Coupe du monde de football

 Cet article traite de la Coupe du monde de football masculin. Pour la Coupe du monde féminine de football, voir Coupe du monde féminine de football.
Wikipédia:Bons articles Vous lisez un «  bon article ».
Coupe du monde de football
Généralités
Sport Football Voir et modifier les données sur Wikidata
Création 1928
Organisateur(s) FIFA
Périodicité 4 ans
Participants 32 qualifiés [note 1]
(200 partants [note 2])
Site web officiel
Palmarès
Tenant du titre Drapeau : Allemagne Allemagne ( 2014)
Plus titré(s) Drapeau : Brésil  Brésil (5 titres)
Meilleur(s) buteur(s) Drapeau : Allemagne Miroslav Klose (16)
Plus d'apparitions Drapeau : Allemagne Lothar Matthäus (25)
Crystal Clear app kworldclock.png
pour la compétition à venir voir :
Coupe du monde 2018

La Coupe du monde de football ou Coupe du monde de la FIFA [note 3] est une compétition internationale de football qui se déroule ordinairement tous les quatre ans. Cette compétition, créée en 1928 en France, sous l'impulsion de Jules Rimet alors président de la FIFA, est ouverte à toutes les fédérations reconnues par la Fédération internationale de football association (FIFA). La première édition se déroule en 1930 en Uruguay, dont l' équipe nationale sort vainqueur.

À l'exception de la Coupe du monde de 1930, la compétition n'est accessible qu'après une phase de qualification. Organisée par les confédérations continentales, cette phase préliminaire permet aux meilleures sélections de chaque continent de se qualifier pour la phase finale qui se déroule dans un pays organisateur. Le format actuel de la phase finale fait s'affronter trente-deux équipes nationales masculines pendant une période d'environ un mois.

Seules huit nations ont remporté la Coupe du monde. Le Brésil, seule équipe à avoir disputé toutes les phases finales de compétition, détient le record d'éditions remportées avec cinq succès. Il est par ailleurs l'unique détenteur du Trophée Jules Rimet, mis en jeu à partir de 1930 et qu'il a définitivement conservé à l'issue de sa 3e victoire dans la compétition en 1970 avec Pelé, le seul joueur triple champion du monde de l'histoire. L' Italie et l' Allemagne comptent quatre trophées. L'équipe vainqueur de la première édition, l' Uruguay, gagne deux fois l'épreuve tout comme l' Argentine, autre pays d' Amérique du Sud. Enfin, la France, l' Angleterre et l' Espagne, remportent chacune une Coupe du monde.

Le pays organisateur de la Coupe du monde de football est désigné par la FIFA. Toutes les nations peuvent postuler pour l'accueillir, et sont jugées sur leur capacité à organiser l'épreuve. Le pays organisateur est automatiquement qualifié pour la compétition. La vingtième édition de la Coupe du monde s'est déroulée au Brésil du 12 juin au 13 juillet 2014. Les éditions suivantes ont lieu en Russie en 2018 puis au Qatar en 2022.

La Coupe du monde de la FIFA est l'évènement sportif le plus regardé dans le monde avec les Jeux olympiques et la Coupe du monde de cricket [1]. Économiquement, la compétition a des effets positifs sur la croissance de certains secteurs d'activité et sur le développement du pays organisateur. Des infrastructures, notamment sportives ( stades), sont construites ou rénovées à cette occasion.

La Coupe du monde de football a un aspect politique. Bien que véhiculant des valeurs de paix et d' universalité, la compétition peut être également l'occasion de bagarres générales, de violences autour des rencontres, voire l'élément déclencheur de guerre entre pays. De nombreux forfaits et boycotts émaillent l'histoire de la compétition pour des raisons politiques. Il existe des opposants à la Coupe du monde.

L'évènement mondial est présent dans la culture populaire, sujet de nombreux films et documentaires, et est l'occasion de créer des chansons ou hymnes nationaux. Des jeux vidéo ou encore des albums d'étiquettes de joueurs sont mis en vente avant la Coupe du monde.

Historique

Origine de la compétition

Président de la FIFA, Jules Rimet réussit à convaincre les fédérations nationales de créer la Coupe du monde.




Le projet d'organiser une Coupe du monde commence dès la création de la Fédération internationale de football association (FIFA) en 1904. En 1906, la première édition initiée par le dirigeant néerlandais Carl Hirschmann est programmée en Suisse et quatre poules de quatre équipes en guise de premier tour sont mises en place [2]. Mais lors de la clôture des confirmations d'inscriptions pour les seize sélections invitées, le , aucune fédération ne confirme sa participation et le projet est enterré. Avec la mise en place d'un tournoi olympique de football à partir de 1908, Hirschmann veut procéder à la reconnaissance de ce tournoi olympique comme championnat du monde de football amateur. L'idée est validée lors du congrès de la FIFA en 1914, mais la Première Guerre mondiale bloque cette initiative [3]. Après la Grande Guerre, la FIFA modifie son attitude. Dès son élection à la présidence de la FIFA, Jules Rimet met en effet tout en œuvre, avec Henri Delaunay, pour ne pas reconnaître le tournoi olympique comme championnat du monde de football amateur, militant pour la mise en place d'une nouvelle compétition. Les Jeux olympiques de 1924 et 1928 permettent d'établir un dialogue constructif entre les formations d' Amérique du Sud et celles du Vieux continent.

