Corinne Lepage

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article n’est pas rédigé dans un style encyclopédique (juin 2016).

Vous pouvez

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (juin 2016).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant .

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Le ton de cet article ou de cette section est trop promotionnel ou publicitaire. (juin 2016).

Modifiez l'article pour adopter un ton neutre ( aide quant au style) ou discutez-en.

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Lepage.
 Ne doit pas être confondu avec Claudine Lepage.
Corinne Lepage
Corinne Lepage, en 2014.
Corinne Lepage, en 2014.
Fonctions
Députée européenne

(4 ans 11 mois et 16 jours)
Élection 7 juin 2009
Législature 7e
Groupe politique ADLE
Ministre de l'Environnement

(2 ans et 15 jours)
Président Jacques Chirac
Gouvernement Alain Juppé I et II
Prédécesseur Michel Barnier
Successeur Dominique Voynet
Biographie
Nom de naissance Corinne Dominique Marguerite Lepage
Date de naissance (65 ans)
Lieu de naissance Boulogne-Billancourt, Hauts-de-Seine
Nationalité Française
Parti politique Cap21 (1996-2014)
LRC - Cap21 (depuis 2014)
Diplômée de Institut d'études politiques de Paris
Université Paris‑II
Profession Avocat

Corinne Lepage, née le à Boulogne-Billancourt, est une avocate et une femme politique française engagée dans la protection de l'environnement.

Avocate depuis 1975, elle défend les sinistrés des marées noires issues des naufrages de l' Amoco Cadiz en 1978 et de l' Erika en 1999. Elle est maître de conférences et professeur à l' Institut d'études politiques de Paris (à la chaire de développement durable) ainsi qu'aux universités Paris II, Paris-XII et de Saint-Quentin-en-Yvelines.

Ministre de l'Environnement de 1995 à 1997, ancienne membre de Génération écologie, fondatrice et présidente du parti écologiste Cap21 depuis 1996, cofondatrice et ancienne vice-présidente du Mouvement démocrate jusqu'en mars 2010, elle est députée au Parlement européen de 2009 à 2014. En 2012, elle fonde l’association Essaim et l’année suivante, la coopérative politique du Rassemblement citoyen. En 2014, elle devient présidente du parti Le Rassemblement citoyen - Cap21 (LRC - Cap21).

Elle est présidente d'honneur du Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN) après en avoir été présidente fondatrice, association d'étude des effets produits par les techniques génétiques sur le vivant.

Biographie

Corinne Lepage est issue d’une famille juive bourgeoise ; son père est «  nez » chez Rochas [1]. Elle étudie au collège et au lycée Molière de Paris, du CM2 à la terminale.

En 1971, elle sort diplômée de l' Institut d'études politiques de Paris. Corinne Lepage obtient ensuite un diplôme d'études supérieures ( DES) de droit public, un DES de sciences politiques, et le certificat d'aptitude à la profession d'avocat en 1974. Elle prête serment pour devenir avocate l'année suivante. En 1982, elle soutient un doctorat d'État en droit mention très bien [réf. nécessaire] avec félicitations du jury à l' université Paris II.

Avocate associée au Cabinet Huglo-Lepage

Jeune avocate, Corinne Lepage rejoint en 1978 le cabinet d’avocats qu'a fondé Christian Huglo en 1969, premier cabinet d’avocats spécialisé dans le droit de l'environnement (cabinet Huglo-Lepage). Elle est élue en 1987 au Conseil de l'Ordre des avocats de Paris.

