Droite (politique)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Droite.

En politique, le terme de droite désigne généralement l'ensemble des courants politiques ayant une doctrine, une tradition ou une idéologie plutôt conservatrice, économiquement libérale ou non. La droite manifeste un certain attachement à la liberté [1], l'ordre, considéré comme juste ou comme un moindre mal, et réprouve les changements brusques sur les questions de société et les questions éthiques. Elle peut être partagée sur les questions économiques (droite conservatrice, par opposition à droite libérale).

D'après Michel Winock, on ne devrait pas parler de droite au singulier, mais davantage des droites, qui, dès l'origine, ont divergé et se sont opposées [MW 1]. La diversité des droites commence par la diversité des démocraties libérales : la droite espagnole n'est pas la droite française [MW 1]. D'autres distinctions viennent ensuite.

La droite inclut des familles de pensée de type réactionnaire, mais, historiquement, elle n'a cessé depuis son apparition de perdre ses valeurs les plus conservatrices [MW 1] : le phénomène est à relier au sinistrisme.

L'appellation « droite » vient d'un usage en politique qui consiste à diviser les partis politiques en catégories générales qui formalisent une division bipartisane : la droite et la gauche, auxquelles on peut ajouter le centre et les extrêmes ( extrême droite et extrême gauche).

Ces appellations correspondent, à l'origine, à l'endroit occupé, en France, par chaque groupe politique, dans l' hémicycle de l' Assemblée nationale, vu de la place de son président.

Origine

Le traitement du roi français Louis XVI est l'objet de profondes divisions dans le paysage politique français après 1789 : la question du veto royal sur les décisions de l'Assemblée, puis celle de la condamnation à mort du Roi [N 1], [MW 2]. Ce sont les premières controverses qui vont diviser ce qui sera convenu d'appeler la Droite et la Gauche.
Brissot et vingt autres conventionnels «  girondins » devant le Tribunal révolutionnaire.
Estampe anonyme, Paris, BnF, département des estampes, 1793.

L'origine du terme droite remonte à la Révolution française, bien qu'il faille un certain temps avant que cette division devienne caractéristique de la politique française [MW 3]. Lors des débats de l'Assemblée constituante de la monarchie constitutionnelle de 1791 et à la position occupée par les partis politiques dans l’hémicycle. Lors du vote sur la question du véto royal le , les députés favorables au maintien d'un pouvoir de blocage du Roi, c’est-à-dire d'un contrôle du pouvoir législatif par l'exécutif [N 2], c'est-à-dire les députés favorables au veto, royalistes et conservateurs, se rangèrent à droite du président de séance, les députés hostiles au véto royal se rangèrent à gauche [MW 4]. La pratique est restée et s'est ensuite largement étendue dans le reste de l'Europe.

Il faut distinguer dès sa création deux branches de la droite : la droite contre-révolutionnaire, hostile à tout changements et réformes induits par le processus révolutionnaire, cherchant à préserver l' Ancien Régime [MW 5] ; et la droite libérale, avec à sa tête Jean-Joseph Mounier, qui recherche des réformes profondes de la France d'alors, avec comme modèle la monarchie parlementaire anglaise [MW 6].

On a aussi pu évoquer les Girondins, ancêtres de la droite, ainsi que les Montagnards (qui siégeaient haut dans l'hémicycle), qui représentaient alors la gauche, ainsi que la Plaine, sorte de centre d'alors [MW 2].

Le fait de devenir majoritaire pour les opposants d'origine, n'a pas entraîné de permutation de places dans l'Assemblée. La disparition du royalisme n'a pas non plus modifié la structuration des places de l'Assemblée.

Les mots droite et gauche sont chargés de signification symbolique. Il est constant à travers les cultures qu'il y ait une prééminence pour la droite, qui peut exprimer la droiture, la dextérité tandis que la gauche renvoie à l'idée de détour, ou d'instabilité, d'erreur. Il est une autre division, que le succès de la division droite-gauche met au second plan : c'est la division haut-bas. Cette dernière implique plus franchement une hiérarchie des catégories ordonnées et est pour cela rejetée par la révolution française au profit des deux pôles droite-gauche alignés sur un plan horizontal [2].

L'historien Dale van Kley considère que les origines de la droite seraient beaucoup plus lointaines que leur formalisation. Elles remonteraient au moins à la fondation du parti dévôt, vers 1750, voire à la ligue ultra-catholique et gallicane des guerres de religions du XVIe siècle. À l'inverse, les origines de la gauche seraient, selon ce même auteur, à chercher dans le jansénisme voire dans le calvinisme [3].

Other Languages
العربية: يمينية
azərbaycanca: Sağçılıq
беларуская: Правыя (палітыка)
català: Dreta
čeština: Pravice
Cymraeg: Adain dde
Esperanto: Politika dekstro
suomi: Oikeisto
Gaeilge: Eite dheis
magyar: Jobboldal
Bahasa Indonesia: Sayap kanan
íslenska: Hægristefna
日本語: 右翼
한국어: 우익
Kurdî: Milê rastê
latviešu: Labēja politika
македонски: Десница (политика)
Bahasa Melayu: Politik haluan kanan
Mirandés: Dreita política
Nederlands: Rechts (politiek)
norsk nynorsk: Høgresida
polski: Prawica
Piemontèis: Drita (polìtica)
srpskohrvatski / српскохрватски: Desnica
Simple English: Right-wing
slovenčina: Pravica (politika)
slovenščina: Politična desnica
српски / srpski: Десница
Türkçe: Sağcılık
українська: Правиця
Tiếng Việt: Chính trị cánh hữu
吴语: 右翼
中文: 右派
Bân-lâm-gú: Iū-phài
粵語: 右派