Disque dur

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Disque.
Disque dur
Description de cette image, également commentée ci-après

Intérieur d'un disque dur ouvert d' IBM.

Caractéristiques
Date d'invention 13 septembre 1956
Inventé par Reynold Johnson
Se connecte via
Segmentation du marché
  • Ordinateur de bureau
  • Mobile
  • Entreprise
  • Consommateur
  • Autre/divers
Fabricants courants
Schéma d’un disque dur IDE.

Un disque dur, parfois abrégé DD, HD [a] ou HDD [b], est une mémoire de masse magnétique utilisée principalement dans les ordinateurs, mais également dans des baladeurs numériques, des caméscopes, des lecteurs/enregistreurs de DVD de salon, des consoles de jeux vidéoetc.

Inventé en 1956, le disque dur a fait l'objet d'évolutions de capacité et de performances considérables, tout en voyant son coût diminuer, ce qui a contribué à la généralisation de son utilisation, particulièrement, dans l' informatique.

Historique

Ancien disque dur IBM
Disque dur IBM 3380 d'une capacité d'1 Go

En 1956, le premier système de disque dur s'appelle l'IBM 350. Il est utilisé dans le RAMAC 305 (Ramac pour « Random Access Method of Accounting and Control ») [1]. Il est dévoilé au public par IBM. La production commerciale commence en juin 1957 et, jusqu’en 1961, plus d’un millier d’unités sont vendues. Son prix : 10 000  dollars (de l’époque) par mégaoctet. Le RAMAC 305 était constitué de 50 disques de 24  pouces de diamètre, deux têtes de lecture/écriture qui pouvaient se déplacer d’un plateau à un autre en moins d’une seconde. La capacité totale était de cinq millions de caractères.

Le RAMAC avait déjà un concurrent : le Univac File Computer, composé de 10 tambours magnétiques chacun d’une capacité de 180 000 caractères. Bien que ce dernier ait eu une vitesse supérieure, c’est le RAMAC, qui pouvait stocker trois fois plus d’informations, qui avait le rapport coût/performance le plus intéressant pour le plus grand nombre d’applications.

En juin 1954, J. J. Hagopian, ingénieur IBM, a l'idée de faire « voler » les têtes de lecture/écriture au-dessus de la surface des plateaux, sur un coussin d’air. Il propose le design de la forme de ces têtes. En septembre 1954, il dessine l’équivalent des disques durs actuels : des plateaux superposés et un axe sur lequel sont fixées les têtes de lecture/écriture. Cela deviendra un produit commercial en 1961 sous la dénomination « IBM 1301 Disk Storage ».

Disque amovible SATA

En 1962, IBM sort son périphérique de stockage à disque dur amovible modèle 1311, il faisait la taille d'une machine à laver et pouvait enregistrer jusqu'à deux millions de caractères sur une pile de disques. Les utilisateurs peuvent acheter des paquets de disques supplémentaires et les échanger au besoin, un peu comme des bobines de bande magnétique. Les modèles ultérieurs d'unité d'entraînement pour piles de disques amovibles, d'IBM et d'autres, sont devenus la norme dans la plupart des installations informatiques de l'époque. Ils ont atteint des capacités de 300 méga-octets dans le début des années 1980. Les unités de disques durs non amovibles ont été appelés lecteur-enregistreurs de disques durs « fixes ».

Fin 1969, trois ingénieurs réfléchissent à ce qui pourrait être pour eux le système disque idéal. Ils tombent d’accord sur un modèle composé de deux disques de 30  Mo chacun, l’un amovible, l’autre fixe. On le nomme « 30 - 30 », nom qui est aussi celui d'un modèle de carabine Winchester. Le nom est resté, et encore aujourd’hui un disque Winchester [2], [3] désigne un disque dur non amovible (soit quasiment tous les disques internes depuis les années 1990).

Dans les années 1970, HP sort ses premiers disques à têtes mobiles ; d'abord le HP-7900A, suivi des HP-7905 [4] suivi des HP-7920 et 7925 [5], tous ces disques possèdent des cartouches amovibles.

À la même époque il a existé des disques durs à têtes fixes : un certain nombre de têtes permettaient un accès piste-à-piste très rapide avec, certes, une capacité inférieure aux disques à têtes mobiles mais moins fragiles mécaniquement ; ils ont été utilisés pour les applications embarquées, notamment en sismique réflexion.

À cette époque, le disque dur a remplacé efficacement les tambours et les bandes, reléguant peu à peu ces dernières à des applications d’ archivage et de sauvegarde dans les années 1990.

Intérieur disque dur de 1990
Disque de 1990 avec avancement des têtes de lecture par mouvement tangentiel.

