Complexe militaro-industriel

Dwight David Eisenhower, président des États-Unis de 1953 à 1961.

Son discours de fin de mandat, prononcé le 17 janvier 1961 et retransmis via la télévision américaine, reste connu sous le nom de (en) Military-Industrial Complex Speech (lien vers Wikisource).
Extrait : « Dans les conseils du gouvernement, nous devons prendre garde à l'acquisition d'une influence illégitime, qu'elle soit recherchée ou non, par le complexe militaro-industriel. Le risque d'un développement désastreux d'un pouvoir usurpé existe et persistera. »

Le complexe militaro-industriel (CMI) désigne l'ensemble constitué par l' industrie de l'armement, les forces armées et les décideurs publics d'un gouvernement, et le jeu de relations complexes ( lobbying) entre ces trois pôles destiné à influencer les choix publics.

Le premier usage public du terme fut celui publié dans un manifeste pacifiste de 1914. Sa popularisation remonte cependant à son emploi en 1961 par Dwight Eisenhower, « Ike », le président des États-Unis, qui avertissait ses compatriotes des dangers d'une trop grosse influence des industriels liés au Département de la Défense, qui gère l'évolution de l' armée américaine par l'intermédiaire de contrats de défense, telle qu'Eisenhower avait pu l'observer en tant que chef du haut-commandement des armées alliées en Europe durant la Seconde Guerre mondiale ; son discours intervenait également dans un contexte marqué par la course aux armements liée à la guerre froide.

Le complexe militaro-industriel est aujourd'hui un élément décisif de l' effort de guerre. Il correspond à une approche plutôt quantitative de la quête d'une victoire, reposant pour bonne part sur la puissance industrielle, donc la capacité à produire, dans le temps imparti, davantage d'équipements adéquats.

Seconde Guerre mondiale

Allemagne

Un Panzer, le symbole de la puissance militaire allemande durant la Seconde Guerre mondiale.

États-Unis et URSS

Le producteur Walt Disney et Wernher von Braun posant pour trois films de vulgarisation sur le programme spatial américain, visant à sensibiliser le public américain pendant la guerre froide.
Pendant la Seconde guerre mondiale, Walt Disney avait déjà participé à la promotion de l' effort de guerre par de telles productions [1].

Les Américains et les Soviétiques n'ont pas développé une telle suprématie sans que l'histoire n'en montre l'efficacité. Au crépuscule de la Seconde Guerre mondiale, en Europe et dans le Pacifique, il a fallu étudier les ramifications industrielles, militaires et internationales de chaque belligérant vaincu afin de démanteler le potentiel de refondation de sa puissance militaire.

Après l'avoir identifié pour le démanteler, les Américains vainqueurs à l'Ouest provoquèrent une «  fuite des cerveaux » [2] pour assurer au travers du Joint Intelligence Objectives Agency le développement aérospatial au cours de la Guerre froide qui s'annonçait : l'exemple de Wernher von Braun en Dr Folamour est emblématique de ces associations liées à la raison d'État qui pourraient paraître idéologiquement contre nature.

Dans une logique d'opposition des deux blocs, elle trouve sa justification : en effet le Département 7 créé par Staline s'emparait au même moment de tous les matériels et documents intéressants, ainsi que de nombreux ingénieurs.

Japon

Les cuirassés jumeaux Yamato et Musashi à l'ancre aux îles Truk ont été les plus puissants du monde.

Le complexe militaro-industriel japonais était basé sur de grandes entreprises comparables au modèle colbertiste dans leur fondation : les zaibatsus.

Le Japon après son ouverture sur le monde est devenue en quelques décennies le pays le plus industrialisé d'Asie au début du e siècle en copiant les méthodes du monde occidental et s'est lancé dans l' impérialisme nécessitant de puissantes forces armées capables de rivaliser avec les autres grandes puissances. De par sa géographie, la construction navale était extrêmement développée. La recherche de ressources naturelles pour alimenter l'industrie était à l'origine des guerres contre la Chine et son invasion des territoires en Asie-Pacifique durant la guerre du Pacifique.

Yougoslavie

Article détaillé : Armée populaire yougoslave.

Le complexe militaro-industriel yougoslave pouvait satisfaire tous les besoins en matériels de l’armée yougoslave, elle exportait même environ 30 % de sa production, ce qui la positionnait dans les dix plus grands producteurs mondiaux d’armements. À cette époque, 56 complexes industriels et environ un millier de sous-traitants constituaient l’industrie de l’armement yougoslave. 44 % des capacités de production étaient en Serbie, 42 % en Bosnie-Herzégovine, 7,5 % en Croatie et le restant dans les autres républiques et régions.

La JNA avait des infrastructures modernes avec des bases aériennes et centres de contrôle souterrains. Le plus grand et le plus connu était l’aérodrome militaire de Željava Zeljava airport  (en) à Bihać en Bosnie-Herzégovine. Abandonné en 1992 lors du retrait de la JNA, celui-ci fut détruit à l'aide de 56 tonnes d'explosifs.

Other Languages
Bahasa Indonesia: Kompleks militer–industri
日本語: 軍産複合体
srpskohrvatski / српскохрватски: Vojno-industrijski kompleks
српски / srpski: Vojno industrijski kompleks