Son nom apparaît dans les médias dès 1978, lors du naufrage de l'Amoco Cadiz. Ce pétrolier d’origine américaine provoque une immense marée noire et ravage les côtes de Bretagne. Le cabinet Huglo-Lepage s'engage alors aux côtés des collectivités locales du Finistère et des Côtes-du-Nord, et s'oppose à la société pétrolière américaine Amoco. À l'issue d'un procès qui dure une quinzaine d'années, le cabinet Huglo-Lepage et les collectivités bretonnes obtiennent gain de cause et créent ainsi une première mondiale qui protège davantage les collectivités victimes de pollution grave. Une controverse naîtra sur les honoraires après que le cabinet Huglo-Lepage a saisi la justice pour dégager sa responsabilité et faire les comptes en raison du refus du Président du syndicat de communes, un élu UDF, de rapatrier les sommes gagnées aux États-Unis par la comptabilité publique. Au terme d'une procédure longue et fastidieuse, ce dossier s’est terminé par un arrêt [2] de la Cour européenne des droits de l'homme en sa faveur. À la même période, elle défend les collectivités locales et associations qui s’opposent à l’installation des centrales nucléaires en particulier les collectivités locales allemandes et luxembourgeoises à Cattenom et suisses à Creys-Malville.

Le cabinet travaille ensuite sur de nombreux dossiers concernant l' environnement, aux côtés d'associations comme Ecoropa [3], ou de collectivités locales [4]. Depuis 2006, Corinne Lepage est avocate des collectivités locales et associations qui se sont constituées parties civiles dans le procès de la marée noire causée par le pétrolier Erika en 1999 et qui met en cause, entre autres, la compagnie pétrolière Total [5]. Le 25 septembre 2012, la chambre criminelle de la Cour de cassation, dans sa formation plénière, a rendu, sur avis non conforme de l’avocat général, une décision approuvant la cour d’appel de Paris d’avoir retenu sa compétence pour statuer tant sur l’action publique que sur l’action civile dans l’affaire de la catastrophe écologique dite du pétrolier l’Erika. L’affréteur Total, qui avait commis une telle faute et qui avait, à tort, bénéficié d’une immunité de responsabilité, a, en conséquence, sur les pourvois de plusieurs parties civiles, vu sa responsabilité retenue par la chambre criminelle qui l’a condamné à réparer les conséquences du dommage solidairement avec ses coprévenus d’ores et déjà condamnés par la cour d’appel.

En 2010, elle défend l'association « Mouvement pour les droits et le respect des générations futures » (MDRGF), assignée pour dénigrement par la Fédération nationale des producteurs de raisins de table (FNPRT) [6]. Elle est également l'avocate de l'Association des victimes des inondations de La Faute-sur-Mer à la suite du passage de la tempête Xynthia [7], ainsi que de 115 victimes en appel [8].

En 2011, elle remporte le prix European Women Business Law Awards, organisé par l'IFLR (International Financial Law rewiew) dans la catégorie droit de l'environnement [9], [10].

En 2015, elle obtient le prix du Livre politique du Barreau de Paris pour son livre Les mains propres, aux éditions Autrement [11].

Engagements politiques

Depuis sa participation au gouvernement d' Alain Juppé (1995-1997), Corinne Lepage est considérée comme une écologiste de droite [12], qualification dans laquelle elle ne veut pas se reconnaître [13] :

« On me dit que je suis écolo de droite, non. D'abord, je ne suis pas écolo, je suis passionnée d'environnement […]. Et je ne suis pas de droite, je me bats […] pour ce qui me paraît majeur pour nous tous dans les années qui viennent. […] La question sociale a été le grand débat du XXe siècle, je pense que la question environnementale sera le grand débat du XXIe [14]. »

En 2011, Corinne Lepage a signé la lettre de 108 parlementaires français à Nicolas Sarkozy lui demandant de s'opposer, en cas de saisine du Conseil de sécurité, à la reconnaissance d'un État palestinien. La lettre est publiée dans un article du Journal du dimanche avec la liste des signataires [15].

Débuts en politique (1981-1995)

Candidate écologiste en 1981, elle est élue en 1989 sur une liste divers droite, maire adjointe chargée de l’environnement et de l’urbanisme à Cabourg. À la suite du vote d’une délégation de service public de l’eau ne respectant pas les règles de concurrence, elle entre en opposition durant l'hiver 1990. Elle saisira en 1992 le procureur de la République de Caen de ces faits [16]. La bataille juridique durera jusqu’en 1995 [17].

