Communion des saints

La communion des saints désigne dans le christianisme l'union de l'ensemble des fidèles vivants ici-bas et des fidèles ressuscités auprès de Dieu, par leur appartenance au Christ, dans une sorte de solidarité à travers l'espace et le temps. Pour l’Église catholique, le Christ est la seule pierre sur laquelle repose la foi ; ainsi, Dieu étant Trinitaire, Il invite les Croyants à s'aider les uns les autres pour croître dans leur foi, leur espérance et leur charité et, en cela, obtenir, entre autres bénédictions de Dieu, des récompenses telles que des grâces spirituelles, corporelles et matérielles, des dons du Saint-Esprit, etc.

La croyance à la communion des saints est un des articles de foi du Symbole des Apôtres.

Origine

Cette doctrine, appelée aussi, dogme du 'corps mystique', repose sur la doctrine de saint Paul dans l'chapitre 12, lorsqu'il parle des dons spirituels.

« Je vous déclare donc que personne, s'il parle par l'Esprit de Dieu, ne dit : Jésus est anathème ; et personne ne peut dire : " Jésus est le Seigneur Fils de Dieu , " si ce n'est par l'Esprit-Saint.

Il y a pourtant diversité de dons, mais c'est le même Esprit ;
diversité de ministères, mais c'est le même Seigneur ;
diversité d'opérations, mais c'est le même Dieu qui opère tout en tous.
À chacun la manifestation de l'Esprit est donnée pour l'utilité commune. » [1]

Saint Paul considère que ces dons se manifestent aux baptisés dans le Christ dans un même Esprit :

« Mais c'est le seul et même Esprit qui produit tous ces dons, les distribuant à chacun en particulier, comme il lui plaît.
Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il du Christ.
Tous, en effet, nous avons été baptisés dans un seul esprit pour former un seul corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit. » [2]

Saint Paul insiste sur les membres du corps les plus faibles :

« Il y a donc plusieurs membres et un seul corps.
L'œil ne peut pas dire à la main : " Je n'ai pas besoin de toi ; " ni la tête dire aux pieds : " Je n'ai pas besoin de vous. "
Au contraire, les membres du corps qui paraissent les plus faibles sont plus nécessaires ;
et ceux que nous tenons pour les moins honorables du corps, sont ceux que nous entourons de plus d'honneur. Ainsi nos membres les moins honnêtes, nous les traitons avec plus de décence,
tandis que nos parties honnêtes n'en ont pas besoin. Dieu a disposé le corps de manière à donner plus de respect à ce qui est moins digne,
afin qu'il n'y ait pas de division dans le corps, mais que les membres aient également soin les uns des autres.
Et si un membre souffre, tous les membres souffrent avec lui ; si un membre est honoré, tous les membres s'en réjouissent avec lui. » [3]