Le projet de Coupe du monde est adopté par la FIFA lors d'un congrès à Amsterdam le par 25 voix pour et 5 contre et 1 abstention [note 4], [4]. L'organisation de la première Coupe du monde est ensuite confiée à l' Uruguay lors du congrès de la FIFA tenu à Barcelone le pour fêter le centenaire de son indépendance mais aussi parce que le pays est double champion olympique en titre [5].

La cadence des Coupes du monde de football est fixée en alternance avec les Jeux olympiques. À l'époque de la création de la Coupe du monde, presque toutes les équipes présentent les mêmes formations aux Jeux olympiques et en Coupe du monde car elles ont un statut amateur. Cependant la compétition devient rapidement professionnelle. Si le tournoi olympique est réservé aux amateurs, la FIFA reconnait et accepte les équipes qui ont opté pour le professionnalisme. Les objectifs et valeurs divergent, la Coupe du monde est ouverte à tous, amateurs et professionnels [6].

En hommage à l'action du président de la FIFA, le premier trophée qui reste en usage depuis 1930 se nomme « Coupe Jules-Rimet » depuis le congrès de la FIFA du à Luxembourg [7].

Première Coupe du monde (1930)

Article détaillé : Coupe du monde de football de 1930.
L'équipe d'Uruguay victorieuse de la Coupe du monde 1930

Pour la première édition de la Coupe du monde, la compétition se déroule en Uruguay à Montevideo en 1930. Seulement treize équipes nationales se rencontrent à cette occasion. Seuls quatre pays européens traversent l' océan Atlantique en bateau pour disputer la compétition. La Belgique, la France et la Roumanie prennent un navire nommé « Conte Verde » [6]. La Yougoslavie quant à elle embarque à bord du « MS Florida ». Les autres pays européens déclinent pour des raisons financières et d'intendance. Jules Rimet est même contraint de procéder à un tour de France pour convaincre autorités, joueurs et employeurs afin que la France ne rate pas ce premier rendez-vous mondial. Tous les autres pays sont américains, il y a deux équipes nord-américaines : les États-Unis et le Mexique, les autres sont sud-américaines. Impressionnantes au cours du tournoi, les équipes d' Argentine et d' Uruguay, toutes deux invaincues, se rencontrent en finale à Montevideo [8]. Les deux pays voisins sont rivaux et les supporters argentins se déplacent en nombre pour assister à la finale [9]. Cependant, la Celeste est à domicile ce qui lui donne un avantage conséquent. Le match se joue le au Stade Centenario. L'Uruguay ouvre le score mais l'Argentine réagit et inscrit deux buts consécutivement pour mener 2-1 à la mi-temps [8]. La rencontre connait alors un nouveau renversement de situation en deuxième mi-temps. Poussée par ses supporters, l'équipe uruguayenne inscrit finalement trois autres buts en seconde période et gagne la partie sur le score de 4-2 [8].

Épreuves européennes d'avant-guerre et victoires italiennes (1934-1938)

Articles détaillés : Coupes du monde de football de 1934 et 1938.

L'Italie accueille la deuxième Coupe du monde de l'histoire dans un climat de crise économique et de montée du fascisme dans une partie de l' Europe. Le tenant du titre, l' Uruguay, ne participe pas à la compétition qui regroupe pourtant trente-deux nations, beaucoup plus que lors de la première édition. Un tour préliminaire doit être mis en place pour réduire le nombre d'équipes participant à la phase finale à seize. Entraînée par Vittorio Pozzo [10], l'équipe d' Italie reçoit l' Espagne au stade Giovanni Berta en quart de finale. Après une première rencontre âpre, les deux équipes sont à égalité et doivent rejouer le lendemain [11]. Le violent Luis Monti oblige un joueur espagnol à sortir sur blessure dès le début du match. L'Italie se qualifie grâce à un but de Giuseppe Meazza et rejoint l' Autriche en demi-finale. Meazza offre à nouveau la victoire aux siens. Dans la seconde demi-finale, la Tchécoslovaquie élimine l' Allemagne 3-1. En finale, la Tchécoslovaquie ouvre le score par Antonin Puc devant Benito Mussolini et les nombreux militaires présents dans le stade de Rome [12], [13]. L'Italie arrache la prolongation à cinq minutes de la fin sur un but de Raimundo Orsi et s'impose finalement après prolongation sur un but d' Angelo Schiavio [13].