Elle est candidate en 1993 aux élections législatives sous la bannière Génération écologie qu’elle a cofondé en 1989 avec Brice Lalonde, Jean-Louis Borloo et Jean-Michel Belorgey. Elle arrive cependant loin derrière Nicole Ameline, candidate UDF et dauphine de Michel d'Ornano avec un score de 6,17 % [18].

Corinne Lepage est réélue en 1995 sur la liste RPR de Jacques Porcq dont elle devient première adjointe au maire de Cabourg, et malgré tout, la politique de délégation de l'eau à Veolia se poursuivra [19].

Ministre de l'Environnement (1995-1997)

En 1995, elle répond positivement à la proposition d' Alain Juppé de prendre en charge le ministère de l’Environnement. Elle n'est alors membre d'aucun parti [20]. Selon le journal Libération, sa nomination est aussitôt vivement critiquée par certains membres de la droite normande [21].

Corinne Lepage fait partie des douze femmes (nombre inhabituellement élevé à l'époque) — les «  Juppettes » — qui composent le premier gouvernement Juppé. Le 7 novembre 1995, lors du remaniement ministériel donnant lieu au second gouvernement Juppé, elle est la seule femme à rester ministre de plein exercice. Si elle n'a pas souffert de difficultés particulières en tant que femme au sein du gouvernement, elle déplore d'avoir eu à subir, à l'Assemblée nationale, des injures « qui n'auraient jamais été proférées à l'égard d'un homme [22] ».

En tant que ministre de l'environnement, Corinne Lepage se donne pour priorité de montrer que l'Environnement peut « contribuer à la lutte contre le chômage [23] ». En 1996, le Conseil des ministres adopte son projet concernant la pollution de l'air. Il rend obligatoire la surveillance de la qualité de l'air et renforce les mesures de limitation de la circulation en cas d'alerte. Ce projet aboutit à l’adoption par le Parlement de la loi LAURE du , également appelée « loi Lepage ». Cette loi instaure notamment des limitations de vitesse dans les métropoles françaises en cas de pic de pollution à l'ozone [24]. La même année, Corinne Lepage obtient la création du Comité de la prévention et de la précaution [25]. Dès son arrivée en 1995, elle mettra un terme à la participation de la puissance publique au Comité permanent amiante.

Le redémarrage très contesté du réacteur Superphénix, qui connaît de nombreuses difficultés techniques, est l'occasion d'un vigoureux bras de fer entre Corinne Lepage et le ministre de l'Industrie Franck Borotra : en raison d'irrégularités juridiques, Corinne Lepage refuse de signer le décret d'autorisation de redémarrage du réacteur, et menace implicitement Alain Juppé de démissionner [26]. Le syndicaliste Christian Moesl ( CGC) déclare, lors de son audition par la commission d'enquête parlementaire sur Superphénix et la filière des réacteurs à neutrons rapides.

Femme de consensus, Corinne Lepage est l'objet de critiques pour le silence qu'elle est parfois obligée de s'imposer [27], sous la présidence de Jacques Chirac, face à de grands thèmes écologiques : reprise des essais nucléaires [28], redémarrage du réacteur nucléaire Superphénix en septembre 1995 (dont elle obtiendra le non redémarrage en 1997 après l'annulation du Conseil d'État), réduction du budget de l'Environnement, difficultés de mise en place de la directive européenne Natura 2000… [29]

Corinne Lepage tire de son expérience au ministère le livre On ne peut rien faire, Madame le ministre [30], dans lequel elle s'en prend aux lobbies industriels (automobile, nucléaire…), aux chasseurs et aux technocrates de la haute administration. (1997-2007)

« Je ne me sens pas une femme de droite, déclare Corinne Lepage, mais je ne renie en aucune manière ma participation aux gouvernements d'Alain Juppé [31]. » Elle affirme ainsi avoir toujours voulu mener « une politique centriste [32] ». En 1996, elle crée le club de réflexion politique Cap21 (Citoyenneté, action, participation pour le XXIe siècle), qui « se reconnaît dans le réformisme écologique »

