Dystopie
English: Dystopia

Une dystopie est un récit de fiction dépeignant une société imaginaire organisée de telle façon qu'elle empêche ses membres d'atteindre le bonheur. Une dystopie peut également être considérée, entre autres, comme une utopie qui vire au cauchemar et conduit donc à une contre-utopie. L'auteur entend ainsi mettre en garde le lecteur en montrant les conséquences néfastes d’une idéologie (ou d’une pratique) présente à notre époque[1]. Ce genre est souvent lié à la science-fiction, mais pas systématiquement, car il relève avant tout de l'anticipation.

La différence entre dystopie et utopie tient plus à la forme littéraire et à l'intention de son auteur qu'au contenu. En effet, nombre d'utopies positives peuvent également se révéler effrayantes.

Cette forme littéraire a été popularisée par des romans devenus des classiques du genre dystopique : L'invasion sans pareille (1910) de Jack London, Nous autres (1920) de Ievgueni Zamiatine, Le Meilleur des mondes (1932) d'Aldous Huxley, La Guerre des salamandres (1936) de Karel Čapek, La Kallocaïne (1940) de Karin Boye, Ravage (1943) de René Barjavel, 1984 (1949) de George Orwell, Limbo (1952) de Bernard Wolfe, Fahrenheit 451 (1953) de Ray Bradbury, La Grève (Atlas Shrugged, 1957) de Ayn Rand, La Planète des singes (1963) de Pierre Boulle, Soleil Vert (1966) de Harry Harrison, Un bonheur insoutenable (1970) de Ira Levin, La Servante écarlate (1985) de Margaret Atwood, en littérature jeunesse Le Passeur (1993) de Lois Lowry, ou encore Globalia (2003) de Jean-Christophe Rufin.

Les mondes terrifiants décrits dans ces romans ont souvent tendance à faire croire qu'une dystopie est, par définition, la description d'une dictature sans égard pour les libertés fondamentales. Il existe cependant des contre-exemples et la critique est divisée quant aux relations entretenues entre la dystopie et les régimes politiques qu'elle vise. Que la dystopie soit par nature une critique d'un système politique ou idéologique précis (et en particulier une critique du totalitarisme) est un point qui demeure débattu dans les milieux universitaires.

L'impact que ces romans ont eu sur la science-fiction a souvent amené à qualifier de dystopie toute œuvre d'anticipation sociale décrivant un avenir sombre.

Le genre a connu des déclinaisons dans d'autres domaines artistiques, notamment au cinéma, avec de nombreuses adaptations de romans dystopiques mais aussi des créations originales comme Metropolis (1927) de Fritz Lang, le premier du genre, Alphaville (1965) de Jean-Luc Godard, THX 1138 (1971) de George Lucas, Bienvenue à Gattaca (1997) d'Andrew Niccol[2], la ville dystopique de Scarfolk ou encore The Lobster (2015) de Yorgos Lanthimos.

Other Languages
Afrikaans: Distopie
azərbaycanca: Antiutopiya
беларуская: Антыўтопія
български: Антиутопия
bosanski: Distopija
català: Distopia
کوردی: دیستۆپیا
čeština: Antiutopie
Cymraeg: Dystopia
dansk: Dystopi
Deutsch: Dystopie
Ελληνικά: Δυστοπία
English: Dystopia
Esperanto: Malutopio
español: Distopía
eesti: Düstoopia
euskara: Distopia
suomi: Dystopia
galego: Distopía
עברית: דיסטופיה
hrvatski: Distopija
magyar: Disztópia
հայերեն: Հակաուտոպիա
Bahasa Indonesia: Distopia
íslenska: Dystópía
italiano: Distopia
қазақша: Антиутопия
한국어: 디스토피아
Кыргызча: Антиутопия
latviešu: Antiutopija
Bahasa Melayu: Distopia
Nedersaksies: Dystopy
Nederlands: Dystopie
norsk nynorsk: Dystopi
norsk: Dystopi
occitan: Distopia
polski: Dystopia
português: Distopia
română: Distopie
русский: Антиутопия
srpskohrvatski / српскохрватски: Distopija
Simple English: Dystopia
slovenčina: Antiutópia
slovenščina: Antiutopija
српски / srpski: Дистопија
svenska: Dystopi
Türkçe: Distopya
українська: Антиутопія
中文: 反乌托邦