Dôme de Milan

Dôme de Milan
876MilanoDuomo.JPG
Présentation
Culte
Type
Rattachement
Diocèse
Style
Matériau
Site web
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Piazza del Duomo, 20122 Milano (MI), ItaliaVoir et modifier les données sur Wikidata
Coordonnées

La cathédrale de la Nativité-de-la-Sainte-Vierge de Milan (ou Duomo di Milano, en italien) est située sur la piazza del Duomo, à Milan, en Italie. C'est la troisième plus grande église du monde (et la deuxième plus grande cathédrale gothique) après la basilique Saint-Pierre et la cathédrale Notre-Dame du Siège de Séville.

Historique

À l'intérieur du Duomo une pierre qui commémore le commencement de sa construction en 1386.
Intérieur de la basilique (impression datant du e siècle).

Une nouvelle cathédrale européenne

À l’endroit où se dresse aujourd’hui le Duomo, se dressait autrefois la cathédrale Santa Maria Maggiore construite au e siècle, où fut baptisé Augustin d'Hippone (saint Augustin) et la basilique Santa Tecla. Elles furent détruites en partie par un incendie en 1075. Après l’effondrement du campanile, l’archevêque Antonio de' Saluzzi, soutenu par la population, prévoit la construction d’une nouvelle et plus grande cathédrale (en 1386), à l'endroit même du plus antique cœur religieux de la ville[1]. Les travaux démarrent tout d’abord par la destruction, dans un premier temps, de la cathédrale Santa Maggiore, puis dans un second temps de la basilique Santa Tecla entre 1461 et 1462 (en 1489 cette dernière sera partiellement reconstruite puis définitivement démolie en 1548)[2].

D’après des vestiges archéologiques trouvés lors d’une fouille dans la sacristie, il semble que le nouvel édifice devait à l'origine être construit en briques selon les techniques de l'art gothique lombard. En janvier 1387 commence l’œuvre colossale de couler les fondations des piliers. Durant l’année 1387 les travaux de forage des fondations continuent et les piliers sont mis en place. Tout ce qui a été fait avant 1386 est détruit ou presque. Au cours de l’année, le seigneur de la ville, Jean Galéas Visconti, prend le contrôle des travaux et opte pour un projet encore plus ambitieux[3]. Le choix du matériau se porte alors sur le marbre de Candoglia, et les formes architecturales deviennent celles du gothique international. Le désir de Jean Galéas Visconti est, en suivant les tendances européennes de l’époque, de donner à la ville un majestueux édifice et de symboliser par là les ambitions de son État, ce qui dans ses plans devait devenir le centre d'une monarchie nationale italienne, comme c’était le cas en France ou en Angleterre et ainsi devenir l’une des plus grandes puissances du continent européen. Jean Galéas Visconti met à disposition des carrières et accorde d’importantes subventions et exonérations fiscales : chaque bloc destiné au Duomo est marqué AUF (Ad Usum Fabricae) et les taxes de passages sont supprimées : il en est resté depuis, l'expression « a ufo » qui signifie gratuit[4].

Comme en témoigne la richesse des archives, le premier ingénieur en chef est Simone d’Orsenigo ; il s’entoure d’autres maîtres lombards et ils commencent dès 1388 les murs de périmètre. Entre 1389 et 1390 le Français Nicolas de Bonaventure est chargé de concevoir les fenêtres[2].

Pour diriger le chantier sont appelés architectes français et allemands, comme Jean Mignot, Jacques Coene ou Enrico di Gmünd. Mais ils rencontrent de l'hostilité de la part des maîtres lombards accoutumés à d’autres méthodes de travail ; ils restent donc très peu de temps en place. L’édifice se construit sous un climat de tension, dû également aux nombreuses modifications, qui donneront tout de même une œuvre complètement originale tant dans le paysage italien qu’européen[3].

Initialement les fondations sont coulées pour un édifice à trois nefs avec des chapelles latérales carrées dont les murs peuvent servir de contreforts. Puis il est décidé de ne plus faire de chapelles, portant le nombre de nefs à cinq ; le est décrété l’élargissement des quatre piliers. En septembre 1391, le mathématicien Gabriele Stornaloco est consulté afin de décider de la hauteur de l'édifice, qui se présente sous deux options : ad triangulum ou ad quadratum. Le , le choix de la forme des nefs est décidé, elles seront légèrement décroissantes avec une hauteur maximum de 76 brasses[2].

La construction de la basilique

Filippo Abbiati, Saint-Charles entre à Milan (1670-80).

En 1393 les premiers chapiteaux des piliers sont sculptés d’après les dessins de Giovannino de' Grassi, qui sera jusqu’à sa mort en 1398 ingénieur en chef. En 1400, Filippino degli Organi lui succède et supervise la réalisation des fenêtres de l’abside. À partir de 1407 et jusqu’en 1448 il est responsable en chef de la construction de l’édifice et porte à son terme l'abside[2]. En 1418 est consacré le maître-autel par le pape Martin V[2].

De 1452 à 1481, Giovanni Solari est chef de chantier durant les deux premières années; il est aussi proche du Filarète. Suivent ensuite en tant qu’architecte en chef Guiniforte Solari (fils de Giovanni Solari) et Giovanni Antonio Amadeo (gendre de Giovanni Solari), avec Gian Giacomo Dolcebuono ils construisent en 1490 la tour-lanterne. À la mort d’Amadeo en (1522), ses successeurs font différentes propositions de style gothique, entre autres celle de Vincenzo Seregni qui propose de rapprocher la façade des deux tours (en 1537 environ), cette proposition ne sera jamais réalisée[2].

