Communauté d'agglomération Amiens Métropole

Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Communauté d'agglomération Amiens Métropole
Administration
Pays Drapeau de la France  France
Région Hauts-de-France
Département Somme
Communes 39
Président Alain Gest ( LR)
Budget 295 845 311 € ( 2006)
Date de création
Code SIREN 248000531
Démographie
Population 175 193 hab. (2014)
Localisation
Localisation dans la Somme.
Localisation dans la Somme.
Liens
Site web http://www.amiens.fr
Fiche Banatic Données en ligne

La communauté d'agglomération Amiens Métropole est une communauté d'agglomération française, située dans le département de la Somme et la région Hauts-de-France.

Cette structure intercommunale ne constitue par une métropole au sens de la réforme des collectivités territoriales françaises et de l' acte III de la décentralisation.

Historique

En 1991 est créé le Syndicat Intercommunal d’Étude et de Programmation Amiénois (SIEPA) afin de réaliser les études de révision du schéma directeur d'aménagement et d'urbanisme (SDAU) de 1980. Le SIEPA est l'origine du District du Grand Amiens, créé en 1994 avec 18 communes [1].

Conformément à la loi relative au renforcement et à la simplification de la coopération intercommunale (loi Chevènement du 12 juillet 1999), celui-ci se transforme en 2000 en communauté d'agglomération [2] sous l'impulsion de Gilles de Robien, alors maire d'Amiens [1], et devient Amiens Métropole, à laquelle adhèrent immédiatement Allonville et de Bertangles. L'intercommunalité regroupe alors les 20 communes de l'ancien District.

Dès l'origine, la communauté d'agglomération exerce un grand nombre de compétences : les compétences obligatoires pour toutes les communautés d'agglomération : développement économique, habitat, aménagement (dont les transports) et politique de la ville, mais également l'ensemble des compétences optionnelles prévues par la loi [3] : voirie, assainissement, eau, environnement, équipements culturels et sportifs. Elle assume également d'importances compétences facultatives : collecte des déchets ménagers, de politique de formation, de création et de gestion d'un crématorium, des développement des technologies de l'information et de mission locale [1]. Pour cela, l'intercommunalité se constitue en 2007 comme employeur de la quasi-totalité du personnel municipal d'Amiens, la ville lui remboursant le montant des charges assumées dans son intérêt [4], [5].

Neuf communes ont demandé en 2017 leur intégration dans Amiens Métropole [6]. Après un avis favorable du conseil communautaire d'Amiens Métropole du (Pour 51, Contre 23 et 15 abstentions) le préfet, après avis des autres conseils communautaires concernés et de la CDCI tranchera, favorablement ou non, au second semestre 2017.

Dans la communication du président d'Amiens Métropole le 9 novembre 2017 [7], après avis de la CDCI, les communes de Rainneville, Coisy et Fréchencourt restent dans leur communauté de communes du Territoire nord-Picardie, les 6 autres communes ( Cardonnette, Ferrières, Querrieu, Seux, Saint-Vaast-en-Chaussée, Vaux-en-Amiénois, intègre Amiens Métropole (au 1er janvier 2018).

Depuis sa création, Amiens Métropole ne cessera de s'étendre :

Date d'entrée Communes
1er janvier 1994 Amiens, Blangy-Tronville, Boves, Cagny, Camon, Dreuil-lès-Amiens, Dury, Glisy, Longueau, Pont-de-Metz,
Poulainville, Rivery, Sains-en-Amiénois, Saint-Fuscien, Saleux, Salouël, Saveuse, Vers-sur-Selle
1er janvier 2000 Allonville, Bertangles,
1er janvier 2003 Thézy-Glimont
1er janvier 2004 Bovelles, Clairy-Saulchoix, Creuse, Guignemicourt, Pissy, Revelles,
1er janvier 2007 Estrées-sur-Noye, Grattepanche, Hébécourt, Remiencourt, Rumigny, Saint-Sauflieu,
1er janvier 2018 Cardonnette, Ferrières, Querrieu, Saint-Vaast-en-Chaussée, Seux, Vaux-en-Amiénois