Daniel Prévost (acteur)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Daniel Prévost, Prévost et Forestier (homonymie).
Daniel Prévost
Description de cette image, également commentée ci-après
Daniel Prévost en 2013
Nom de naissanceDenis Forestier
Naissance (78 ans)
Garches (Seine-et-Oise, France)
NationalitéDrapeau de France Français
ProfessionActeur
Films notablesUranus
Le Dîner de cons
La Vérité si je mens ! 2
Les Petits Ruisseaux

Daniel Prévost, de son vrai nom Denis Forestier, est un comédien et humoriste français, né le à Garches (Seine-et-Oise, aujourd'hui Hauts-de-Seine).

Biographie

Jeunesse et formation

Daniel Prévost est le fils de Louise Drancourt et de Mohand Aït-Salem[1],[2]. Sa mère la lui ayant cachée, il n'apprend que tardivement l'identité de son père. Celui-ci est un Algérien kabyle, originaire de Taghzout, Illilten. Dans les années 1990, Daniel Prévost se rend en Algérie et retrouve la famille de son père[3].

Sorti de l'école dramatique de la rue Blanche à Paris avec un premier prix de comédie, il décroche, en 1961, un rôle au théâtre dans Un certain M. Blot, aux côtés de Michel Serrault. Dès ses débuts, il rencontre Boby Lapointe, ils jouent dans les mêmes cabarets, et Jean Yanne dont il deviendra l'un des acteurs fétiches. Une bonne école pour développer son comique de l'absurde.

Carrière

Il débute assez tôt à la télévision, dans les années 1960 chez Jean-Christophe Averty (Les Raisins verts, Douches écossaises), dans Les Saintes chéries, une série avec Daniel Gélin et dans les sketches de La Caméra invisible. En même temps, il débute au cinéma sous la direction de Gérard Pirès, Michel Audiard et Jean Yanne avec un rôle remarqué dans Tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil.

Sa popularité s'accentue avec ses chroniques dans Le Petit Rapporteur (1975 - 1976) de Jacques Martin (une émission comique où va également percer Pierre Desproges). Un des reportages les plus connus fut celui que Daniel fit sur le village de Montcuq, avec Pierre Bonte. Il se fait remarquer par le grand public par son humour grinçant. Il devient célèbre aussi par les sketches loufoques écrits par Gébé et Roland Topor pour Merci Bernard (1980) de Jean-Michel Ribes.

Il anime brièvement Anagram un jeu télévisé sur TF1 de septembre à décembre 1985.

Daniel Prévost en juin 1999 pour la dernière de La Grosse Émission

On le voit ensuite dans d'importants seconds rôles, notamment dans Uranus, en Rochard, cheminot communiste pleutre, souffre-douleur de Gérard Depardieu, Le Dîner de cons, comédie qui a eu un gros succès commercial et pour lequel il obtient le César du meilleur second rôle en jouant Cheval, le contrôleur des impôts et La Vérité si je mens ! 2, en directeur de supermarché qui tire le maximum de ses fournisseurs et finit par se faire rouler.

Il participe à des projets potaches comme La Nuit de l'invasion des nains de jardin venus de l'espace. De plus, en 1999, il présente pendant plusieurs mois La Grosse émission sur la chaîne Comédie !. Il alterne sa carrière au cinéma avec des one-man shows de spectacles comiques.

En 2006, dans René Bousquet ou le grand arrangement de Laurent Heynemann, puis en 2007 dans le téléfilm Monsieur Joseph d'Olivier Langlois, il laisse apparaître un registre dramatique qu'on ne lui connaissait pas encore. Pour sa performance, il reçoit le prix de la meilleure interprétation masculine au Festival de la fiction TV de La Rochelle 2007.

L'année 2009 est marquée par la sortie de plusieurs long-métrages attestant de son importance au sein du cinéma français : il tourne sous la direction de Francis Huster dans le drame Un homme et son chien, aux côtés de Jean-Paul Belmondo. Mais il tient aussi des seconds rôles dans des grosses productions, adaptations de l'œuvre de René Goscinny : il incarne M. Moucheboum dans Le Petit Nicolas, de Laurent Tirard, et incarne un Pat Poker redoutable dans Lucky Luke, de James Huth.

En 2010, il est la tête d'affiche d'une autre adaptation de bande dessinée, le drame indépendant Les Petits Ruisseaux, écrit et réalisé par Pascal Rabaté.

Lors de l'émission La Traversée du miroir sur France 5 du , il a déclaré avoir la double nationalité française et algérienne.

En 2013, il fait partie de la distribution réunie par Frédéric Berthe pour la comédie Les Invincibles. Et en 2014, Pascal Rabaté lui confie un second rôle dans son prochain film Du goudron et des plumes, porté par Sami Bouajila et Isabelle Carré.

La même année, il revient dans le costume de M. Moucheboume pour la suite Les vacances du Petit Nicolas, toujours sous la direction de Laurent Tirard.

En 2017, il a été filmé par Gérard Courant pour son anthologie cinématographique Cinématon. Il est le numéro 2993 de cette collection.

Other Languages