance13 200 ch
Vitesse15,2 nœuds
Carrière
ArmateurTevere Shipping
AffréteurTotal Fina
PavillonDrapeau du Japon Japon (1975)
Drapeau du Panama Panama (1975-1977)
Drapeau du Libéria Liberia (1977-1990)
Drapeau de Malte Malte (1990-1999)
Port d'attachePanama (1975-1977)
Monrovia (1977-1990)
La Valette (1990-1999)
IMO7377854
Localisation
Coordonnées47° 09′ nord, 4° 15′ ouest

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Erika
Erika

L’Erika est un pétrolier battant pavillon maltais (pavillon de complaisance) construit en 1975 et affrété par la société Total, qui a fait naufrage le au large de la Bretagne, lors d'un transport de 30 884 tonnes de fioul lourd en provenance de Dunkerque et à destination de Livourne (Italie).

L'armateur était l'Italien Giuseppe Savarese. La gestion technique était assurée par la société Panship. La société de classification (chargée des contrôles) était la société RINA (Italie).

Le 25 septembre 2012, la société Total SA, la société RINA et deux particuliers ont été condamnés par la Cour de cassation française pour ce naufrage[1].

Historique

L’Erika est construit au Japon en 1975 par les chantiers Kasado-Docks Ltd de Kudamatsu coque no 284[2]. Initialement dénommé Shinsei-Maru, il est le second d'une série de huit navires identiques construits entre 1974 et 1976[3]. Long de 184 mètres et compartimenté en 14 cales, l’Erika est conçu comme un transporteur polyvalent de produits pétroliers (bruts, raffinés). Il comprend treize citernes, deux lignes de manutention, et deux slop-tanks. Il est revêtu à simple coque, considéré « pré-Marpol », et sans ballasts séparés[4]. Son port en lourd est de 37 283 tonnes au tirant d'eau de 11 m, et il est propulsé par un moteur à l'arrière de 13 200 ch pour une vitesse de 15 nœuds[5]. Son équipage est constitué de 26 personnes.

Au cours de sa carrière, le navire change huit fois d'armateur et de nom, trois fois de pavillon, trois fois de société de classification, et quatre fois de gestionnaire nautique[4].

Année Nom Pavillon Armateur Gestionnaire nautique Société de classification
1975 Shinsei-Maru Drapeau du Japon Japon NK
Glory Ocean Drapeau du Panama Panama
1977 Intermar-Prosperity Drapeau du Libéria Liberia Berwick Shipping Ltd / Intermarine
1980 South Energy Shipping Company / Wallem Shipmanagement ABS
1985 South-Energy
Gaymont Inc. Monrovia
1986 Jarhe Energy
1990 Prime Noble Civil Ensign of Malta.svg Malte Desert Peace ship. Co. Ltd. Sapha Maritime Enterprise – Groupe Polembros (Nicosie)
1993 Prime Nobles BV
1994 Nobless Tevere Shipping Co. Ltd. Drytank-Cardiff / Starship Management
1996 Erika
1998 Panship Management RINA
Other Languages
català: Erika
čeština: Erika (loď)
English: MV Erika