Dionysos

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dionysos (homonymie).
Icône de paronymie Cet article possède un paronyme ; voir : Dionysios.

Dans la mythologie grecque, Dionysos (en grec ancien Διώνυσος / Diốnusos ou Διόνυσος / Diónusos) est le dieu de la vigne, du vin et de ses excès, de la folie et la démesure, ainsi que du théâtre et de la tragédie. Il est le fils de Zeus et de la mortelle Sémélé. Il ne vit pas sur le mont Olympe : c'est essentiellement un dieu errant. Il a été adopté par la Rome antique sous le nom de Bacchus (du grec ancien Βάκχος / Bákkhos, un de ses autres noms [1]) et assimilé au dieu italique Liber Pater.

Dionysos assis sur une panthère, mosaïque du IVe siècle IVe siècle av. J.-C., musée archéologique de Pella.

Le mythe

Naissance

Silène portant Dionysos enfant, copie romaine d'un original du second classicisme, musées du Vatican.

Théophraste, au IIIe siècle IIIe siècle av. J.-C., écrit au Livre IV de son ouvrage Histoire des plantes, que Dionysos est né sur le mont Méros, dans le Pakistan actuel [2]. Dionysos est le seul dieu né d'une mère mortelle : Dès Homère et Hésiode [3], il est présenté comme le fils de Zeus et de Sémélé, fille du roi de Thèbes Cadmos et d' Harmonie. Poussée par Héra, jalouse, déguisée en sa nourrice, Sémélé demande à contempler Zeus, de qui elle est enceinte, dans toute sa majesté. Incapable de supporter cette vue, Sémélé trouve la mort. Zeus tire alors son fils du ventre de sa mère et, s'entaillant la cuisse, y coud l'enfant pour mener sa gestation à terme [4], [5], [6].

Dans la version orphique du mythe, Dionysos-Zagreus est le fils de Perséphone et Zeus. Héra, jalouse, demande aux Titans de se débarrasser du nouveau-né. Ceux-ci coupent donc Dionysos en morceaux et le font cuire dans une marmite. Athéna ramasse pourtant son cœur et le donne à Zeus qui en féconde ensuite Sémélé. Dans les deux cas, Dionysos connaît deux naissances, ce qui explique l'une de ses épithètes, δίογονος / díogonos, « le deux fois né ». Pour le soustraire à la vengeance d'Héra, il est confié à Ino, sœur de Sémélé, et à son époux, Athamas. Mais découvert par Héra, Dionysos est alors remis aux nymphes, sous la direction de Silène, sur un mont de Thrace, Nysa, lieu mystérieux [7] et montagneux, où les nymphes Hyades élevèrent le jeune Dionysos, le « Zeus de Nysa ». Pour échapper à Héra, il est transformé en chevreau. Cependant, après l'épisode de Penthée, Héra, réputée pour sa rancune tenace, décide de punir Ino et Athamas d’avoir recueilli Sémélé. Elle rend le couple fou.

Jeunesse et exploits

Il mène une adolescence mouvementée : selon l’ Iliade, il est d'abord poursuivi par Lycurgue, puis est fait prisonnier par des pirates tyrrhéniens qu'il transforme en dauphins, auxquels il n'échappe qu'en réalisant d'effrayants prodiges ( Hymnes homériques).

Dionysos installe son culte en Lydie, en Phrygie, en Perse et en Asie, et ne vient en Grèce qu'ensuite [8]. Dans l'épopée Les Dionysiaques, où Nonnos de Panopolis fait la synthèse de plusieurs traditions concernant le dieu, Dionysos doit prouver sa valeur aux autres dieux de l'Olympe en commençant par conquérir les Indes. Il part avec une armée de Bacchantes, de ménades et de satyres, et affronte de nombreux ennemis, dont il convainc une partie en leur faisant découvrir le vin.

En Grèce, le culte de Dionysos excite d'abord les railleries, et il doit châtier les filles d' Argos près d' Éleuthère ainsi que Penthée, roi de Thèbes, pour cela. Dionysos est, avec Apollon, un dieu qui se manifeste par épiphanies (apparitions) : éternel voyageur, il surgit par surprise. Il se présente toujours comme un étranger, courant le risque de ne pas être reconnu.

Désireux d'aller visiter sa mère aux Enfers, Dionysos demande l'aide d'un guide, Prosymnos, qui accepte de lui montrer le chemin en plongeant avec lui dans le lac de Lerne, qui communique avec le royaume d' Hadès. Ce plongeon est associé à de nombreux rites initiatiques en Grèce ancienne, généralement liés au passage de l'adolescence à l'âge adulte, et donc aussi aux amours entre un aîné ( éraste) et un cadet ( éromène). Prosymnos accepte ainsi d'aider le jeune dieu mais exige en échange que celui-ci, lorsqu'ils seraient de retour, lui accorde ses faveurs. Mais lorsque Dionysos revient des Enfers, Prosymnos, lui, est mort. Le dieu décide de tenir son engagement malgré tout : il taille un morceau de figuier en forme de phallus et s'acquitte de sa dette sur la tombe de Prosymnos [9].