Une vision indifférente aux clivages traditionnels

« La question à venir n'est plus celle de la gauche ou de la droite mais plutôt celle du choix entre l'action et l'immobilisme, car nos sociétés ne peuvent continuer à ignorer les conséquences écologiques et sociales de leur développement [33]. »

À la suite de la dissolution de 1997, Corinne Lepage se présente aux élections législatives de mai 1997, dans la 7e circonscription de Paris, sous l'étiquette Divers droite. Elle perd au second tour face à Patrick Bloche avec près de 10 points d'écart entre les deux candidats (54,50 % contre 45,50 %) [34]. La défaite de la droite met fin à l’expérience ministérielle de Corinne Lepage. Elle mène une liste indépendante lors des Régionales de 1998 en Basse-Normandie avec Olivier Stirn, face au président de droite sortant René Garrec ( Démocratie libérale), mais elle n'obtient aucun siège [35].

Corinne Lepage, Sakae Menda et Robert Badinter lors d'une manifestation contre la peine de mort, en février 2007.

Elle continue néanmoins son combat pour une écologie « soutenable », c'est-à-dire compatible avec les contraintes économiques. En 2000, elle transforme son club de réflexion Cap21 en mouvement politique. Le , elle devient chevalier de l' ordre national de la Légion d'honneur. Elle déclare « travailler à la constitution d'un grand pôle au centre de l'échiquier politique, où puissent se retrouver des gens de droite et de gauche autour de l'écologie, de l'humanisme et de la citoyenneté [36] ».

En 2002, elle se lance dans la course à l’Élysée [37]. Accusée d'être en lien direct avec Jacques Chirac, elle rétorque :

« L'idée qu'on puisse avoir quelqu'un finalement d'assez indépendant, une femme de surcroît – quel scandale dans un monde d'hommes ! – qui n'est pas le “sous-marin” de quelqu'un de tout-puissant, c'est complètement scandaleux. Eh bien, je suis désolée, c'est peut-être scandaleux mais c'est la réalité [14] ! »

Elle choisit, au cours de sa campagne, de s'opposer directement aux Verts, le parti écologiste de la Gauche plurielle, à qui elle reproche d'avoir « instrumentalisé l'environnement [14] ». Elle critique vivement Noël Mamère, qui l'accuse pour sa part de « faire le coucou dans la niche écologique » [38], et elle réclame, sans l'obtenir, l'organisation d'un débat public entre eux deux [39]. Elle affirme qu'elle n'appellerait « certainement pas à voter pour Lionel Jospin » [40]. Elle recueille 1,88 % des voix au premier tour [41].

Aux élections régionales de 2004, elle est tête de liste du département de Paris sur la liste d' André Santini (UDF). Sa liste obtient 16,5 % des suffrages, et arrive ainsi en troisième position, derrière celles de Jean-Paul Huchon (PS, 37,25 %) et Jean-François Copé (26,6 %) [42]. Elle refuse de participer à la fusion de second tour avec la liste UMP [32]. La liste indépendante qu'elle conduit ensuite aux élections européennes de juin sur la circonscription Île-de-France recueille 3,61 % des voix [43].

Elle précise en novembre 2006 sa position politique en déclarant sur France 3 :

« Nous nous situons entre le centre droit et le centre gauche [44]. »

Si elle se positionne de la sorte sur l'échiquier politique, elle affiche néanmoins une volonté de « transcender les clivages politiques » et de dépasser l'opposition traditionnelle droite/gauche afin de « rassembler au-delà des couleurs politiques, sur l'écologie ».

Le , elle confirme être l'auteur, avec André Bercoff, de deux pamphlets politiques, J'arrive et On efface tout et on recommence, publiés en 2005 et 2006 sous le nom de plume de Catherine Médicis [45], stratagème nécessaire selon elle pour être entendue en tant que petit candidat [46].

Une collaboration avec François Bayrou (2007-2010)

Corinne Lepage en 2008.

