Diocèse de Côme

Diocèse de Côme
(la) Dioecesis Comensis
image illustrative de l’article Diocèse de Côme
La cathédrale de Côme.
PaysItalie
Églisecatholique
Rite liturgiqueromain
Type de juridictiondiocèse suffragant
Créatione siècle
AffiliationLombardie
Province ecclésiastiqueMilan
SiègeVescovado di Como
Piazza Grimoldi 5
22100 Como
Diocèses suffragantsaucun
Conférence des évêquesConférence épiscopale italienne
Titulaire actuelMgr Oscar Cantoni (it)
Langue(s) liturgique(s)italien
Calendriergrégorien
Paroisses338
Prêtres593
Religieux208
Religieuses850
Superficie4 244 km2
Population totale533 000 (2006)
Population catholique523 000 (2006)
Pourcentage de catholiques98,1 %
Site webhttp://www.diocesidicomo.it/
image illustrative de l’article Diocèse de Côme
Localisation du diocèse
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Le diocèse de Côme (en latin : dioecesis Comensis ; en italien : diocesi di Como ; en lombard : diocesi de Cum) est le diocèse de l'Église catholique de Côme en Italie. Érigé au e siècle, il est un des diocèses historiques de Lombardie. L'ordinaire du lieu est Oscar Cantoni (it) depuis 2016.

Histoire

Au IVe siècle, Ambroise de Milan restructure la Lombardie. Dans ce cadre, il érige le diocèse et ordonne, en 386, saint Félix (it) comme premier évêque du diocèse. Axé autour de la ville de Côme, Le diocèse aide à la christianisation de la région, qui s'étend jusqu'à Poschiavo qui dépend alors de la lointaine abbaye de Saint-Denis, ainsi que jusqu'au val Bregaglia, faisant alors partie du diocèse de Coire[1].

Dans un premier temps, le diocèse de Côme, au contraire de celui de Milan, est nestorien. Ceci entraîne des tensions avec l'archidiocèse de Milan. Au VIe siècle, l'Église de Côme se rattache donc au patriarcat d'Aquilée[1].

Au XVe siècle, le duché de Milan annexe Côme. Des milanais accèdent donc au siège épiscopal de Côme et la situation s'apaise, bien que le diocèse demeure rattaché au patriarcat d'Aquilée. Un siècle plus tard, la Réforme atteint la partie des territoires du diocèse administrée par les cantons suisses. La Contre-Réforme est alors appliquée et la communauté réformée de Locarno doit quitter la région en 1555[1].

Au XVIIIe siècle la domination autrichienne s'installe et l'autorité patriarcale d'Aquilée est supprimée. Le diocèse de Côme devient suffragant de l'archidiocèse de Gorizia puis finalement, en 1789 redevient suffragant de celui de Milan[1].

Le diocèse ne va plus changer jusqu'à la fin du XIXe siècle. En effet, en 1803, le canton du Tessin est créé. La Confédération devient un État fédéral en 1848 et en 1859, son gouvernement promulgue la suppression des juridictions épiscopales étrangères sur tout le territoire suisse. La partie du diocèse de Côme sur territoire tessinois passe donc sous juridiction du diocèse de Bâle, morcelant alors le territoire du diocèse[2]. C'est alors le dernier changement territorial du diocèse[1].

Other Languages