L'organisation de la Coupe du monde de la FIFA de 1938 est confiée à la France. Trente-six pays sont engagés dans les éliminatoires auxquels ne participent pas l' Angleterre, l'Uruguay et l'Espagne, cette dernière nation étant ravagée par la guerre civile. Le tour final se joue à quinze équipes, l'Autriche venant d'être annexée par l'Allemagne déclare forfait. En huitièmes de finale, le Brésil et la Pologne offrent un excellent match à Strasbourg au cours duquel les Brésiliens triomphent 6-5 après prolongation grâce notamment à trois buts de Leônidas [14]. Lors du quart de finale opposant le Brésil à la Tchécoslovaquie, la rencontre se transforme en bataille générale qui se solde par trois expulsions et cinq blessés. Qualifié, le Brésil défie en demi-finale l'Italie en laissant au repos des joueurs cadres comme Leônidas qui a permis à la sélection brésilienne de battre les Tchèques deux jours plus tôt [15]. Les Italiens se qualifient pour la finale grâce à un succès 2-1. Dans l'autre demi-finale, la Hongrie se qualifie en battant la Suède sur le large score de 5-1. La finale est de nouveau remportée par l'équipe d'Italie, tenante du titre, qui battent les Hongrois en finale sur le score de 4-2 grâce à des doublés de Silvio Piola et Gino Colaussi [16], [17]. L'équipe de Vittorio Pozzo est la première sélection nationale à remporter la compétition deux fois consécutivement.

Interruption et retour de la compétition (1942-1950)

Articles détaillés : Coupes du monde de football de 1942 et 1950.

En 1939, les fédérations d'Allemagne, du Brésil et d'Argentine sont candidates à l'organisation de la Coupe du monde de football de 1942. Le président de la FIFA Jules Rimet se rend en Amérique du Sud pour évaluer les projets brésilien et argentin. Pendant son séjour à Rio de Janeiro, les troupes allemandes attaquent la Pologne le 1er septembre 1939 et la Seconde Guerre mondiale débute. Les préparatifs pour la Coupe du monde 1942 sont interrompus avant le choix du pays organisateur [18].

Lors du congrès de Luxembourg du , il est décidé que l'organisation de la quatrième Coupe du monde, en 1950, est confiée au Brésil. Pour la première fois de l'histoire de la compétition, l' Angleterre participe aux éliminatoires, où trente-trois pays sont engagés. À l'inverse, de nombreuses équipes nationales ne participent pas à cette première édition d'après guerre, l' Autriche et la Belgique ne s'inscrivent pas aux éliminatoires, l' Argentine, le Pérou et l' Équateur déclarent forfait. Dans le Maracanã, stade construit pour l'occasion, 150 000 spectateurs se sont réunis pour regarder un match décisif du premier tour entre le Brésil et la Yougoslavie. Grâce à une victoire 2-0, le Brésil se qualifie pour le tour final [19]. Les Anglais sont battus par les États-Unis sur un but de Joe Gaetjens [20], puis à nouveau par l' Espagne quelques jours plus tard. La Suède remporte un match décisif contre l' Italie à São Paulo et se qualifie elle aussi pour le tour final. Le quatrième et dernier groupe est composé de deux équipes, l' Uruguay bat largement la Bolivie sur le score de 8-0 [21]. Le tour final est à nouveau une phase de poule, format imposé par l'organisation brésilienne. Les Brésiliens sont impressionnants et réalisent un festival offensif contre la Suède puis l'Espagne pour des victoires 7-1 et 6-1 respectivement [22], [23]. Le buteur brésilien Ademir inscrit neuf buts dans la compétition dont il est le meilleur buteur. L'Uruguay est son principal rival avec un match nul et une victoire. Les deux équipes s'affrontent lors d'un match décisif au Maracanã le devant près de 200 000 personnes. Le Brésil n'a besoin que d'un match nul alors que l'Uruguay doit gagner pour être déclaré vainqueur de la compétition. La défense uruguayenne contient les offensives brésiliennes et le score est de 0-0 à la mi-temps [24]. Dès le début de la seconde période, le Brésil marque par Friaça. À la 65e minute, Juan Alberto Schiaffino égalise pour les Uruguayens avant qu' Alcides Ghiggia n'inscrive le but décisif pour l'Uruguay [25]. Le Brésil perd la Coupe du monde sur ses terres à la plus grande déception des supporters brésiliens [26]. L'équipe uruguayenne est sacrée championne du monde pour la deuxième fois de l'histoire [27].

« Le Miracle de Berne » (1954)

Fanion de l'équipe de Hongrie de la finale de la Coupe du monde 1954.
Article détaillé : Coupe du monde de football de 1954.

