Corneille (pape)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Corneille.
Corneille
image illustrative de l’article Corneille (pape)
Le pape Corneille, par le maître de Meßkirch, vers 1535/1540
Biographie
NaissanceDate inconnue
Rome
Décès
Civitavecchia (Italie)
Pape de l’Église catholique
Élection au pontificat6 mars ou
Fin du pontificat
Autre(s) antipape(s)Novatien

Corneille († vers 253) est le vingt et unième pape et succède à Fabien, 14 mois après le décès de celui-ci le 20 janvier 250.

Il est fêté le 14 septembre comme saint par les Églises catholiques[1] et orthodoxes.

Histoire et tradition

Après la mort de Fabien, la persécution de l'empereur Dèce est d'une telle violence que les chrétiens de Rome doivent attendre plus d'un an pour élire un nouvel évêque. Dans ce contexte difficile, l'organisation administrative de l'Église, mise en place par Fabien, prouve son efficacité et permet une prise de décision collective des divers clercs. Cependant la primauté de l'Église de Rome est déjà affirmée et pour répondre aux sollicitations des autres Églises les clercs font appel à Novatien, auteur de nombreux ouvrages et qui possède selon les critères de l'époque une belle plume. Novatien en est persuadé : il est le seul à pouvoir être élu nouvel évêque de Rome.

En mars 251 l'élection a lieu et surprise : c'est le prêtre Corneille qui est élu. La raison en est simple. De nombreux chrétiens, lors de la persécution de Dèce, ont abjuré leur foi par peur ou opportunisme. Ils sont nombreux à vouloir rentrer dans l'Église à nouveau. Deux attitudes s'opposent alors : les intransigeants autour de Novatien, et ceux adeptes du pardon qui réussissent à faire élire Corneille. Un nouveau schisme apparaît alors car trois évêques italiens acceptent de sacrer Novatien alors que la quasi-totalité des autres Églises reconnaissent Corneille. Un synode, réuni en automne 251, avec l'évêque Denys d'Alexandrie et Cyprien de Carthage, approuve la mansuétude de Corneille et excommunie Novatien pour sa dureté envers les repentis.

Le patriarche Fabien d'Antioche partisan, comme de nombreux évêques orientaux, de plus de fermeté, est le destinataire d'une lettre envoyée par Corneille où celui-ci argumente son point de vue (Clavis Patrum Græcorum 1850-1854). Les fragments d'une lettre perdue transmise par l'Histoire ecclésiastique d'Eusèbe de Césarée (IVe siècle) révèlent que Rome à cette époque (milieu du IIIe siècle) comptait environ 150 ecclésiastiques chrétiens dont 7 diacres, 46 prêtres, des diacres, des sous-diacres, des acolytes, des lecteurs et... 52 exorcistes.

Corneille est déporté sur ordre de l'empereur Trébonien Galle à Centumcellae Civitavecchia à la fin de l'année 252 où il meurt de façon naturelle semble-t-il probablement en 253. Son corps est ramené à Rome et déposé dans la catacombe de Saint-Calixte.

Une légende bretonne l'identifie à un Saint Cornély.

Other Languages
Afrikaans: Pous Cornelius
aragonés: Cornel I
asturianu: Papa Corneyu
беларуская (тарашкевіца)‎: Карнэліюс (папа рымскі)
български: Корнелий (папа)
brezhoneg: Korneli
Mìng-dĕ̤ng-ngṳ̄: Gáu-huòng Cornelius
Cebuano: Cornelio
čeština: Kornélius
Esperanto: Kornelio
español: Cornelio
eesti: Cornelius
euskara: Kornelio
فارسی: کورنلیوس
suomi: Cornelius
客家語/Hak-kâ-ngî: Kau-fòng Cornelius
עברית: קורנליוס
hrvatski: Kornelije
Bahasa Indonesia: Paus Kornelius
Ilokano: Papa Cornelio
italiano: Papa Cornelio
Basa Jawa: Paus Kornelius
latviešu: Kornēlijs
македонски: Папа Корнелиј
مازِرونی: کورنلیوس
Nederlands: Paus Cornelius
norsk: Kornelius
português: Papa Cornélio
română: Papa Corneliu
sardu: Corneliu
sicilianu: Corneliu
srpskohrvatski / српскохрватски: Papa Kornelije
slovenčina: Kornel (pápež)
slovenščina: Papež Kornelij
shqip: Korneli
српски / srpski: Папа Корнелије
Kiswahili: Papa Kornelio
Tagalog: Papa Cornelio
українська: Корнелій
Tiếng Việt: Giáo hoàng Côrnêliô
Winaray: Papa Cornelio
Bân-lâm-gú: Kàu-hông Cornelius
粵語: 聖高略