Complexe archéologique bactro-margien

Localisation du Complexe archéologique bactro-margien.
Une des « princesses de Bactrianne » provenant du nord de l’Afghanistan, typique de la civilisation BMAC. Statuette composite, Calcite blanche et stéatite verte. 2500-1500 av. J.-C..
Hache cérémonielle. Nord de l'Afghanistan, Bactriane, 2500-2000. Argent à la cire perdue et dorures.

Le complexe archéologique bactro-margien (traduction de l'expression anglaise Bactria and Margiana Archaeological Complex, abrégée en BMAC[1]), également dénommé en français dans la tradition archéologique, « civilisation de l'Oxus »[2], sont des appellations qui servent à désigner une civilisation interculturelle qui s'est épanouie entre la Bactriane et la Margiane (Turkménistan, Ouzbékistan et Afghanistan actuels) entre la fin du IIIe et le début du IIe millénaire av. J.-C. (c. 2300-1700). Cette civilisation qui caractérise l'Asie centrale à l'époque du Bronze ancien a principalement été identifiée par des archéologues soviétiques à partir de fouilles ayant débuté dans les années 1950. Elle présente une grande homogénéité d'un site à l'autre.

Sites principaux

Les sites archéologiques du BMAC se répartissent en deux groupes principaux, déterminés par deux importants ensembles de cours d'eau. Le premier est le delta du Murghab, dans la partie occidentale. Son site principal pour cette période est Gonur-depe. Les autres établissements importants de cette région sont Kelleli, Taip, et Togolok pour une phase plus tardive. Plus récemment, le site d' Adji-kui a été mis au jour.

Le deuxième se situe en Bactriane, autour des affluents de l'Amou-daria, où un autre ensemble est formé par les sites de Sapalli-depe, Dashly-depe puis plus tard Djarkutan.

Other Languages