Déesse mère

Ne doit pas être confondu avec Terre-Mère.
Vénus de Willendorf, Paléolithique supérieur, vers 22 000–24 000 av. J.-C.
Madre Mediterranea (Sardaigne), 3500 3500 av. J.-C.

Les expressions modernes Déesse mère ou Grande Déesse ou encore déesse primordiale font référence à divers cultes qui auraient été rendus à une « mère universelle » du Paléolithique à aujourd’hui[1].

Des dénominations semblables existent dans les autres langues : Magna Mater, Grande Madre, Mother Goddess, ...

Ces expressions renvoient à un supposé culte primitif de la fertilité qui aurait été universellement pratiqué à la fin de la Préhistoire. Ce culte, dans lequel la figure de la femme aurait tenu une grande place et revêtu une dimension sacrée, aurait consisté essentiellement en une vénération de la Terre, de la fertilité et de la fécondité.

Certains mouvements panthéistes, néopaganistes, féministes, présentent la Déesse Mère comme une divinité précédant historiquement les dieux masculins des religions abrahamiques.

Origines

Les premiers colons néolithiques, arrivés sur le continent de l’Europe occidentale, étaient déjà familiarisés avec le culte de la Déesse[2]. Mais selon Edwin Olivier James, « avec la connaissance de l’élevage et de la domestication des animaux, le rôle du mâle dans le processus de la génération apparut plus clairement et fut considéré comme vital lorsque furent mieux connus les faits physiologiques concernant la paternité. À ce moment, on assigna à la Déesse-Mère un partenaire mâle qui était son fils ou son amant, son frère ou son époux. Toutefois, bien qu’il ait été le procréateur, il occupa vis-à-vis de la Déesse une position subordonnée, n’étant en réalité dans le culte qu’une figure secondaire[2] ».

Origines archéologiques

Statue menhir, la Dame de Saint-Sernin, au musée Fenaille de Rodez.

Marija Gimbutas, à la suite de fouilles archéologiques effectuées dans le Sud–Est de l’Europe méditerranéenne au milieu du XXe siècle, présente sa théorie de l’existence d’une civilisation pré-indo-européenne qu'elle appelle « culture préhistorique de la déesse », et qui aurait existé de l'Aurignacien (début du Paléolithique supérieur) jusque vers 3000 3000 av. J.-C., quand le patriarcat se serait peu à peu institué. Marija Gimbutas appelle cette culture « matrilocale »[3]. Elle fonde ses recherches sur les campagnes archéologiques qu'elle a dirigées quinze années durant en Europe, principalement dans les Balkans et le long du Danube.

Diverses figures du Paléolithique

Les fouilles archéologiques ont révélé la présence de figures féminines aux caractères sexuels hypertrophiés appelées Vénus paléolithiques, la plus connue étant la Vénus de Willendorf. Des archéologues ont interprété ces statues comme des déesses[4], mais plusieurs dizaines de milliers d'années séparent ces statues des cultes connus livrés aux déesses sumériennes, grecques, celtiques, nordiques ou hindoues.

Other Languages
العربية: الإلهة الأم
asturianu: Diosa madre
български: Богиня-майка
català: Deessa mare
čeština: Bohyně Matka
Deutsch: Muttergöttin
Ελληνικά: Μεγάλη Μητέρα
Esperanto: Patrino Tero
español: Diosa madre
euskara: Ama jainkosa
فارسی: الهه مادر
galego: Deusa nai
עברית: האלה האם
magyar: Anyaistennő
Bahasa Indonesia: Dewi Ibu
italiano: Grande Madre
日本語: 地母神
ქართული: დედაღვთაება
한국어: 대지모신
Latina: Dea materna
lietuvių: Deivė Motina
latviešu: Lielā pirmmāte
മലയാളം: അമ്മ ദൈവം
Nedersaksies: Modergodinne
Nederlands: Moedergodin
ਪੰਜਾਬੀ: ਮਾਂ ਦੇਵੀ
polski: Bogini Matka
português: Deusa-mãe
русский: Богиня-мать
српски / srpski: Богиња мајка
svenska: Modergudinna
తెలుగు: దేవమాత
українська: Богиня-мати
中文: 地母神