L'édition 1954 de la Coupe du monde de football, compétition alors appelée Coupe Jules-Rimet, se dispute en Suisse. L'équipe de Hongrie est favorite du tournoi. Aussi appelée le onze d'or hongrois, l'équipe hongroise domine le football mondial et confirme son statut lors des premiers matchs de la compétition en étrillant 9-0 la Corée du Sud et 8-3 la RFA. L'entraîneur allemand décide de mettre au repos une partie de ses joueurs en vue du match d'appui contre la Turquie. Lors de ce dernier, les joueurs allemands l'emportent 7-2 et se qualifient pour les quarts de finale. L'Italie est battue en match d'appui par la Suisse qui se qualifie avec l'Angleterre. Alors que l'Allemagne passe un nouveau tour en battant la Yougoslavie et que l'Uruguay, tenant du titre, élimine l'Angleterre, toutes les lumières sont sur le quart de finale entre le Brésil et la Hongrie, mais aussi sur la Suisse, pays hôte, qui joue l' Autriche, pays frontalier. Alors que la rencontre est à 3-2, Hongrois et Brésiliens commencent à se battre et cela dure jusqu'à l'entrée aux vestiaires des joueurs après trois expulsions [28], [29] et ce sont les Hongrois qui se qualifient. Dans l'autre match, l'Autriche bat la Suisse sur le score de 7-5 après avoir été menée 3-0. En demi-finale, l'Allemagne se défait de l'Autriche et la Hongrie élimine l'Uruguay à la suite d'un match historique qui se termine en prolongation [30]. La finale se déroule le à Berne. La Hongrie mène rapidement 2-0 mais se fait surprendre rapidement avec deux buts allemands. À la stupeur générale, Helmut Rahn inscrit le but décisif pour la RFA qui conclut un match surnommé le « miracle de Berne » [31]. La compétition est un succès, au total 943 000 spectateurs ont assisté à la compétition dans les tribunes. Sportivement, le bilan est bon et marqué par un festival offensif avec une moyenne de 5,4 buts par match.

Le Brésil de Pelé et Garrincha victorieux (1958-1962-1970)

Articles détaillés : Coupes du monde de football de 1958, 1962 et 1970.
Djalma Santos, Pelé et Gilmar après leur victoire finale contre la Suède en 1958.

La sixième édition de la Coupe du monde, en 1958, se déroule en Suède. L' équipe d'URSS fait son apparition dans la compétition. L'édition est marquée par l'échec de l' Italie à se qualifier pour la phase finale de la compétition. Inattendue, l'équipe de France étonne par son jeu offensif [32]. La progression des joueurs français est arrêtée en demi-finale par le Brésil sur le score de 5-2 grâce à un triplé du jeune Pelé [32]. Dans l'autre demi-finale, la Suède, à domicile, se qualifie pour la finale en battant la RFA. En finale de la compétition, le Brésil l'emporte logiquement 5-2 avec deux nouveaux buts de Pelé et deux autres de Vavá [33]. Avec 13 buts, Just Fontaine est sans conteste le meilleur buteur de la compétition bien aidé par sa complicité avec le meneur de jeu français Raymond Kopa.

Quatre années plus tard, la Coupe du monde retourne en Amérique du Sud et s'installe au Chili. Cinquante-six pays participent aux éliminatoires, la France, demi-finaliste de l'édition précédente, ne parvient pas à se qualifier [34]. On note rapidement une évolution du jeu vers un style plus défensif. Le pays organisateur, le Chili, se hisse jusqu'en demi-finale après avoir éliminé l'Union soviétique en quart de finale. Il est dominé à ce stade par le Brésil de Vavá et Garrincha qui inscrivent deux buts chacun. Dans l'autre demi-finale, la Tchécoslovaquie de Masopust, Ballon d'or en fin d'année, écarte la Yougoslavie 3-1. En finale, les Brésiliens réalisent le doublé en battant les tchèques 3-1 [35]. Le Yougoslave Jerkovic finit meilleur buteur de l'épreuve avec cinq buts [35] et Garrincha, le dribbleur fou, meilleur joueur en l'absence de Pelé.

Après la victoire de l' Angleterre à domicile en 1966, la neuvième Coupe du monde de la FIFA a lieu au Mexique en 1970. Un nombre record de pays s'alignent au coup d'envoi des éliminatoires avec 75 sélections nationales différentes [36]. Le Portugal, la Hongrie, la France, l' Espagne et même l' Argentine échouent à se qualifier pour la phase finale de l'édition. À l'inverse, Israël et le Maroc s'invitent pour la première fois dans les équipes qualifiées [36]. La RFA et l'Angleterre s'affrontent en quart de finale : menés 2-0 à vingt minutes de la fin, les Allemands reviennent à égalité puis s'imposent 3-2 après prolongation. En demi-finale, l'équipe allemande affronte l'Italie dans le Stade Azteca, construit pour l'occasion. Après prolongation, l'Italie gagne la partie 4-3 sur un but de Giovanni Rivera alors que Franz Beckenbauer reste presque une heure sur le terrain avec le bras en écharpe à cause d'une clavicule cassée [37]. En finale, les joueurs italiens s'inclinent 4-1 face au Brésil et son attaque prolifique [38]. Avec 10 buts, l'attaquant allemand Gerd Müller est meilleur buteur de la compétition. Devant le métronome Gerson, Pelé montre une nouvelle fois son talent avec une tentative de lob de 50 mètres sur Ivo Viktor, un grand pont sur le gardien Ladislao Mazurkiewicz et quatre nouveaux buts dans la compétition [39]. Il remporte sa troisième Coupe du monde, la troisième du Brésil qui obtient ainsi le droit de garder la Coupe Jules-Rimet.

