Classification phylogénétique

La classification phylogénétique ou classification cladistique est un système de classification des êtres vivants qui repose sur la phylogénie, issu d'une école de taxonomie appelée systématique phylogénétique ou systématique cladistique ou cladisme[1],[2],[3], qui a pour objectif de rendre compte des relations de parenté (l'apparentement seulement, c'est-à-dire les relations de groupes frères, et non les relations généalogiques d'ancêtres à descendants) entre les taxons (groupe d'organismes de n'importe quel rang taxonomique). Elle reconnaît uniquement des groupes monophylétiques (clades, groupes qui contiennent tous les descendants de leur dernier ancêtre commun[4]) comme les mammifères et les oiseaux et ne reconnait pas les groupes paraphylétiques comme les reptiles ou les poissons (qui ne contiennent pas tous les descendants de leur dernier ancêtre commun), contrairement à la systématique évolutionniste[5]. Aujourd'hui le cladisme est l'école de pensée dominante (mais non consensuelle) dans le domaine académique[6] et la classification phylogénétique a remplacé en grande partie les classifications traditionnelles dans la plupart des milieux scientifiques et universitaires[7], ainsi que dans l'enseignement secondaire en France[8], et même dans l'enseignement primaire[réf. nécessaire].

Cette classification est principalement fondée sur l'analyse cladistique, une méthode de reconstruction phylogénétique formalisée en 1950 par Willi Hennig[9], publiée en Allemagne. La traduction anglaise de son livre ayant été publiée en 1966[10], Hennig trouva un plus large auditoire. Cette méthode révolutionna ainsi toute la systématique à partir de la fin des années 1960. En 1974, la classification cladistique fait l'objet d'un débat entre Ernst Mayr (1904-2005) et Willi Hennig (1913-1976) qui a marqué les relations entre phylogénéticiens évolutionnistes et cladistes[11],[12],[13]. La cladistique est vulgarisée en français en 1980, conduisant à la diffusion des bases de la classification cladistique hors des milieux académiques[14],[15].L'analyse cladistique qui sert de base à l'établissement de cette classification considère les caractères à toutes les échelles à valeur égale : les caractères macroscopiques et microscopiques issus de l'anatomie comparée et de l'embryologie, les caractères moléculaires[16] issus de la biochimie et de la biologie moléculaire, ainsi que les données apportées par la paléontologie. Le cladisme désigne une école de pensée et a donc un sens plus large que l'analyse cladistique (ou méthodes cladistiques), celle-ci étant également utilisée par des systématiciens issus des autres écoles de taxonomie[17].