Revenu des Enfers, Dionysos avait également arraché Sémélé au royaume des Ombres. Il la transporta dans l' Olympe grâce à Hestia qui lui cède sa place, où elle devint immortelle sous le nom de Thyoné.

Dans le panthéon grec, Dionysos est un dieu à part : c'est un dieu errant, un dieu de nulle part et de partout. À la fois vagabond et sédentaire, il représente la figure de l'autre, de ce qui est différent, déroutant, déconcertant, anomique.

« Le retour de Dionysos chez lui à Thèbes, s'est heurté à l'incompréhension et a suscité le drame aussi longtemps que la cité est demeurée incapable d'établir le lien entre les gens du pays et l'étranger, entre les autochtones et les voyageurs, entre sa volonté d'être toujours la même, de demeurer identique à soi, de se refuser à changer, et, d'autre part, l'étranger, le différent, l'autre. »

— Jean-Pierre Vernant, « Dionysos à Thèbes », dans L'univers, les dieux, les hommes p.190

Il est rarement associé à la gent olympienne. Il se contente de prendre part à la Gigantomachie, et négocie auprès d' Héphaïstos la libération d' Héra prise au piège par ce dernier.

Ses amours

Le premier amour de Dionysos est un adolescent nommé Ampélos. Mort accidentellement, il est ensuite changé par le dieu en constellation [10] ou bien en pied de vigne [11].

Alors que Thésée a abandonné Ariane sur l' île de Naxos, Dionysos passait par là et serait tombé amoureux d'elle, il apparaît à Ariane, l'emmène sur l'Olympe et en fait sa femme. Certains textes disent que Dionysos aurait ordonné à Thésée d'abandonner Ariane car son destin était de devenir une de ses prêtresses. [réf. nécessaire] Elle est parfois vue comme la mère des Ménades. En cadeau de mariage, Dionysos aurait jeté sa couronne dans le ciel pour lui rendre hommage ; ce sera la constellation de la couronne boréale. Ariane est divinisée après cela et devient une personnification de la terre fertile.

D' Althée, la reine de Calydon, il a une fille, Déjanire, qui sera adoptée par l'époux d'Althée, Œnée. Enfin, Aphrodite lui donne plusieurs fils, à savoir Priape, divinité phallique des vergers et des jardins, Hyménée, dieu du chant nuptial, et, selon le 57e Hymne orphique, l' Hermès souterrain, chtonien ou infernal.

De la nymphe Nikaia, il a une fille Teléte.

Other Languages
Afrikaans: Dionisos
Alemannisch: Dionysos
አማርኛ: ዲዮኒሶስ
aragonés: Dionís
العربية: ديونيسوس
azərbaycanca: Dionis
Boarisch: Dionysos
беларуская: Дыяніс
български: Дионис
brezhoneg: Dionysos
bosanski: Dionis
català: Dionís
čeština: Dionýsos
Чӑвашла: Дионис
dansk: Dionysos
Deutsch: Dionysos
Zazaki: Dionysos
Ελληνικά: Διόνυσος
English: Dionysus
Esperanto: Dionizo
español: Dioniso
eesti: Dionysos
euskara: Dioniso
فارسی: دیونیسوس
suomi: Dionysos
Gaeilge: Dinísias
galego: Dioniso
עברית: דיוניסוס
हिन्दी: डायोनाइसस
hrvatski: Dioniz
magyar: Dionüszosz
Հայերեն: Դիոնիսոս
Bahasa Indonesia: Dionisos
íslenska: Díonýsos
italiano: Dioniso
ქართული: დიონისე
қазақша: Дионис
한국어: 디오니소스
Lëtzebuergesch: Dionysos
lietuvių: Dionisas
latviešu: Dionīss
македонски: Дионис
മലയാളം: ഡൈനീഷ്യസ്
Bahasa Melayu: Dionysus
Plattdüütsch: Dionysos
norsk nynorsk: Dionysos
norsk: Dionysos
occitan: Dionís
ਪੰਜਾਬੀ: ਡੀਓਨਾਇਸਸ
polski: Dionizos
português: Dioniso
română: Dionis
русский: Дионис
sicilianu: Dionisu
Scots: Dionysus
srpskohrvatski / српскохрватски: Dioniz
Simple English: Dionysus
slovenčina: Dionýzos
slovenščina: Dioniz
shqip: Dionizi
српски / srpski: Дионис
svenska: Dionysos
Kiswahili: Dioniso
தமிழ்: டயோனைசசு
Tagalog: Dionysos
Türkçe: Dionysos
татарча/tatarça: Dionis
українська: Діоніс
اردو: دیانوسس
vepsän kel’: Dionis
Tiếng Việt: Dionysus
Winaray: Dionysus
Bân-lâm-gú: Dionysus