Dans les années 1980, HP sort de nouveaux disques, plus performants, les HP-7933 et HP-7935 à pack [c] amovible [6].

À cette époque sont apparus des disques reliés directement sur les réseaux NAS et SAN, suivis par d'autres applications dans lesquelles le disque dur a trouvé son utilité : stockage d'information de caméscopes, de lecteurs/enregistreurs de DVD de salon, de consoles de jeux vidéoetc.

Au cours des années 1990, la taille des disques durs a pu être considérablement réduite grâce aux travaux d' Albert Fert et de Peter Grünberg sur la magnétorésistance géante [7], [8].

En 1998, année de la commémoration du centenaire de l’enregistrement magnétique (inventé par le Danois Valdemar Poulsen), IBM commercialise le premier disque dur de 25 gigaoctets (Deskstar 25 GP) [9], capacité présentée à l’époque par la presse comme disproportionnée par rapport aux besoins réels des particuliers.

Dans les années 2000, il se met à concurrencer ces dernières en raison de la baisse de son coût au giga octet et de sa plus grande commodité d’accès ; vers la fin de cette même décennie, il commence à être remplacé lui-même comme mémoire de masse, pour les petites capacités (4 à 32 Go), par des stockages à mémoire flash qui, bien que plus onéreux, n’imposent pas le délai de latence dû à la rotation des plateaux.

En 2011, le besoin du marché en disques durs était évalué à 700 millions d'unités par an [10].

Au quatrième trimestre de 2011, des inondations en Thaïlande provoquent une pénurie de disques durs en rendant inopérantes plusieurs usines, ce qui provoque une augmentation importante des prix [11], [12]. Certains modèles ont vu leur prix doubler, voire tripler.

Other Languages
Afrikaans: Hardeskyf
Alemannisch: Festplattenlaufwerk
aragonés: Disco duro
العربية: قرص صلب
azərbaycanca: Sərt disk
تۆرکجه: ثابیت دیسک
башҡортса: Ҡаты диск
žemaitėška: Stėrnasės dėskos
беларуская: Цвёрды дыск
беларуская (тарашкевіца)‎: Цьвёрды дыск
български: Твърд диск
brezhoneg: Pladenn galet
bosanski: Tvrdi disk
català: Disc dur
کوردیی ناوەندی: وەگەڕخەری دیسکی ڕەق
čeština: Pevný disk
Чӑвашла: Тăп диск
dansk: Harddisk
Zazaki: Hard disk
Ελληνικά: Σκληρός δίσκος
Esperanto: Diskaparato
eesti: Kõvaketas
euskara: Disko gogor
suomi: Kiintolevy
furlan: Disc dûr
Gaeilge: Cruadhiosca
עברית: דיסק קשיח
hrvatski: Tvrdi disk
magyar: Merevlemez
interlingua: Disco dur
Bahasa Indonesia: Diska keras
íslenska: Harður diskur
italiano: Disco rigido
Basa Jawa: Cakram padhet
ქართული: მყარი დისკი
Taqbaylit: Aḍebsi aquran
қазақша: Қатқыл диск
Kurdî: Hard dîsk
Кыргызча: Катуу диск
Latina: Discus fixus
Limburgs: Hel sjief
lumbaart: Disch dür
lietuvių: Standusis diskas
latviešu: Cietais disks
Malagasy: Kapila mateza
олык марий: Таҥга диск
македонски: Тврд диск
монгол: Хатуу диск
Bahasa Melayu: Cakera keras
Plattdüütsch: Fastplaat
नेपाल भाषा: हार्द दिस्क
Nederlands: Harde schijf
norsk nynorsk: Platelager
norsk bokmål: Platelager
occitan: Disc dur
ਪੰਜਾਬੀ: ਹਾਰਡ ਡਿਸਕ
polski: Dysk twardy
پنجابی: ہارڈ ڈسک
português: Disco rígido
română: Disc dur
русский: Жёсткий диск
русиньскый: Твердый діск
саха тыла: Кытаанах диск
sicilianu: Hard disk
srpskohrvatski / српскохрватски: Tvrdi disk
Simple English: Hard disk
slovenčina: Pevný disk
slovenščina: Trdi disk
shqip: Hard disk
српски / srpski: Тврди диск
svenska: Hårddisk
тоҷикӣ: Ҳофиза
Türkçe: Sabit disk
татарча/tatarça: Каты диск
українська: Твердий диск
oʻzbekcha/ўзбекча: Qattiq magnit disk
vèneto: Disco duro
Tiếng Việt: Ổ đĩa cứng
მარგალური: ბერჯეკი დისკი
ייִדיש: הארטער דיסק
中文: 硬盘
Bân-lâm-gú: Ngē-pôaⁿ-ki
粵語: 硬碟