Congrès népalais

Page d'aide sur l'homonymie Pour les autres significations, voir Congrès népalais (démocratique).

Congrès népalais
(en) Nepali Congress
(ne) नेपाली काँगे्रस
image illustrative de l’article Congrès népalais
Logotype officiel.
Présentation
PrésidentSher Bahadur Deuba
Fondation1947
SiègeKatmandou
Idéologiesocial-démocratie
Affiliation internationaleInternationale socialiste
Site web http://www.nepalicongress.org/

Le Congrès népalais (en anglais : Nepali Congress) est un parti politique népalais, membre de l'Internationale socialiste.

Il a été présidé, à partir du 11 mai 1996, par Girija Prasad Koirala, qui participait déjà à la direction collégiale, depuis le 11 juillet 1982, comme secrétaire général et, à partir de 1991, comme chef du groupe parlementaire. Après la mort de Girija Prasad Koirala, le 20 mars 2010, c'est un homonyme, Sushil Koirala (sans lien de parenté proche), qui a pris sa succession, d'abord comme président par intérim, puis comme président de plein exercice lors de la XXIe convention nationale du parti, le 22 septembre suivant.

Le 21 juillet 2008, quatre mois après l'élection de l'Assemblée constituante, l'un des quatre secrétaires généraux du parti, Ram Baran Yadav, est élu à la présidence de la République par l'Assemblée constituante, à l'issue d'un scrutin dans lequel il bat le candidat soutenu par le Parti communiste du Népal (maoïste), formation disposant de la majorité relative dans l'assemblée[1].

Le 23 juillet 2008, G. P. Koirala présente la démission de son gouvernement au président nouvellement investi[2], tout en continuant à assurer la gestion des affaires courantes jusqu'à la nomination de son successeur.

À la suite de la démission du premier ministre maoïste Prachanda en mai 2009 en raison d'un conflit avec le président, le Congrès népalais forme une alliance avec le Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié) et les deux partis dirigent une série de gouvernements instables, jusqu'au retour des maoïstes au gouvernement en 2011. En novembre 2013, de nouvelles élections permettent au Congrès de redevenir le premier parti du pays, tandis que le Parti communiste unifié du Népal (maoïste) perd plus de la moitié de ses sièges. En février 2014, Sushil Koirala, membre du Congrès, devient premier ministre, à la tête d'un gouvernement de coalition avec le Parti communiste du Népal (marxiste-léniniste unifié).

Other Languages