Coteaux-de-saumur

Coteaux-de-saumur
image illustrative de l’article Coteaux-de-saumur
Verre de coteaux-de-saumur

Désignation(s)Coteaux-de-saumur
Appellation(s) principale(s)coteaux-de-saumur
Type d'appellation(s)AOC
Reconnue depuis1962[1]
PaysDrapeau de la France France
Région parentevallée de la Loire
Sous-région(s)Anjou (Saumurois)
LocalisationMaine-et-Loire, Deux-Sèvres et Vienne
Climattempéré océanique dégradé
Superficie plantée11,5 hectares[2]
Cépages dominantschenin B
Vins produitsblancs moelleux
Production195 hectolitres en 2009[2]
Pieds à l'hectareminimum 4 000 pieds par ha
Rendement moyen à l'hectare35 à 40 hl/ha[3]

Le coteaux-de-saumur est un vin blanc moelleux d'appellation d'origine contrôlée produit sur une petite partie de Maine-et-Loire, des Deux-Sèvres et de la Vienne. Cette appellation fait partie du vignoble de la vallée de la Loire.

Histoire

Antiquité

C'est au IVe siècle que la vigne se propage sous l'impulsion de Saint Martin et ses disciples[4].

Moyen Âge

Au Xe siècle, grâce au développement des voies de communication, les vignobles de la Loire et donc de Saumur se développent[5]. Lorsque Henri II, comte d'Anjou, accède au trône d'Angleterre en 1154, le vignoble angevin connaît un véritable essor[5]. Du Moyen Âge au XVe siècle, le vignoble de Saumur est en pleine expansion de par l'action de la bourgeoisie[5]. À partir du XIIe siècle, Saumur devient une importante place de négoce des vins[6].

Période contemporaine

Vendanges au début du XXe siècle

À partir de 1789, la Révolution française a des effets dévastateurs sur le vignoble, à travers les guerres de Vendée[5]. La crise du phyloxera touche durement le vignoble à la fin du e siècle. Création de l'AOC en 1936[7]. Apparition de l'enjambeur dans les années 1960-70 qui remplace le cheval. Les techniques en viticulture et œnologie ont bien évolué depuis 50 ans (vendange en vert, table de triage, cuve en inox, pressoir électrique puis pneumatique etc.).

Other Languages