Le 10 mars 2007, elle décide de ne pas se présenter à l' élection présidentielle de 2007. Elle l'explique dans un entretien accordé au Journal du dimanche du 11 mars : « J'ai décidé de rejoindre François Bayrou malgré ma capacité à obtenir mes 500 signatures » [47]. Elle apporte ainsi son soutien au candidat centriste [48] qui « incarne aujourd'hui un véritable changement dans le pays, qui peut permettre à l'écologie politique d'occuper la place qui lui revient ». Cap21 est alors l'un des membres fondateurs du nouveau parti politique de François Bayrou, le MoDem [49].

En mai 2007, après la défaite de François Bayrou au premier tour de l'élection présidentielle, et la victoire de Nicolas Sarkozy face à Ségolène Royal, Corinne Lepage refuse de participer au gouvernement Fillon par « fidélité à ses convictions [50] ». Elle signe, le , avec 16 autres personnalités politiques de tous bords, l'« Appel du 14 février » pour une vigilance républicaine lancé par l'hebdomadaire Marianne [51]. À la suite du discours de Nicolas Sarkozy, le au Palais de Saint-Jean de Latran, sur la place de la religion dans la vie publique [52], ainsi qu'à ses déclarations sur la scientologie [53], elle considère que le pouvoir développe « une philosophie générale » qui mène à une « déconstruction de la laïcité à la française » (Canal+, ) [54].

Elle est candidate MoDem aux élections municipales de mars 2008 dans le 12e arrondissement de Paris, face à Jean-Marie Cavada (ex-MoDem, passé à l'UMP) et Michèle Blumenthal (PS) [55]. Sa candidature est soutenue par Jean-Luc Romero, qui déclare faire alors « un choix d'ami » et « un choix de militant [56] ». Avec 9,95 % des voix au premier tour de l'élection, elle arrive en troisième position derrière le PS (46,07 %) et l'UMP (24,3 %) (le MoDem réalise une moyenne de 9 % sur l'ensemble de la ville) [57].

Corinne Lepage devient vice-présidente du MoDem le 15 juin 2008 [58]. Quelques mois plus tard, le , François Bayrou la présente comme tête de liste du MoDem dans la circonscription Nord-Ouest ( Basse-Normandie ; Haute-Normandie ; Nord-Pas-de-Calais ; Picardie) à l'occasion des élections européennes de juin 2009 [59]. Elle est élue eurodéputée avec 8,67 % des voix, derrière les listes de Dominique Riquet (Majorité présidentielle, 24,2 %), Gilles Pargneaux ( PS, 18,1 %), Hélène Flautre ( Europe Écologie, 12,1 %) et Marine Le Pen ( FN, 10,2 %) [60]

À l'automne 2009, Corinne Lepage démissionne de la présidence des commissions thématiques du Mouvement démocrate, mais reste vice-présidente du parti [61]. De vives tensions apparaissent entre Cap21 et le MoDem lorsque le parti de Corinne Lepage choisit, dans plusieurs régions, de s'allier pour les élections régionales de mars 2010 avec Europe Écologie, et non avec le MoDem : Haute-Normandie, Provence-Alpes-Côte d'Azur, Languedoc-Roussillon, Lorraine, Alsace, Pays de la Loire [62].

Après avoir critiqué la stratégie de François Bayrou et du MoDem, qu'elle estime « refermé sur lui-même », elle annonce avoir décidé de quitter le MoDem le 17 mars 2010 [63]. Au second tour des élections régionales, elle appelle à voter à gauche, sauf en Aquitaine où Jean Lassalle (MoDem) se maintient. Lors de son congrès du , Cap21 se présente comme un « parti autonome » et ses adhérents votent « à une très large majorité » le départ du Mouvement démocrate [64].

Députée européenne (2009-2014)

Logotype utilisé dans le cadre de sa campagne.

