Conte

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Contes.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou une de ses sections doit être recyclé (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Une réorganisation et une clarification du contenu paraissent nécessaires. Discutez des points à améliorer en page de discussion ou précisez les sections à recycler en utilisant .

Un troll par John Bauer

Le mot conte désigne à la fois un récit de faits ou d'aventures imaginaires [1] et le genre littéraire (avant tout oral) qui relate les dits récits. Le conte, en tant que récit, peut être court mais aussi long. Qu'il vise à distraire ou à édifier, il porte en lui une force émotionnelle ou philosophique puissante. Depuis la Renaissance, les contes font l'objet de réécritures, donnant naissance au fil des siècles à un genre écrit à part entière. Cependant, il est distinct du roman, de la nouvelle et du récit d'aventures par l'acceptation de l'invraisemblance.

Il y a deux pratiques du genre littéraire qu'est le conte : orale et écrite. Ces deux pratiques se différenciant par leur mode de création et de diffusion comme par leur contenu, il convient de les distinguer.

Le conte est un objet littéraire difficile à définir étant donné son caractère hybride et polymorphe. Le genre littéraire comme les histoires elles-mêmes font l'objet d'études convoquant des savoirs connexes, à la lumière des sciences humaines, tels que l' histoire littéraire, la sémiologie, la sociologie, l' anthropologie ou la psychanalyse.

Il faut noter que le terme de « conte » est utilisé parfois pour désigner l'activité de conter, quel que soit le type d'histoires ( épopée, légende, histoire de vie, nouvelle…).

Histoire du terme

Origine du terme « conte »

Étymologiquement « conte » vient du latin computare qui signifie « dénombrer », « tenir une liste » [2]. Traditionnellement, le conte est un récit qui se transmet au fil du temps par le biais de l' oralité.

Mythe, légende et conte : liens et divergences

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails.

Le conte est intemporel (de tous les temps) et universel (s'adresse à tous les humains quels qu'ils soient et où qu'ils soient) : « il était une fois... dans un pays loin d'ici... ». Le conte s'adresse aux humains de tout âge de façon générale mais certains contes peuvent faire écho à des problématiques propres à un âge de vie (ex: Jean de l'ours: puberté du garçon) ou à certains événements de la vie et ainsi peuvent s'adresser préférentiellement à une catégorie de personne. Mais depuis déjà le XVIIe siècle les contes ont été utilisés pour agrémenter ou renforcer l'éducation des enfants, en leur faisant porter un message éducatif ou moral. Cette dimension est contraire à l'essence du conte populaire traditionnel. Mais de nos jours, pour beaucoup, "conte" est synonyme de gentille historiette pour les enfants

Le conte merveilleux se déroule dans un univers où l'invraisemblable est accepté, où le surnaturel s'ajoute au monde réel sans lui porter atteinte. Les personnages jouent des rôles bien définis et leurs aventures se terminent généralement bien.

Le conte fantastique s'attache d'abord à plonger le lecteur dans un univers qui ressemble en tous points au réel : un univers dont les lieux, les personnages et les actions sont décrits avec un souci de vraisemblance. Le surnaturel fait une irruption dans le réel, ce qui peut provoquer un malaise, voire de la peur chez l'auditeur ou le lecteur.

La fable est une histoire porteuse d'un message ou d'une recommandation, morale ou sociale. Cette dimension est étrangère à celle du conte qui touche à la profondeur des êtres humains.

Le mythe est une histoire inventée pour répondre aux questions que se pose l'être humain sur ses origines et sur celles du monde, pour expliquer des phénomènes naturels comme l'apparition de l'eau sur la Terre [3]. Le mythe fait presque toujours intervenir des êtres divins: il constitue alors une croyance d'une communauté, d'un peuple.

La légende est une histoire dans laquelle les actions, les lieux ou les personnages se rattachent à des faits historiques connus, mais qui ont été déformés, amplifiés, embellis par l'imagination. Souvent, la légende s'apparente au mythe, car elle tente d'expliquer un phénomène naturel. À la différence du mythe, la légende ne repose pas sur les divinités quoique beaucoup de légendes, en occident catholique, fassent intervenir le pouvoir de saints : par exemple, on trouve en Bretagne de nombreuses fontaines guérisseuses dont les vertus sont attribuées à des saints locaux.

Other Languages