Victoires des pays hôtes (1966-1974-1978)

Articles détaillés : Coupes du monde de football de 1966, 1974 et 1978.
Statue représentant les champions du monde anglais de 1966 Geoff Hurst, Martin Peters et Ray Wilson soulevant le capitaine Bobby Moore.

La Corée du Nord est la surprise de la Coupe du monde 1966 se déroulant en Angleterre. La sélection asiatique bat en phase de poule l' Italie pour se qualifier en quart de finale. Ils dominent rapidement le Portugal 3-0 avant de perdre pied et d'encaisser cinq buts dont quatre d' Eusébio. À domicile, l' Angleterre est avantagée, d'abord parce qu'elle joue tous ses matchs dans le même stade de Wembley et de plus parce que l'arbitrage lui est favorable. En quart de finale, le capitaine de l' Argentine Antonio Rattín est exclu à la 35e minute contre l'Angleterre, laissant son équipe à 10 contre 11 [29]. Les joueurs anglais s'imposent et se qualifient en finale après un succès 2-1 sur le Portugal grâce à un doublé de Bobby Charlton. En finale, l'Angleterre est opposée à la RFA. Les joueurs anglais encaissent un but rapidement mais égalisent puis prennent l'avantage. À quelques minutes de la fin, la RFA égalise et les deux équipes doivent jouer deux périodes de 15 minutes supplémentaires. À la 100e minute, l'arbitre de la rencontre accorde un but litigieux à Geoffrey Hurst. Hurst marque à nouveau à la dernière minute de la rencontre alors que des supporters sont sur le terrain. L'Angleterre remporte sa première Coupe du monde.

Sur cette action, Johan Cruijff provoque un penalty dès la première minute mais la RFA gagne.

Après que le Brésil remporte l'épreuve en 1970, la compétition a lieu quatre années plus tard en Allemagne de l'Ouest. Haïti crée la surprise en se qualifiant aux dépens du Mexique. L' Australie fait également ses débuts dans la compétition. Lors du premier tour, la RFA joue la RDA avec pour enjeu la première place du groupe I. Le , la RDA bat le pays organisateur 1-0 d'un but de Jürgen Sparwasser [40]. Non sans difficultés, les Pays-Bas, le Brésil et l'Italie, qui est même menée 1-0 par Haïti, se qualifient également pour la deuxième phase de poule. Lors de ce tour, les Pays-Bas dominent le Brésil lors d'un dernier match décisif alors que la RFA bat la Pologne sur un terrain inondé pour s'adjuger une place en finale. Les Pays-Bas, emmenés par Johan Cruijff, développent un football total. En finale de l'édition, la RFA, à domicile, l'emporte 2-1 contre les Pays-Bas [41]. Malgré la défaite de son équipe en finale, Cruijff est désigné meilleur joueur de la compétition.

Les qualifications de la Coupe du monde 1978 s'annoncent difficiles. La RFA et l'Argentine étant directement qualifiées, il ne reste que 14 places à attribuer entre les 97 équipes jouant les tours préliminaires. Le Brésil, l'Italie et Pays-Bas font également figures de favoris. L' équipe de France se qualifie, contrairement à l'URSS, l'Uruguay, la Yougoslavie et l'Angleterre, une nouvelle fois absente [42]. L' Iran et la Tunisie sont également présents pour la phase finale se déroulant en Argentine [43]. La compétition se déroule à nouveau en deux phases de poules. La RFA et les Pays-Bas se retrouvent et font match nul. Bien placée, l'Italie affronte les Pays-Bas pour la place de finaliste du groupe A. Les Néerlandais sortent vainqueurs de la confrontation et se qualifient pour la finale. Alors qu'elle doit battre le Pérou par quatre buts pour se qualifier en lieu et place du Brésil, l'Argentine remporte la rencontre 6-0 et atteint son objectif [42], [44]. Lors de la finale, Mario Kempes ouvre le score peu avant la mi-temps. Dominée par les Pays-Bas, la deuxième mi-temps se conclut par un but de Dick Nanninga pour les joueurs néerlandais à huit minutes de son terme [45]. À égalité à 1-1, les deux équipes se dirigent vers la prolongation. Lors de celle-ci, les joueurs argentins marquant à deux reprises par Kempes, meilleur joueur et buteur de la compétition [46], puis Daniel Bertoni. L'Argentine remporte la compétition à domicile [47], [48].