Le , elle est l'une des 6 députés élus du MoDem (tête de liste pour le Nord-Ouest [65]) lors des élections européennes, seule élue dans la circonscription Nord-Ouest. En juin et juillet 2009, à la suite du mauvais score du MoDem aux élections européennes (qui n'obtient que 8,46 % des suffrages exprimés), elle remet en cause la stratégie du parti, trop orienté sur la personnalité et les choix de François Bayrou [66]. Elle appelle alors de ses vœux une alliance, au Parlement européen, entre le MoDem et Europe Écologie [67].

Eurodéputée MoDem, puis CAP 21 après le 17 mars 2010, elle siège au sein du groupe ADLE dont fait partie le MoDem [68]. Elle devient, le 17 juillet 2009, la première vice-présidente de la commission Envi (Environnement, santé publique et sécurité alimentaire), et membre suppléant de la commission ITRE (Industrie, recherche et énergie), au Parlement européen [69].

Au sein du groupe ADLE, elle est très active sur les directives IPPC, RoHS, WEEE, nouveaux aliments, informations des consommateurs et sur les thématiques du changement climatique, du mix énergétique, de l'expertise non dépendante, du lien entre santé et environnement, la neutralité du net, la régulation Internet, les libertés individuelles et fondamentales. Elle défend par ailleurs le traité de Lisbonne, en mettant en valeur en particulier le pouvoir politique des européens à travers les pétitions inter-européennes [70].

Du 14 décembre au 19 décembre 2009, elle est la seule députée européenne française de la délégation du Parlement européen au sommet de Copenhague [71].

Le 15 octobre 2009, elle annonce la création du club politique « Terre démocrate, l’imagination au pouvoir », dont la feuille de route tient en trois mots : « débat, échange et construction » [72].

Au Parlement européen, en janvier 2010, elle crée l'intergroupe « Mers et zones côtières » pour traiter des dossiers comme la biodiversité marine, la création d’un corps européen de garde-côtes, le développement des énergies marines, la protection du littoral, le traitement des déchets marins, le transport maritime et le changement climatique [73]. Cet intergroupe qu'elle préside rassemble une quarantaine de députés issus de la quasi-totalité des groupes politiques du Parlement [74].

Eva Joly, Megaron, le chef Raoni, Catherine Grèze et Corinne Lepage au parlement européen en 2012.

Le , elle annonce sa candidature à l' élection présidentielle française sur le plateau de TF1 [75]. En février 2012, onze personnalités ( Jean-Marie Pelt, Yann Arthus-Bertrand, Jean-François Viel, Dominique Belpomme, Gilles-Éric Séralini, Philippe Desbrosses, Jean-Paul Jaud, Serge Orru, Isabelle Autissier, Christian Vélot et Joël Spiroux) lancent « un appel démocratique à parrainer Corinne Lepage », pour qu'elle obtienne les 500 signatures qui lui permettent de concourir [76]. Elle déclare avoir obtenu entre 470 et 520 parrainages. Or, elle ne fait pas partie de la liste des candidats dévoilée par le président du Conseil constitutionnel le . Le , le Conseil constitutionnel publie une décision [77] dans laquelle il rejette son recours, et indique qu'il n'a reçu que 476 « présentations » (c'est-à-dire 476 parrainages dont la validité n'a pas été examinée) en faveur de sa candidature [78]. Corinne Lepage, qui reconnaît avoir écrit au Conseil constitutionnel, affirme en revanche « ne pas avoir fait » de recours ou de réclamation auprès de lui [79].

Le , elle annonce qu'elle crée avec Michel Suchod un nouveau mouvement : le Rassemblement démocrate écologiste et républicain [80]. Elle appelle à voter pour François Hollande dès le premier tour [81].

Après un entretien avec François Hollande le , au cours duquel elle demande des garanties sur les forages pétroliers au large de la Guyane comme le financement d'éventuels dommages écologiques, elle réitère son souhait de voir se constituer un rassemblement de tous ceux qui avaient appelé à voter pour lui [82], [83].

Corinne Lepage n'est pas réélue lors de l'élection européenne du 25 mai 2014.

