Conseil régional d'Auvergne

Page d'aide sur l'homonymie Cet article concerne le conseil régional de l'ancienne région Auvergne supprimé à compter du . Pour l'assemblée qui lui succède, voir Conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes.
Conseil régional d'Auvergne
Description de l'image Conseil régional d'Auvergne (logo).svg.
Type
TypeConseil régional
Présidence
PrésidentRené Souchon (PS)
Élection
Structure
Membres47 conseillers régionaux
Description de cette image, également commentée ci-après
Composition actuelle.
Groupes politiquesMajorité
Opposition
Élection
Système électoralScrutin de liste à deux tours avec prime majoritaire
Dernière électionÉlections régionales françaises de 2010 (14 et )

Hôtel de région, Clermont-Ferrand

Description de cette image, également commentée ci-après
Photographie du lieu de réunion.
Divers
Site webhttp://www.auvergne.fr/

Le conseil régional d'Auvergne était l'assemblée délibérante de l'ancienne région française Auvergne, collectivité territoriale décentralisée agissant sur le territoire régional. Il siégeait à Clermont-Ferrand.

Le conseil régional était composé de quarante-sept conseillers régionaux dont :

Siège

Le siège du Conseil régional était localisé à Chamalières dans le quartier du carrefour Europe, au 13-15 Avenue de Fontmaure.

Le Conseil régional a déménagé entre mars et avril 2014[1] au 59, boulevard Léon-Jouhaux à Montferrand. Les différents services ont été regroupés dans un seul bâtiment basse consommation[2] construit à proximité du musée d'art Roger-Quilliot, à l'emplacement d'une ancienne enseigne de bricolage. Auparavant, le Conseil régional louait des locaux à Chamalières (Europe) et à Clermont-Ferrand (place Delille).

La dépense finale nécessaire à sa construction, une fois le remboursement de TVA effectué, est de 68 millions d'euros TTC (dont 49 millions d'euros pour les seuls travaux de construction). Les agents du Conseil régional (400 personnes) se sont installés en avril-mai 2014[3].

Atelier 4 en est le maître d'œuvre[4].

La fusion avec la région Rhône-Alpes pourrait changer la donne dans le cas où Lyon serait la capitale de la future grande région Rhône-Alpes-Auvergne : les services de proximité affectés à la région Auvergne resteraient à Clermont-Ferrand[5]. Son utilité pourrait être remise en cause[6] lorsque la fusion sera prononcée. Son inauguration a eu lieu le 21 juin 2014[7].

Other Languages