Troisième sacre italien (1982)

Article détaillé : Coupe du monde de football de 1982.
Le président de la République italienne Sandro Pertini avec Dino Zoff, Franco Causio et Enzo Bearzot dans l'avion du retour vers Rome avec le trophée de la compétition.

La 12e Coupe du monde se déroulant en Espagne voit, pour la première fois, 24 équipes participer à la phase finale. Les Pays-Bas, finaliste de l'édition précédente ne parviennent pas à passer les phases de qualification. Le premier tour est marqué par la victoire historique de la Hongrie sur le Salvador par 10 à 1 et par le non match entre l' Allemagne et l' Autriche qualifiant les deux pays aux dépens de l' Algérie. L'Italie se qualifie de peu après trois matchs nuls en trois rencontres. Après deux tours de poule, les demi-finales opposent quatre équipes européennes. La Pologne, sans son maître à jouer Boniek suspendu, s'incline face à l' Italie sur deux buts de Paolo Rossi. L'autre demi-finale oppose la France et la RFA à Séville. Le match très intense connait de nombreux rebondissements et voit l'Allemagne s'imposer aux tirs au but [49], [50]. En finale, l'Italie s'impose 3 à 1 face à des Allemands marqués physiquement par le match précédent [51]. L'attaquant italien Paolo Rossi finit meilleur buteur de la compétition [52].

Sacre de l'Argentine de Maradona et revanche allemande (1986-1990)

Articles détaillés : Coupes du monde de football de 1986 et 1990.

Initialement prévue en Colombie, l'édition 1986 de la Coupe du monde se déroule au Mexique. Comme quatre années auparavant, la France est battue en demi-finale de la compétition par la RFA. Les Bleus terminent troisième de l'édition après avoir battu le Brésil en quart de finale dans un match historique terminé par une séance de tirs au but [53]. La compétition est marquée par la rencontre entre l' Argentine et l' Angleterre en quart de finale. Capitaine de l'équipe argentine, Diego Maradona inscrit à la 51e minute un but de la main. Quatre minutes après le but surnommé plus tard «  la main de Dieu », Maradona dribble six joueurs anglais et le gardien Peter Shilton pour inscrire un but historique. Auteur d'un nouveau doublé en demi-finale contre la Belgique, Maradona est élu meilleur joueur du tournoi. Son équipe domine en finale la RFA 3-2 et remporte la Coupe du monde [54]. Gary Lineker termine meilleur buteur de la compétition avec six buts devant Maradona, Emilio Butragueño et Careca avec cinq buts chacun.

Tenant du titre, l'Argentine joue le match d'ouverture de l'édition 1990 contre le Cameroun. Jouée en Italie, la compétition offre une première surprise avec la victoire des Camerounais. Le Cameroun devient même la première nation africaine à se qualifier pour les quarts de finale de la compétition après une victoire sur la Colombie grâce à un doublé de Roger Milla alors âgé de 38 ans. L'équipe camerounaise est éliminée en quart de finale par l'Angleterre après prolongation sur le score de 3-2. Le Brésil et les Pays-Bas éliminés en huitièmes de finale, les deux demi-finales de la compétition sont Italie-Argentine et Angleterre-RFA. La rencontre entre l'Italie et l'Argentine se déroule à Naples, club de Diego Maradona où il est une idole [55]. Les joueurs italiens ouvrent le score par Salvatore Schillaci. Ils encaissent ensuite leur premier but de la compétition sur une tête de Claudio Caniggia. Les deux équipes vont à la prolongation puis aux tirs au but. Sergio Goycochea arrête les tirs de Roberto Donadoni et Aldo Serena et qualifie l'Argentine pour la finale de la compétition. La deuxième demi-finale doit également se jouer aux penaltys. Stuart Pearce et Chris Waddle manquent leur tentative et permettent à la RFA de prendre une revanche sur la finale de 1966. Franz Beckenbauer est alors sur le banc allemand. Deux joueurs argentins sont expulsés durant la finale qui se conclut par un but décisif d' Andreas Brehme sur penalty à cinq minutes de la fin de la partie [56]. Après avoir perdu les deux précédentes finales, l'Allemagne remporte son troisième succès dans la compétition au terme d'une finale décevante [56]. Le capitaine allemand Lothar Matthäus soulève le trophée.

