Désignation de Bayer

Gravure tirée de l' Uranometria de Johann Bayer et montrant la constellation d' Orion. Les étoiles sont désignées par une lettre grecque.

La désignation de Bayer [1] est, en astronomie, une désignation stellaire.

Ces désignations ont été introduites par l' astronome Johann Bayer ( 1572- 1625) dans son Uranometria, le premier atlas céleste couvrant toute la sphère céleste, paru à Augsbourg en 1603. Elles consistent le plus souvent en une lettre grecque suivie par le génitif du nom de la constellation où l'étoile se trouve.

Principes

Une désignation de Bayer est formée de deux parties :

Ainsi, α Tauri (prononcé « Alpha Tauri ») est la désignation de Bayer de l'étoile Aldébaran. Il est également possible d'utiliser l'abréviation à 3 lettres de la constellation ; Aldébaran est ainsi désignée par α Tau.

Les étoiles d’une constellation sont nommées séquentiellement, en principe par luminosité décroissante. Les étoiles les plus brillantes reçoivent des lettres grecques minuscules. Mais l’alphabet grec n'a que vingt-quatre lettres. Lorsqu’une constellation possède plus de vingt-quatre étoiles, Bayer recourt aux lettres de l’alphabet latin en débutant par le A majuscule — pour la 25e étoile — suivi par le b minuscule — pour la 26e — jusqu’au z minuscule — pour la 48e — s'il y a lieu [2] car, s’il n'emploie jamais les j et v minuscules [2], il utilise le q minuscule [2]. Ainsi, par exemple, s Carinae et d Centauri sont deux désignations de Bayer. Bayer ne dépasse pas le z minuscule [2] — auquel il ne recourt qu’une fois, pour désigner z Herculis  (pt) [2] — mais lorsque la désignation de Bayer sera ultérieurement étendue à d’autres étoiles, des lettres latines majuscules seront utilisées jusqu’au Q [2]. Ainsi, par exemple, G Scorpii et N Velorum sont aussi des désignations de Bayer.

Pour l'ordre des désignations, Bayer regroupe les étoiles suivant l'échelle des magnitudes popularisée par Ptolémée : six grandeurs, les étoiles les plus brillantes étant de première magnitude, les suivantes de seconde magnitude et ainsi de suite jusqu'à la sixième magnitude pour les étoiles les moins brillantes encore visibles à l'œil nu. À l'intérieur de ces groupes de magnitude, Bayer désigne les étoiles suivant plusieurs méthodes, généralement par position dans la constellation. Ainsi, les désignations de Bayer suivent grossièrement la luminosité des étoiles à l'intérieur d'une même constellation, mais avec néanmoins de grandes variations.

Bayer n'a pas dépassé la lettre Q. Les étoiles employant les lettres latines majuscules suivantes sont en réalité des étoiles variables, comme R Leporis ou W Ursae Majoris.

Other Languages