En 1567, l’archevêque Charles Borromée impose une vive reprise des travaux, il met à la tête de cette entreprise Pellegrino Tibaldi qui redessine le presbytère, en 1572, bien que la construction ne soit pas terminée, Charles Borromée consacre l'église[2].

La question de la façade

Il Duomo en 1745 environ.

En ce qui concerne la façade Pellegrino Tibaldi dessine un projet en 1580, celui-ci est basé sur un soubassement à deux étages animés par de gigantesques colonnes corinthiennes et une niche dans la nef centrale accolée par des obélisques. La mort de Charles Borromée en 1584 signifie la scission avec son projet; en effet le chantier est repris en main par son rival Martino Bassi qui envoie une toute nouvelle vision de la façade au pape Grégoire XIV[2].

Au cours du e siècle, les meilleurs architectes gèrent le chantier dont Lelio Buzzi, Francesco Maria Ricchino (jusqu'en 1638), Carlo Buzzi (jusqu’en 1658). Entretemps en 1628 est construit le portail central et en 1638 les travaux avancent rapidement avec l’objectif de créer un effet de niche inspiré par l’église Sainte-Suzanne de Rome[2]. À cette fin sont utilisés au cours du e siècle les dessins de Luigi Vanvitelli (1745) et Bernardo Vittone (1746)[2].

Entre 1765 et 1769 Francesco Croce achève la tour-lanterne et la flèche majeure, sur laquelle cinq ans après est élevée la « Madonina » en cuivre dorée[5], destinée à devenir le symbole de la ville de Milan. Le plan de la façade de Buzzi est repris par Luigi Cagnola, Carlo Felice Soave et Leopoldo Polack. Ce dernier commence la construction du balcon et de la fenêtre centrale.

En 1805 sur la demande insistante de Napoléon Napoléon Ier, Giuseppe Zanoia prend en charge le déroulement des travaux afin de terminer la façade en vue du couronnement de Napoléon 1er comme roi d'Italie. Mais Carlo Amati achève le projet en 1813 seulement[2]. Parmi tous les sculpteurs qui ont travaillé sur l’édifice durant le début du e siècle, l'un des plus reconnus est Luigi Acquisti.

Manutention et restauration

Dommages dus aux bombardements.

En 1858 le campanile, qui se trouvait sur la nef, est détruit et les cloches sont transférées dans la tour-lanterne entre les doubles voûtes. Durant tout le e siècle et jusqu'en 1892, les flèches et les décorations architecturales sont achevées[2]. Durant tout ce siècle se succèdent différents travaux de rénovations : voûtes remplacées et éléments d’architectures abîmés par le temps.

Durant la Seconde Guerre mondiale la « Madonina » est recouverte de haillons afin d’éviter que les reflets de lumière sur sa surface dorée puissent être utilisés comme point de référence par les bombardiers alliés survolant la ville ; de plus les vitraux sont préventivement supprimés et remplacés par des rouleaux de toiles. Bien que n’étant pas la cible principale des bombes le Duomo subit des dommages collatéraux durant les bombardements aériens, le porche central en bronze présente encore quelques « plaies » dues aux bombes qui ont explosé à proximité. Durant l’après-guerre, faisant suite à tous ces dégâts, le Duomo est restauré en grande partie, les portes en bois sont remplacées par des portes en bronze qui sont des œuvres des sculpteurs Arrigo Minerbi, Giannino Castiglioni et Luciano Minguzzi.

La cathédrale en 1962, avant la restauration

Dans les années 1960, la pollution atmosphérique, l’abaissement de la nappe phréatique, les vibrations du trafic, sa proximité avec la ligne de métro, associés à la dégradation naturelle des matériaux et les erreurs dans la construction d’origine, ont sérieusement ébranlé la stabilité des quatre piliers qui soutiennent la tour-lanterne. En 1969 la place est fermée à la circulation et le trafic du métro est ralenti, puis en 1981 démarre la restauration des piliers et celle-ci se conclut en 1986 (date anniversaire de sa construction commencée six cents ans auparavant)[2].

Aujourd’hui l’entretien de la cathédrale est confié à la Veneranda fabbrica del Duomo, de tous ces travaux d’entretien est née une expression en dialecte milanais Longh comm la fabbrica del Domm, pour désigner quelque chose d’interminable[6].

Other Languages
Alemannisch: Mailänder Dom
azərbaycanca: Milan kafedralı
беларуская: Міланскі сабор
Հայերեն: Միլանի տաճար
Bahasa Indonesia: Katedral Milano
italiano: Duomo di Milano
Basa Jawa: Katédral Milano
Lingua Franca Nova: Catedral de Milano
lumbaart: Domm de Milan
Bahasa Melayu: Milan Cathedral
norsk nynorsk: Milano-domen
Piemontèis: Dòm ëd Milan
português: Catedral de Milão
sicilianu: Duomu (Milanu)
srpskohrvatski / српскохрватски: Milanska katedrala
Simple English: Milan Cathedral
slovenčina: Milánsky dóm
slovenščina: Milanska stolnica
Türkçe: Duomo di Milano
українська: Міланський собор