Sacres du Brésil et de la France (1994-1998-2002)

Articles détaillés : Coupes du monde de football de 1994, 1998 et 2002.
Penalty de l'Allemand Lothar Matthäus contre la Bulgarie en quart de finale en 1994

À la suite de la performance du Cameroun, la FIFA décide d'offrir une troisième place qualificative pour le continent africain. La compétition se déroule aux États-Unis. 147 pays participent aux éliminatoires dont ne parviennent pas à sortir l' Angleterre, le Portugal, la France et le Danemark, champion d'Europe en titre. Le début du mondial est marqué par le contrôle antidopage positif de Diego Maradona. Le pays organisateur est éliminé en huitième de finale par le Brésil. Les Brésiliens poursuivent dans la compétition en battant les Pays-Bas puis la Suède, une des surprises du mondial. Également demi-finaliste de la Coupe du monde de 1994, la Bulgarie est l'autre révélation de l'édition [57]. Qualifiée à la dernière minute aux dépens de la France, la Bulgarie élimine le Mexique et l' Allemagne, tenante du titre. L'équipe bulgare et son attaquant auteur de six buts Hristo Stoitchkov sont éliminés en demi-finale par l' Italie, qualifiée comme dernier meilleur troisième après une défaite contre l' Irlande lors du match d'ouverture. La finale se dispute entre le Brésil et l'Italie au Rose Bowl. Contrairement au reste de la compétition plutôt offensive avec 2,7 buts par match [57], la finale est fermée. À la fin du temps réglementaire, le score est toujours 0-0, résultat qui n'évolue pas en prolongation [58]. La rencontre est la première finale à se décider aux tirs au but [58]. Les deux premiers tireurs échouent mais ce sont les échecs des Italiens Daniele Massaro et Roberto Baggio qui se révèlent décisifs et permettent aux joueurs brésiliens de devenir champions du monde [58].

La Coupe du monde de 1998 est la deuxième à se disputer en France, soixante ans après celle de 1938. Les éliminatoires enregistrent une participation record avec 174 pays inscrits. Pour la première fois, les phases finales regroupent 32 équipes. Tenant du titre, le Brésil atteint une nouvelle fois la finale de la Coupe en battant les Pays-Bas aux tirs en but en demi-finale. Après trois victoires en trois matchs dans le groupe C, la France s'impose contre le Paraguay à Lens sur un but en or de Laurent Blanc [59]. En quart de finale, les Bleus s'imposent aux tirs au but face à l'Italie [60]. Contre la surprenante équipe de Croatie, l'équipe de France l'emporte 2-1 grâce à un doublé de Lilian Thuram répondant au but du meilleur buteur de la compétition Davor Šuker [61]. En finale, la France s'impose 3-0 au stade de France grâce à un doublé de Zinédine Zidane et un but d' Emmanuel Petit [62]. C'est la sixième fois que l'épreuve est remportée par le pays hôte. L'attaquant brésilien Ronaldo est élu meilleur joueur de la compétition.

Organisée au Japon et en Corée du Sud, la Coupe du monde de 2002 voit le Brésil s'imposer pour la cinquième fois, signant ainsi la « Penta ». L'adversaire des Brésiliens en finale est l'Allemagne, vainqueur des sud-coréens en demi-finale. Ronaldo, déjà décisif en demi-finale contre la Turquie, inscrit un doublé en finale, les deux seuls buts du match [63], [64]. Il termine meilleur buteur de la compétition avec huit buts. Pays hôte entraîné par Guus Hiddink, la Corée du Sud est la surprise de cette édition. Après avoir battu le Portugal en phase de poule, la Corée du Sud élimine l'Italie en huitièmes de finale sur un but en or de Ahn Jung-hwan puis l'Espagne au tour suivant après séance de tirs au but [64]. La France, tenante du titre, est éliminée au premier tour de la compétition sans inscrire le moindre but. Également éliminés au premier tour, le Portugal, l' Argentine et le Cameroun sont les autres déceptions du premier mondial asiatique [65].

Domination européenne (2006-2014)

Articles détaillés : Coupe du monde de football de 2006, 2010 et 2014.
Zidane frappant un penalty lors du match France - Portugal

La Coupe du monde 2006 se déroule en Allemagne. À domicile, la Nationalmannschaft atteint les demi-finales notamment grâce aux 5 buts de Miroslav Klose qui termine meilleur buteur de l'édition. Elle est battue par l' Italie, future nation vainqueur de la compétition. Dans l'autre demi-finale, la France affronte le Portugal. Après un premier tour difficile avec notamment une qualification acquise à la troisième journée, les joueurs français battent l' Espagne puis le Brésil. Le Portugal élimine les Pays-Bas et l' Angleterre. Grâce à un penalty de Zinédine Zidane, la France bat les Portugais et se qualifie pour la finale de la Coupe du monde. Après l'ouverture du score de Zidane d'une panenka, Marco Materazzi égalise d'un but de la tête sur corner. Les deux équipes ne marquent plus et après que Zinedine Zidane, élu meilleur joueur de la compétition, est expulsé pour un coup de tête sur Materazzi, la France et l'Italie se départagent aux tirs au but. Les Italiens inscrivent tous leurs tirs, David Trezeguet rate le sien, l'Italie remporte la compétition.