Fondatrice et Présidente de l'association Essaim et du parti Le Rassemblement citoyen - Cap21

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (juin 2016)

À la suite du sommet de Copenhague (2009), Corinne Lepage déclare que « la société civile ne peut désormais plus compter que sur elle-même pour assurer son avenir ». Selon elle, la mobilisation des ONG et de la société civile est nécessaire pour changer notre mode de développement. Elle affirme que le citoyen doit choisir entre la centralisation du pouvoir et sa distribution.

Elle lance le Rassemblement citoyen, une coopérative politique qui propose de faire travailler les politiques et la société civile. Elle affirme vouloir donner au citoyen les instruments pour reprendre son destin en main en s'investissant en politique ou en lui donnant des solutions testées sur le terrain grâce au do tank Essaim, créé en 2012. Elle déclare souhaiter qu'élus, universitaires, entrepreneurs, associatifs coopèrent et préparent ensemble une transition économique, écologique, énergétique et agricole. Mais elle affirme vouloir également permettre à la société civile de faire entendre ses idées, ses solutions, son savoir-faire et d'être un contre-pouvoir au sein de cette coopérative pour veiller à ce que les élus fassent ce qu'ils disent. L'association Cap 21 créée par Corinne Lepage en 1996 devenue parti politique fusionne avec Le Rassemblement Citoyen le 13 décembre 2014. Corinne Lepage devient ainsi la présidente du parti LRC - Cap 21.

Engagement et missions en faveur de l'environnement

Corinne Lepage exerce une intense activité de défense des intérêts écologiques tant au barreau de Paris qu’à celui de Bruxelles, et s'implique dans de nombreuses associations. Elle est ainsi cofondatrice de l'Observatoire de vigilance et d’alerte écologique avec Michèle Rivasi. Elle dirige en outre le Comité de recherche et d'information indépendantes sur le génie génétique (CRIIGEN), comité scientifique sur les risques environnementaux et sanitaires liés à la diffusion des OGM.

Conférence de Corinne Lepage à l' IEP de Toulouse en février 2007.

La mobilisation des ONG et de la société civile est pour elle nécessaire pour changer notre mode de développement [84]. À la suite du sommet de Copenhague, elle réaffirme en 2009 : « La société civile ne peut désormais plus compter que sur elle-même pour assurer son avenir [85]. »

En février 2008, elle rend au ministre de l'Environnement, Jean-Louis Borloo, un rapport sur la « gouvernance écologique » [86].

Le Parlement européen a approuvé, à une large majorité, en août 2011, son rapport relatif à la « possibilité pour les États membres de restreindre ou d'interdire la culture d'OGM sur leur territoire, dans le cadre du projet de directive de la Commission.

Corinne Lepage a enseigné par ailleurs à l'université Paris II, Paris XII, ainsi qu'à l' université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines et à l' Institut d'études politiques de Paris, dans le cadre de la chaire de développement durable [87].

Corinne Lepage soutient une plainte déposée le 9 février 2016 auprès de l'État français et de l'Union européenne pour non-respect de la réglementation en matière d'accès à l'information sur les OGM, par le collectif citoyen "Consommateurs pas cobayes". Invoquant notamment la Convention d'Aarhus, le collectif réclame l'étiquetage obligatoire de tous les produits alimentaires issus d'animaux nourris avec des OGM.

Le 20 janvier 2015, la ministre de l'Écologie  Ségolène Royal a chargé Corinne Lepage d'une mission sur la "transition économique" afin de soutenir les acteurs de "l'économie verte" [88]. Corinne Lepage a donc créé un groupe de travail en vue de "répertorier les entreprises innovantes afin de permettre la création d'un réseau", "déterminer les blocages auxquels ces secteurs sont confrontés", et enfin "déterminer l'utilité et les conditions d'une mise en synergie globale" de ces acteurs [89].

