Déforestation

Déforestation par brûlage, pour mise en culture, Sud du Mexique.
Image satellite montrant l'état relativement déboisé du plateau du Korat et de la plaine centrale de Thaïlande par rapport aux territoires voisins.
Culture de caféiers, au détriment de la jungle australienne du Queensland, ici à Kuranda, vers 1900.
Quand il n'y a ni route, ni fleuve à proximité, ou pour échapper à la surveillance des satellites, le bois peut être découpé sur place, à la tronçonneuse, puis utilisé sur place ou transporté sous forme de planches, à dos d'homme.

La déforestation est le phénomène de régression des surfaces couvertes de forêts. Elle résulte des actions de déboisement puis de défrichement, liées à l'extension des terres agricoles, à l'exploitation des ressources minières du sous-sol, à des travaux d'infrastructures tels que barrage hydroélectrique ou route, à l'urbanisation, voire à l'exploitation excessive ou anarchique de certaines essences forestières. Il est cependant important de bien définir ce qu'est la déforestation. La déforestation est une action de nature anthropique ou naturelle qui occasionne la disparition permanente d'une forêt. On accuse parfois les entreprises forestières légales de déforester, alors que l'urbanisation, l'agriculture et le développement hydroélectrique en sont habituellement les plus responsables. Si une forêt repousse après une coupe, une attaque d'insectes xylophage ou un feu, on ne parle pas de déforestation. Lorsqu'on ajoute la déforestation et tout autre évènement qui font perdre de la surface de forêt, cela s'appelle la perte de couverture forestière.

La déforestation n'est pas un phénomène récent puisque déjà signalée par certains chroniqueurs de l'Antiquité. Mais elle a pris des proportions et une rapidité jamais atteintes. On pensait jusqu'à maintenant que l'Amérique du Nord avait échappé à ce phénomène. On croyait que les grandes prairies de l'ouest canadien étaient d'origines naturelles. On sait maintenant que les premières nations utilisaient le feu pour entretenir régulièrement ces vastes pâturages et empêcher la forêt de s'y installer.

  • En termes de volume de bois, dans le monde de 2000 à 2010, plus de 100 millions de mètres cubes de bois auraient été illégalement coupés par an[1], soit de quoi faire dix fois le tour de la planète en couchant bout à bout les troncs coupés[1].
  • En termes financiers, les pays en développement ont été privés d'un revenu annuel d'environ 10 milliards de dollars (USD)[2].
  • En termes de surface, la déforestation actuelle concerne essentiellement les forêts tropicales, et rien que pour les coupes illégales, ce sont vers 2010 environ 5 millions d'ha de forêt qui sont coupés par an[1].
  • En termes de réchauffement climatique, en 2005, l'ONU et la FAO ont qualifié d’« alarmante »[3] la déforestation qui serait aussi responsable de 12 %[4] ou 18[5] à 20 %[6] des émissions de gaz à effet de serre.

La moitié des forêts de la planète a ainsi été détruite au cours du e siècle[7]. L'une des 4 priorités proposée au Sommet de la terre lors de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement (Rio de Janeiro, 3-14 juin 1992) était une « convention mondiale sur la forêt », mais « en raison notamment de l'opposition de plusieurs pays concernés »[8], les États l'ont transformé en une simple « Déclaration de principes sur les forêts » (de moindre valeur juridique) annexée au Rapport de la Conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement qui contient un Chapitre 11 ; Lutte contre le déboisement[9].

Chiffres notables

Selon la FAO[10], environ 13 millions d’hectares de forêts disparaissent annuellement sur Terre. C'est l'équivalent de la surface de l'Angleterre, soit 40 terrains de football par minute[11]. C'est l'équivalent en surface de 86 % de la forêt française[12] qui disparaît ainsi chaque année. Selon le « Global Forest Watch », la déforestation a augmenté de 51 % entre 2015 et 2016 pour passer à 29,7 millions d'hectares par an, soit l'équivalent de la surface de la Nouvelle-Zélande. Cette augmentation est essentiellement due aux feux de forêts, à l'agriculture et à l'extraction minière[13].

Recul des forêts primaires : sur la base des chiffres officiels envoyés par chaque états, le rapport FRA 2005[14] de la FAO conclut qu'à la suite de la déforestation ou de coupes sélectives, les plantations artificielles d'arbres ont encore augmenté, couvrant en 2005 près de 5 %[15] des superficies boisées du monde ; les forêts primaires ou faiblement anthropisées[16] ne constituent plus en 2005 que 36 % de la superficie forestière mondiale, continuant à disparaître ou être modifié à raison de 7,3 millions d’hectares par an.

Devenir des terrains : une partie des coupes sera suivie d'une régénération forestière, souvent lente ou médiocre, une autre partie sera plantée d'arbres de rentes (eucalyptus, palmier à huile, hévéa, cacaoyer, théier, caféier..) mais en Amazonie, la plus grande partie est transformée en culture de soja et ailleurs en champs (environ 75 % des pertes forestières sont dues à l'expansion agricole). En zone tropicale, ces champs se dégradent rapidement, pour évoluer vers une savane ou la désertification.

Perte de biodiversité : Olfield suggérait en 1998 que près de 10 % des espèces d'arbres connues, soit environ 7 000 espèces, sont menacées d'extinction à court ou moyen terme (essentiellement en zone tropicale), et pour chaque espèce, c'est une richesse génétique plus grande encore qui est perdue[17].

Une enquête de la FAO portant sur les ressources forestières mondiales montre que, même si la déforestation reste préoccupante, son rythme a ralenti ces dix dernières années : la déforestation a concerné, en valeur nette (reboisements compris) 5,2 millions d'hectares de surfaces boisées entre 2000 et 2010 contre 8,3 millions entre 1990 et 2000.

Other Languages
Afrikaans: Ontbossing
asturianu: Deforestación
azərbaycanca: Meşəsizləşmə
български: Обезлесяване
čeština: Odlesňování
Deutsch: Entwaldung
English: Deforestation
Esperanto: Senarbarigo
español: Deforestación
euskara: Basogabetze
suomi: Metsäkato
ગુજરાતી: વનનાબૂદી
हिन्दी: वनोन्मूलन
hrvatski: Krčenje šume
Kreyòl ayisyen: Debwazman
magyar: Erdőirtás
Bahasa Indonesia: Pengawahutanan
italiano: Diboscamento
日本語: 森林破壊
Basa Jawa: Déforestasi
қазақша: Ормансыздану
ಕನ್ನಡ: ಅರಣ್ಯನಾಶ
한국어: 산림 파괴
Latina: Desilvatio
lietuvių: Miškų nykimas
മലയാളം: വനനശീകരണം
Nederlands: Ontbossing
norsk nynorsk: Avskoging
norsk: Avskoging
occitan: Desboscament
ਪੰਜਾਬੀ: ਜੰਗਲ-ਵਾਢੀ
polski: Wylesianie
português: Desflorestação
română: Defrișare
русский: Обезлесение
srpskohrvatski / српскохрватски: Deforestacija
සිංහල: වන විනාශය
Simple English: Deforestation
slovenčina: Odlesňovanie
slovenščina: Krčenje gozdov
svenska: Avskogning
Tagalog: Deporestasyon
Türkçe: Ormansızlaşma
українська: Знеліснення
Tiếng Việt: Phá rừng
中文: 森林砍伐