La vuvuzela est omniprésente dans les stades sud-africains.

La Coupe du monde 2010 se déroule pour la première fois sur le continent africain, en Afrique du Sud. La phase finale oppose 32 sélections nationales. Tous les précédents vainqueurs de la Coupe du monde sont présents. Championne d'Europe, l' Espagne est favori alors que la Nouvelle-Zélande, le Honduras ou encore la Corée du Nord sont les équipes les moins redoutées. Le premier tour est marqué par plusieurs surprises, les équipes favorites sont tenues en échec ou s'inclinent face à des équipes supposées plus faibles telles l' Angleterre tenue en échec par les États-Unis puis l' Algérie ou l'Espagne, championne d'Europe en titre, qui est battue par la Suisse. Cette édition voit l'élimination des deux finalistes de la précédente édition au premier tour, ce qui est une première. Le pays organisateur, l'Afrique du Sud, est le premier pays hôte à ne pas dépasser le premier tour de la Coupe du monde. Alors que le Brésil et l'Argentine impressionnent, ils sont éliminés au stade des quarts de finale. L'Uruguay atteint les demi-finales de la Coupe du monde après avoir battu le Ghana, troisième équipe africaine à atteindre les quarts de finale, à la suite d'une fin de prolongation houleuse. Les Pays-Bas dominent la dernière nation sud-américaine en demi-finale et retrouvent la finale de la compétition, 32 ans après celle contre l'Argentine. Surpris respectivement par la Serbie et la Suisse en phase de poule, l'Allemagne et l'Espagne se rencontrent dans la deuxième demi-finale. Les Espagnols l'emportent et atteignent pour la première fois la finale d'une Coupe du monde. Pour la deuxième édition consécutive, la finale de la Coupe du monde oppose deux nations européennes, ce qui entraîne à coup sûr une première victoire européenne dans une coupe du monde hors d'Europe. L'Espagne est victorieuse (1-0) sur un but marqué à la 116e minute par Andrés Iniesta, pendant les prolongations. Cette finale est la plus prolifique en termes d'avertissements, avec 14 cartons jaunes donnés par l'arbitre [66].

La Coupe du monde 2014 se déroule au Brésil pour la deuxième fois de l'histoire de la Coupe du monde. Deux résultats surprises ont lieu lors des phases de groupe, l'Espagne, le tenant du titre, est éliminée dès le premier tour, et le Costa-Rica termine premier du groupe D devant trois anciens vainqueurs du titre mondial, l' Uruguay, l'Italie et l'Angleterre. L'équipe d'Amérique centrale atteint pour la première fois de son histoire les quarts de finale de la compétition où elle est éliminée aux tirs aux buts par les Pays-Bas. Autre sélection à atteindre pour la première fois ce niveau, la Colombie menée par James Rodriguez, meilleur buteur de la compétition avec six buts inscrits, est éliminée à ce stade par le pays organisateur, le Brésil. En demi-finale, les Allemands s'imposent facilement sur le Brésil, sept buts à un, un résultat jamais vu à ce stade de la compétition. C'est la plus lourde défaite du Brésil en Coupe du monde. L'autre demi-finale voit les Argentins battre les Pays-Bas quatre tirs aux buts à deux après un match nul sans buts. Le Brésil connaît, lors de la rencontre pour la troisième place, une nouvelle défaite face aux Pays-Bas sur le score de trois buts à zéro. La finale se déroule au Stade Maracanã de Rio de Janeiro entre l'Allemagne et l'Argentine. L'Allemagne s'impose un but à zéro en prolongations grâce à un but de Mario Götze. L'Allemagne décroche ainsi son quatrième titre, vingt-quatre ans après son dernier trophée.

Other Languages
azərbaycanca: FİFA Dünya Kuboku
беларуская (тарашкевіца)‎: Чэмпіянат сьвету па футболе
کوردیی ناوەندی: جامی جیھانیی فیفا
føroyskt: HM fótbóltur
Bahasa Indonesia: Piala Dunia FIFA
ភាសាខ្មែរ: World Cup
한국어: FIFA 월드컵
Baso Minangkabau: Piala Dunia FIFA
Bahasa Melayu: Piala Dunia FIFA
မြန်မာဘာသာ: ဖီဖာ ကမ္ဘာ့ဖလား
नेपाल भाषा: फिफा वर्ल्ड कप
português: Copa do Mundo FIFA
srpskohrvatski / српскохрватски: FIFA Svjetsko prvenstvo
Simple English: FIFA World Cup
Soomaaliga: Koobka Adduunka
oʻzbekcha/ўзбекча: FIFA Jahon chempionati
Bân-lâm-gú: FIFA Sè-kài-poe