Corinne Lepage a remis, en septembre 2015, à François Hollande, un rapport pour la création d'une Déclaration universelle des droits de l'humanité [90] en vue d'une éventuelle adoption par l'Assemblée générale des Nations-Unies. Elle s'en était vue confier l'élaboration par le président de la République en juin 2015 [91].

Lutte pour les libertés et contre la corruption

Corinne Lepage a soutenu dans plusieurs médias la thèse selon laquelle les libertés publiques seraient trop peu garanties, voire en régression, dans la France contemporaine [n 1]. Ces déclarations rejoignent les attaques d'autres membres du MoDem [n 2] et du Parti socialiste [n 3] contre la politique mise en œuvre par l'UMP.

Défense des libertés

Combat contre le fichier Edvige

En 2008, Corinne Lepage s'engage dans une campagne ferme et déterminée contre le décret du Ministère de l'Intérieur instaurant le fichier de police Edvige [92]. CAP 21 dépose le 7 octobre 2008 un recours devant le Conseil d'État pour obtenir l'annulation de ce décret, qui devait permettre aux forces de police de recenser et collecter des informations d'ordre privé (orientation sexuelle, état de santé, données fiscales et patrimoniales…) relatives à toute personne âgée de 13 ans ou plus jugée « susceptible de porter atteinte à l'ordre public ». Ce recours est rejeté le 29 octobre 2008 par le Conseil d'État. Les informations contenues dans ce fichier pouvaient, selon Corinne Lepage, être collectées au sujet de toute personne exerçant (ou ayant exercé) un mandat politique, syndical ou économique, ou bien jouant un « rôle institutionnel, économique, social ou religieux significatif ». À la suite de la mobilisation des acteurs publics, médiatiques, politiques, syndicaux et associatifs, le décret est finalement retiré le 20 novembre 2008, après plusieurs mois de refus de la part du ministère.

Refus de la loi Hadopi

Corinne Lepage s'est opposée, dans la presse française et par le biais du Parlement européen, à la loi Hadopi, destinée à protéger les œuvres artistiques et culturelles du téléchargement illégal [93]. Elle déclare : « Ceux qui ont défendu ce texte de loi, et pas uniquement ceux qui en ont été les initiateurs, n'ont pas compris qu'il portait davantage sur la question de la liberté que sur celle de la création, a-t-elle déploré. Envisager une surveillance des ordinateurs est une atteinte aux libertés, un flicage permanent de ce que chacun fait sur Internet.».

Parmi les actions que mène Corinne Lepage contre Hadopi, elle propose aux internautes l'un de ses livres sous la forme d'un volume broché (payant) et sous la forme d'un livre numérique en téléchargement gratuit [n 4]. Elle s'y déclare « vivement opposée à HADOPI et au contrôle politique d’internet [94] ».

Lutte contre la corruption

Membre d' Anticor et administrateur de Transparency International France, Corinne Lepage dénonce et combat la corruption politique et financière [95].

Dans l’affaire Woerth Bettencourt, elle demande dans un article de Libération du 19 juillet 2010 [96] la saisine de la Cour de Justice de la République afin que la Constitution soit appliquée pour faire toute la lumière sur l’affaire Bettencourt et ses ramifications politiques. Le Journal du dimanche [97] révèle une lettre envoyée par l'élue à Jean-Louis Nadal, procureur général près la Cour de cassation, qui se saisit du dossier.

Class action contre le prix des péages

Corinne Lepage coordonne une action de masse des usagers pour dénoncer le prix trop élevé des péages. La Class Action, ou action de groupe, dont le décret du 26 septembre 2015 a introduit la possibilité en droit français, se fonde sur un rapport de la Cour des comptes de juillet 2013 qui déplorait des hausses de tarifs nettement supérieures à l'inflation et évoquait un rapport de force plus favorable aux concessionnaires qu'aux pouvoirs publics. L'action civile a réuni au 31 décembre 2015 plus de 55 000 plaignants.

En effet, Corinne Lepage avait déclaré au Parisien : «Selon nos estimations, le tarif actuel est d'au moins 20 % supérieur à ce qu'il devrait être.» [98]

Other Languages