Clergé

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Clergé (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section «  Notes et références » (, comment ajouter mes sources ?).

Représentants de différents clergés ( anglican, israélite, musulman bosniaque, chrétien évangélique) au Forum économique mondial de Davos, 2009

Le clergé est le terme qui désigne les différentes institutions d'une religion. Il n'y a donc pas un clergé, mais plusieurs clergés. Certains ministères chrétiens ( évêque, presbytres, diacres) se sont regroupés, à l'aube du IIIe siècle autour d'un statut commun en un « clergé » [1].

Le mot, en ancien français clergié ( Xe siècle), provient du latin ecclésiastique clericatus, forgé sur clericus (clerc) qui signifie « homme d’Église » (en grec klêrikos), au sens large, à quelque degré que ce soit. Il désignait alors l’ensemble des personnes proches d'un statut « ecclésiastique », d’une église, d'une ville, d’un pays. Cela commençait au niveau des simples enfants (appelés aussi les « petits clercs »), acolytes, sous-diacres, diacres, prêtres, et plus tard les membres des universités médiévales, etc.

Évolution des clergés

Catholicisme

Sont distingués :

Parmi les réguliers, les abbés mitrés d'une abbaye ont rang d'évêque. Un évêque peut être choisi parmi le clergé régulier. Parmi les deux clergés, on trouve des prêtres et des diacres.

L' Église catholique de l' Ancien Régime était constituée de plusieurs « clergés », mais tous se distinguaient des laïques par la tonsure. Historiquement, se distinguaient aussi :

  • Le bas clergé : le curé et ses vicaires, se trouvant en bas de la hiérarchie religieuse dans les paroisses. Selon les ressources des paroisses, il était souvent assez pauvre, ne vivant que de la portion congrue de la dîme.
  • Le haut clergé : les évêques, dirigeant le diocèse, placés en haut de la hiérarchie religieuse et résidant dans un évêché, archevêques, cardinaux, nonces… Ces ecclésiastiques étaient généralement riches, du fait des ressources foncières importantes de chaque siège épiscopal et des biens de leurs propres familles nobles. Comme ce n'était pas le cas de tous les diocèses, certains sièges épiscopaux pauvres étaient appelés, par mépris, « évêchés crottés ».

En France et dans d'autres pays européens, le clergé bénéficiait du privilège du for ecclésiastique, c'est-à-dire qu'il ne pouvait être jugé que par un tribunal ecclésiastique, de la même manière qu'un noble ne pouvait être jugé que par ses pairs. Cette situation créa des abus dus a l'esprit de corps, notamment lorsque certaines professions comportant de nombreux clercs (comme le personnel des universités) furent assimilées au clergé d'ancien régime.

L'organisation du clergé

Le pape, élu par les cardinaux, nomme en général les évêques qui ordonnent et nomment les prêtres et les diacres. Les religieux (moines, religieuses, etc.) élisent leurs supérieurs (abbés, etc.).

L' organisation de la société en trois ordres

Clergé et États généraux

En France, le clergé constituait l'un des trois ordres des États généraux avec la noblesse et le Tiers état. Ces trois ordres étaient la société de Loyseau. Il pouvait cependant arriver que des ecclésiastiques fussent élus dans d'autres ordres, surtout dans le Tiers état.

Protestantisme

Lors de la Réforme protestante, les notions théologiques et sociales régissant le clergé furent profondément modifiées.

En effet, Luther considère comme central le principe dit du "sacerdoce universel" selon lequel chaque baptisé est « prophète, prêtre et roi » sous la seule seigneurie du Christ. Ce concept anéantit toute hiérarchie au sein de l'Église, à commencer par celle qui place les prêtres en position d'intermédiaire entre le croyant et Dieu. Chaque baptisé a une place de valeur identique, y compris les ministres (dont les pasteurs font partie). Issus d'études de théologie et reconnus par l'Église, ils sont au service de la communauté pour l'annonce de la Parole de Dieu (prédication et sacrements) et les missions particulières qui en découlent. En aucun cas ils ne détiennent le pouvoir d'absolution.

En conséquence, pour Martin Luther, la gouvernance de l'église ne peut qu'être démocratique. Il affirme clairement qu'une assemblée chrétienne a le pouvoir de juger ce qui est enseigné et d’élire et de destituer ses responsables [2].

Organisation du clergé

Les églises protestantes sont organisées selon l'une des modalités suivantes :

  • Système épiscopalien : pratiqué notamment dans les pays scandinaves où les diocèses catholiques sont devenus luthériens en bloc lors de la Réforme, il n'implique cependant qu'une fonction de l'Église et non un ordre sacramentel. Doté d'un double rôle pastoral et administratif, l’évêque est chargé de veiller sur les pasteurs de son ressort et sur le maintien du bon ordre dans les paroisses. Dans les églises luthériennes de France, cette fonction porte le titre d' inspecteur ecclésiastique, retour au sens original du mot évêque qui provient du grec Eπίσκοπος. L'inspecteur ecclésiastique étant élu par le synode régional, cela n'empêche pas les églises luthériennes de France de relever du système presbytérien synodal ci-dessous.
  • Système presbytérien synodal : ce système de gouvernement de l'Église repose sur une complémentarité des niveaux local et national : le niveau local est celui des Anciens du consistoire, dit aussi Conseil presbytéral (du grec presbuteroi, les plus anciens, désignant déjà les responsables de la cité ou de la communauté). Il est directement responsable de la vie spirituelle et matérielle de la communauté, et, généralement, élit et révoque le(s) pasteur(s). Le niveau national est celui des synodes, composés de pasteurs et de délégués des conseils presbytéraux. Dans l' Église réformée de France, le synode national est responsable de la confession de foi et de l'organisation générale (la Discipline), de la formation, du recrutement et du salaire des ministres, des relations avec les autres Églises, etc.

Accès des femmes au ministère

Les femmes ont accès aux ministères de la plupart des Églises protestantes, y compris aux fonctions hiérarchiques [3].


Other Languages
العربية: رجل دين
مصرى: اكليروس
беларуская: Духавенства
беларуская (тарашкевіца)‎: Духавенства
български: Духовенство
català: Clergat
čeština: Duchovenstvo
Deutsch: Klerus
English: Clergy
Esperanto: Kleriko
español: Clero
euskara: Klero
suomi: Papisto
Gàidhlig: Pears-eaglais
galego: Clero
עברית: כמורה
hrvatski: Kler
magyar: Klérus
Bahasa Indonesia: Rohaniwan
italiano: Clero
日本語: 聖職者
한국어: 성직자
Latina: Clerus
Lëtzebuergesch: Klerus
latviešu: Garīdzniecība
македонски: Свештенство
Nederlands: Geestelijke
norsk nynorsk: Presteskap
norsk bokmål: Presteskap
occitan: Clergat
português: Clero
română: Cler
русский: Духовенство
sicilianu: Cleru
Scots: Clergy
srpskohrvatski / српскохрватски: Kler
Simple English: Clergy
slovenčina: Duchovenstvo
slovenščina: Klerik
српски / srpski: Клер
svenska: Prästerskap
Kiswahili: Kleri
Tagalog: Klero
українська: Духовенство
Tiếng Việt: Giáo sĩ
吴语: 圣职人
中文: 圣职者