Effet de serre

L’effet de serre est un processus naturel résultant de l’influence de l' atmosphère sur les différents flux thermiques contribuant aux températures au sol d'une planète. La prise en compte de ce mécanisme est nécessaire pour expliquer les températures observées à la surface de la Terre et de Vénus. Dans le système solaire, l'essentiel de l'énergie thermique reçue par une planète provient du rayonnement solaire et, en l’absence d'atmosphère, une planète rayonne idéalement comme un corps noir, l'atmosphère d'une planète absorbe et réfléchit une partie de ces rayonnements modifiant ainsi l'équilibre thermique. Ainsi l'atmosphère isole la Terre du vide spatial comme une serre isole les plantes de l'air extérieur.

L'usage de l'expression effet de serre s'est étendu dans le cadre de la vulgarisation du réchauffement climatique causé par les gaz à effet de serre qui bloquent et réfléchissent une partie du rayonnement thermique [1]. Or le bilan thermique d'une serre s'explique essentiellement par une analyse de la convection et non du rayonnement : la chaleur s'accumule à l'intérieur de la serre car les parois bloquent les échanges convectifs entre l'intérieur et l'extérieur. Aussi, le terme scientifique, utilisé par la communauté des climatologues pour décrire l’influence des gaz à effet de serre, composants de l'atmosphère bloquant le rayonnement infrarouge, sur le bilan thermique de la Terre, est forçage radiatif.

Les températures terrestres résultent d'interactions complexes entre les apports solaires perturbés par les cycles de l'orbite terrestre, de l'effet albédo de l'atmosphère, des courants de convection dans l'atmosphère et les océans, du cycle de l'eau et le forçage radiatif de l'atmosphère notamment.

Historique

Dans les années 1780, Horace-Bénédict de Saussure mesure les effets thermiques du rayonnement solaire à l'aide de boîtes transparentes qu'il dispose dans la vallée et au sommet d'une montagne [2].

En 1824, Joseph Fourier publie Remarques générales sur les températures du globe terrestre et des espaces planétaires dans lesquelles il affine l'analyse des expériences de Horace-Bénédict de Saussure en concluant « la température du sol est augmentée par l'interposition de l'atmosphère, parce que la chaleur solaire trouve moins d'obstacles pour pénétrer l' air, étant à l'état de lumière, qu'elle n'en trouve pour repasser dans l' air lorsqu'elle est convertie en chaleur obscure » [3] [réf. insuffisante].

En 1861, John Tyndall identifie les principaux responsables de ce mécanisme : la vapeur d'eau et le dioxyde de carbone. Il suggère alors qu'une modification de la composition de l'atmosphère peut avoir une influence sur l'évolution du climat [4].

Svante August Arrhenius.

En 1896, Svante August Arrhenius propose la première estimation de l'impact du niveau de dioxyde de carbone sur les températures terrestres. Il estime qu'un doublement de la quantité de dioxyde de carbone devrait augmenter de °C la température moyenne [5]. Il espère ainsi que l'exploitation du charbon permettra de surmonter la prochaine ère glaciaire due à l'orbite terrestre. Le géologue américain Thomas Chamberlin  (en) arrivera indépendamment aux mêmes conclusions.

En 1909, Robert Williams Wood montre que contrairement à une idée reçue le blocage du rayonnement infrarouge par le verre n'est pas le principal mécanisme qui explique le fonctionnement d'une serre [6]. Par conséquent le terme scientifique, adopté par le GIEC, utilisé pour décrire l’influence des composants de l'atmosphère bloquant le rayonnement infrarouge sur le bilan thermique de la Terre est forçage radiatif et non effet de serre.

L'expression synthétique effet de serre provient de la vulgarisation au début des années 1980 des résultats alarmants des recherches climatologiques. Alors que les climatologues analysent l'impact du dioxyde de carbone sur le climat sans parler d'effet de serre [7], les premières alertes pour infléchir les décisions politiques sont lancées au début des années 1980 en utilisant cette expression [8], reprise par la suite dans des rapports de plus en plus médiatisés, comme le rapport Brundtland ( 1987). En France, Jean-Marc Jancovici et Hervé Le Treut ont vulgarisé les risques liés à l'effet de serre depuis les années 1980.

Other Languages
Afrikaans: Kweekhuiseffek
azərbaycanca: İstixana effekti
беларуская: Парніковы эфект
български: Парников ефект
Zazaki: Tesirê sera
Esperanto: Forceja efiko
Kreyòl ayisyen: Efè tèmik
Bahasa Indonesia: Efek rumah kaca
italiano: Effetto serra
日本語: 温室効果
한국어: 온실 효과
Lëtzebuergesch: Zäreneffekt
Bahasa Melayu: Kesan rumah hijau
Nederlands: Broeikaseffect
norsk nynorsk: Drivhuseffekt
norsk bokmål: Drivhuseffekt
português: Efeito estufa
Runa Simi: Pacha q'uñichiy
română: Efect de seră
srpskohrvatski / српскохрватски: Efekt staklenika
Simple English: Greenhouse effect
slovenčina: Skleníkový efekt
slovenščina: Učinek tople grede
српски / srpski: Efekat staklene bašte
Türkçe: Sera etkisi
українська: Парниковий ефект
Tiếng Việt: Hiệu ứng nhà kính
吴语: 温室效应
中文: 温室效应
Bân-lâm-gú: Un-sek hāu-èng
粵語: 溫室效應